Jugement en Belgique

25 novembre 2015 18:22; Act: 26.11.2015 13:20 Print

L’Église de scientologie belge bientôt dissoute?

Le ministère public a demandé mercredi la dissolution de l’Église de scientologie, jugée depuis un mois pour fraude et extorsions à Bruxelles dans le premier procès contre cette organisation en Belgique.

storybild

Le premier procès en Belgique visant l’Église de scientologie, accusée de fraude et d'extorsions, pourrait déboucher sur une possible interdiction de la scientologie dans le royaume.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Un porte-parole de l’Église de Scientologie, Eric Roux, a réagi en dénonçant «un procureur inquisiteur qui s'en prend à la philosophie religieuse de l’Église». «C'est pathétique, c'est une réquisition en hérésie», a-t-il regretté, interrogé par l'AFP. Très médiatisé, le procès de deux associations -la branche belge de l’Église de scientologie et le Bureau européen pour les droits de l'homme, une émanation à Bruxelles du siège américain de l’Église de scientologie - et de onze de leurs membres et dirigeants s'est ouvert le 26 octobre devant le tribunal correctionnel de Bruxelles.

Les plaidoiries de la défense doivent commencer lundi. Le procureur a uniquement demandé la dissolution de l’Église belge de scientologie, selon l'agence Belga, ainsi que des peines de prison avec sursis allant de six à vingt mois à l'encontre des prévenus. Les scientologues belges sont accusés par le parquet fédéral d'avoir mis sur pied une «organisation criminelle», de «fraude», de «pratique illégale de la médecine», de «violation de la vie privée» et d'«extorsion».

Une religion aux États-Unis

En principe, une organisation qualifiée de criminelle par la justice est susceptible d'être interdite. La première enquête en Belgique concernant l’Église de scientologie avait été ouverte en 1997 sur la base de plaintes d'anciens adeptes, dont une femme qui s'était tournée vers la justice après avoir cherché en vain à récupérer une partie de l'argent qu'elle lui avait versé.

Au cours de perquisitions effectuées en 1999, les enquêteurs avaient saisi des dossiers reprenant des données personnelles de ses membres, dont des descriptions psychologiques et des informations relatives à l'état de santé des adeptes. Classée en France parmi les sectes par plusieurs rapports parlementaires, la scientologie est considérée comme une religion aux États-Unis et dans quelques pays européens, comme l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas et la Suède.

(L'essentiel/AFP)