Valls sur la Catalogne

24 octobre 2017 12:07; Act: 24.10.2017 12:33 Print

«L'indépendance? Vers la dislocation de l'Europe»

L'ancien Premier ministre Manuel Valls a estimé mardi que l'indépendance de la Catalogne ouvrirait «la boîte de Pandore de la dislocation en Europe».

Sur ce sujet
Une faute?

«Démembrer un Etat comme l'Espagne, c'est commencer progressivement à démembrer l'Europe, et dans le monde d'aujourd'hui, avec ces grandes puissances politiques et économiques que sont la Chine, l'Inde, les États-Unis d'Amérique (...) c'est affaiblir l’État-nation, mais c'est aussi affaiblir progressivement l'Europe et ouvrir la boîte de Pandore à la dislocation de l'Europe», a déclaré sur France 2 ce natif de Barcelone.

«Les dirigeants européens, les dirigeants français comme moi, doivent dire qu'il y a un vrai danger pour l'Union Européenne et c'est pour cela qu'il faut soutenir le gouvernement espagnol», a-t-il ajouté. Jugeant que le référendum visant à faire sécession de l'Espagne était «totalement illégal», il a appelé à soutenir le gouvernement du Premier ministre conservateur Mariano Rajoy.

Débats dans les familles

«On ne peut pas mettre en cause l'intégrité d'un pays. Vous vous rendrez compte, si nous, il y avait une région qui décidait illégalement d'organiser un référendum et, au nom de l'autodétermination, de partir, mais personne ne l'accepterait dans notre pays, donc on ne peut pas l'accepter pour l'Espagne. Il faut donc être solidaire dans ce moment-là de l'Espagne qui est par ailleurs un pays ami et une des premières économies de l'Union Européenne», a-t-il pointé.

La position du député de l'Essonne ne fait pourtant pas l'unanimité y compris dans sa propre famille. Lundi, sa sœur, Giovanna Valls, l'avait interpellé sur le réseau social Twitter lui reprochant son soutien au gouvernement espagnol. Interrogé sur le sujet, Manuel Valls a affirmé ne pas regretter cette interpellation au motif qu'aujourd'hui, «grâce aux réseaux sociaux, tout le monde est au courant de tous les débats dans les familles».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Scrutin démocratique. le 24.10.2017 13:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D'après le droit international chaque peuple a le droit de s'autodéterminer. Ce n'est donc pas illégal ce qu'à fait la Catalogne.

  • Citoyen 57 le 24.10.2017 15:13 Report dénoncer ce commentaire

    Revisez votre histoire avant de critiquer ceux qui veulent un vote en Catalogne. Par ailleurs quand ça ne dérange pas les élites européennes on se moque de ce qui arrive. Tchécoslovaquie:Slovaquie -Tchéquie. Ex Yougoslavie: Slovenie Croatie Serbie Macédoine Bosnie et le plus beau Kosovo avec la guerre qui a servie qui???L'URSS qui s'est délitée sans heurts est devenue Russie avec des pays stables autour ou presque.

  • Emmanuel le 24.10.2017 13:54 Report dénoncer ce commentaire

    Tout a fait d'accord. Tous les pays peuvent se deliter. Pays basque Galice en Espagne , Bretons, Corses, Alsaciens, Basque en France, Wallons / Flamands, les Frisons au Pays -Bas, la Bavière en Allemagne, l'Italie du Nord, le Südtirol, L'Istrie en Croatie, les russophones des Pays Baltes, les îles Oland en Finlande, le pays Sicule en Roumanie... je suis sur qu'il en manque à ma liste. D'abord faire de vrais Etats-Unis d'Europe et ensuite redéfinir les régions une fois l'intégration complète.

Les derniers commentaires

  • Dire juste le 24.10.2017 17:42 Report dénoncer ce commentaire

    Pour une fois M.Valls dit JUSTE .

  • La Mouche le 24.10.2017 15:53 Report dénoncer ce commentaire

    Et si c'était ça la solution? créer des états-unis d'europe en fragmentant les Etats-Nations et leur donner à chacun le même poids (1 région = 1 vote) ? L'Europe est actuellement dominée par les gros états, pour la plupart, ingérable vu leur taille (ex : France. On veut régler des problèmes à grande échelle, alors qu'on a du mal de manière locale). Regardez le Luxembourg qui est un petit état compétitif. Cela permettrait l'utilisation du système de la Démocratie Directe. Les citoyens se sentiraient moins délaissés, il y aurait une meilleure gestion et l'extrême droite chuterait.

