Commémorations

27 janvier 2015 19:27; Act: 27.01.2015 19:44 Print

L'Europe s'est recueillie au camp d'Auschwitz

Émotion, recueillement, solidarité et volonté d'agir contre l'antisémitisme qui monte: tels sont les sentiments exprimés par les survivants d'Auschwitz lors du 70e anniversaire de la libération du camp nazi.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«J'ai cru que j'allais être incinérée ici et que jamais je ne vivrai l'expérience de mon premier baiser. Mais, je ne sais comment, moi, jeune fille de 14 ans, j'ai survécu», a raconté Halina Birenbaum, née à Varsovie en 1929 et qui a connu enfant, quatre camps nazis dont Auschwitz. Émigrée en Palestine en 1947 un an avant la création d'Israël, elle est devenue poétesse et écrivaine. La cérémonie officielle a réuni à Oswiecim (nom polonais d'Auschwitz), dans le sud de la Pologne quelque 300 survivants et une dizaine de chefs d'État. Une quarantaine de pays étaient représentés.

Le président polonais, Bronislaw Komorowski, qui a ouvert la cérémonie en saluant les survivants, a exprimé «respect et reconnaissance» aux soldats soviétiques qui ont libéré Auschwitz, où environ 1,1 million de personnes ont été exterminées, dont un million de Juifs. Il corrigeait ainsi la maladresse du ministre polonais des Affaires étrangères Grzegorz Schetyna, qui avait attribué la libération du camp aux Ukrainiens, s'attirant les foudres de Moscou. Mais, dans le même souffle, M. Komorowski a semblé mettre sur un pied d'égalité «les deux totalitarismes», nazi et soviétique, rappelant l'extermination à Katyn des élites polonaises par les services spéciaux de Staline.

Pas de personnalités de premier plan pour les États-Unis et la Russie

La cérémonie réunissant quelque 300 survivants, plusieurs chefs d'État dont le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel, le président français François Hollande, allemand Joachim Gauck et ukrainien Petro Porochenko, ainsi que des membres de la famille grand-ducale du Luxembourg, les rois des Belges et des Pays-Bas, s'est déroulée sous une immense tente blanche devant l'entrée du camp d'Auschwitz-Birkenau couvert par une épaisse couche de neige. La tente avait été dressée au-dessus des rails sur lesquels étaient passés les trains transportant les Juifs de toute l'Europe vers les fours crématoires de Birkenau. L'un des «Piliers du Souvenir», généreux donateur du Musée d'Auschwitz, l'Américain Ronald S. Lauder, a mis en garde contre la montée de l'antisémitisme, citant notamment «les derniers événements à Paris». Évoquant l'Holocauste il a lancé une nouvelle fois l'appel devenu le leitmotiv de la cérémonie: «Ne permettez pas que cela se produise encore».

Les dirigeants du monde entier avaient mardi le regard tourné vers Auschwitz. Le président américain Barack Obama s'est engagé à «ne jamais oublier» les six millions de Juifs et beaucoup d'autres tués par les nazis allemands, et a appelé à son tour la communauté internationale à garantir que «cela n'arriverait plus jamais». Avant de prendre l'avion pour rejoindre Auschwitz, François Hollande a dénoncé au Mémorial de la Shoah à Paris le «fléau» de l'antisémitisme, qui «conduit certains Juifs à s'interroger sur leur présence en France. Vous, Français de confession juive, votre place est ici. La France est votre patrie». L'anniversaire de la libération du camp d'extermination nazi d'Auschwitz, le 27 janvier 1945, est aussi la Journée internationale d'hommage aux victimes de l'Holocauste.

Ni Washington ni Moscou n'ont envoyé de personnalités de premier plan. la Russie était représentée par le chef de l'administration présidentielle, Sergueï Ivanov. Le président Vladimir Poutine n'a pas souhaité se déplacer, alors qu'il l'avait fait en 2005, n'ayant pas été officiellement invité. S'exprimant à Moscou M. Poutine a qualifié «d'inacceptable et d'immorale» toute tentative de «réécrire l'Histoire», qui cache souvent, selon lui, la «complicité tacite, passive ou active avec les nazis», sans dire qui il visait.

(L'essentiel/AFP)