  • Citoyen 57 le 24.10.2017 15:13 Report dénoncer ce commentaire

    Revisez votre histoire avant de critiquer ceux qui veulent un vote en Catalogne. Par ailleurs quand ça ne dérange pas les élites européennes on se moque de ce qui arrive. Tchécoslovaquie:Slovaquie -Tchéquie. Ex Yougoslavie: Slovenie Croatie Serbie Macédoine Bosnie et le plus beau Kosovo avec la guerre qui a servie qui???L'URSS qui s'est délitée sans heurts est devenue Russie avec des pays stables autour ou presque.

    • 20-100 le 24.10.2017 15:32 Report dénoncer ce commentaire

      Oui des pays stables sauf là où les USA, l'OTAN et/ou l'UE sont allés mettre leur nez mais de ça, évidemment, on ne peut accuser les soviétiques!

    • 8Mais le 24.10.2017 16:37 Report dénoncer ce commentaire

      L'URSS n'est pas devenue la Russie! La Russie était un des membres de l'URSS avec je pense 14 autres. Il sont tous devenus indépendants et la Russie n'était qu'un seul de ces pays. Mais attention, contrairement à l'Espagne l'URSS prévoyait une sortie d'un état membre ou une dislocation et s'est faite avec l'accord de tous. Quant à l'ex Yougoslavie elle s'est disloquée avec du sang et personne ne souhaite cela à la Catalogne!

  • Hofcat le 24.10.2017 14:00 Report dénoncer ce commentaire

    Bientôt chaque région, et pourquoi pas chaque ville ou village, va se déclarer indépendant pour ne pas être solidaire avec ses voisins. En plus d'être illégal, bien évidemment.

    • La Mouche le 24.10.2017 16:26 Report dénoncer ce commentaire

      Oui... bien sûr... l'Espagne de Rajoy veut retenir la Catalogne car elle est soucieuse de la solidarité... Si la Catalogne était pauvre, et qu'elle voulait son indépendance, vous pensez qu'elle essayerait de la retenir à tout prix? Cela m'étonnerait beaucoup! De plus, si vos voisins, à chaque fois qu'ils vous voyaient depuis des années, vous lancaient des pierres, vous seriez solidaires avec eux pour les aider financièrement? Je ne doute pas de votre générosité, mais j'y crois moyen...

  • Emmanuel le 24.10.2017 13:54 Report dénoncer ce commentaire

    Tout a fait d'accord. Tous les pays peuvent se deliter. Pays basque Galice en Espagne , Bretons, Corses, Alsaciens, Basque en France, Wallons / Flamands, les Frisons au Pays -Bas, la Bavière en Allemagne, l'Italie du Nord, le Südtirol, L'Istrie en Croatie, les russophones des Pays Baltes, les îles Oland en Finlande, le pays Sicule en Roumanie... je suis sur qu'il en manque à ma liste. D'abord faire de vrais Etats-Unis d'Europe et ensuite redéfinir les régions une fois l'intégration complète.

    • Viktor le 24.10.2017 14:05 Report dénoncer ce commentaire

      Un Etat Européen fédéral Oui!

    • Euh 3 le 24.10.2017 14:36 Report dénoncer ce commentaire

      Une Union Européenne oui, mais une Europe fédérale non, jamais, au grand jamais!

    • Yeropa le 24.10.2017 16:46 Report dénoncer ce commentaire

      @Victor: Un état fédéral qui se constitue sur les bases d'une langue commune, ou des traditions communes ou encore une appartenance commune est un bon système, exemple l'Allemagne ou les USA! Par contre un état fédéral qui se construit avec un certain nombre de pays existants et indépendants n'est pas vivable! Pensez à l'URSS ou à la Yougoslavie! Ces pays tiennent aussi longtemps qu'ils sont dirigés par une main ferme et une dictature, mais au premier relâchement ce sera la révolte et la guerre civile. L'Union Européenne, telle que nous la connaissons, est le meilleur garant pour la liberté.