Justice en Russie

30 décembre 2017 15:07; Act: 30.12.2017 15:14 Print

L'opposant Navalny interdit de présidentielle

La justice russe a rejeté l'appel d'Alexeï Navalny, l'empêchant ainsi de concourir à l'élection présidentielle du 18 mars où il comptait défier le président Vladimir Poutine.

storybild

Alexeï Navalny estime que les affaires qui le visent sont fabriquées de toute pièce. (photo: AFP/Dmitry Serebryakov)

Sur ce sujet

La Cour suprême russe a rejeté samedi un appel du principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, confirmant l'interdiction qui lui a été faite par la Commission électorale de se présenter à l'élection présidentielle de mars prochain. La haute instance a décidé de «rejeter l'appel» de l'opposant, a annoncé le juge Nikolaï Romanenko, cité par les agences russes.

La Commission électorale russe avait rejeté lundi la candidature de M. Navalny au scrutin du 18 mars, invoquant une condamnation judiciaire pour détournement de fonds que l'opposant dénonce comme «fabriquée» pour l'éloigner de la politique. «Nous allons faire appel de cette décision de la Cour suprême. Nous allons porter plainte devant la Cour européenne des droits de l'Homme», a réagi l'avocat de l'opposant, Ivan Jdanov, cité par l'agence Interfax. Charismatique juriste à l'origine d'enquêtes sur la corruption des élites russes, Alexeï Navalny, 41 ans, a décrété une «grève du vote» après le rejet de sa candidature lundi, appelant ses partisans à boycotter le scrutin.

L'opposant, qui dispose d'une fidèle base de soutiens et a organisé deux manifestations d'ampleur cette année, a également appelé ses soutiens à descendre dans la rue pour protester le 28 janvier. L'Union européenne avait dénoncé le rejet de la candidature de l'opposant, qui jette, selon elle, «un sérieux doute sur le pluralisme politique en Russie et la perspective d'élections démocratiques l'année prochaine». Plus d'une vingtaine de candidats ont dit vouloir affronter Vladimir Poutine lors de la présidentielle du 18 mars, dont les candidats du Parti communiste et des nationalistes, ainsi que la journaliste proche de l'opposition libérale Ksenia Sobtchak, qui espère réunir les Russes mécontents.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Hipp le 30.12.2017 19:00 Report dénoncer ce commentaire

    Franchement, qu'avons nous à cirer de cet homme?

  • Natalia le 30.12.2017 18:42 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est que normal qu'il soit écarté! Il a été condamné, il est interdit d'éligibilité par un tribunal, ben qu'il respecte cette décision! Partout dans le monde c'est ainsi. Même au GDL un condamné pour corruption n'a pas le droit de vote! Ne cherchez pas à en faire un martyre!

  • Filax le 30.12.2017 18:34 Report dénoncer ce commentaire

    Encore ce Navalny!!! Mais que lui trouvez vous?

Les derniers commentaires

  • Vivian le 31.12.2017 12:09 Report dénoncer ce commentaire

    La Russie, plus de 9.000 km d'ouest en est, 147 Millions d'habitants, 22 Républiques avec chacune un président élu , 47 oblasts (régions) avec un gouverneur élu et je ne sais pas combien de maires! Pas tous ces dirigeants sont fidèles au Kremlin, loin de la! On y trouve des gens de tous bords. N'est il vraiment pas possible de trouver parmi ces dirigeants + des député de bons opposants? Pourquoi se focaliser sur ce Navalny qui est déjà impopulaire parmi les intellectuels maintenant? Qu'attendez vous de lui?

  • Explorer le 31.12.2017 11:46 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on se plonge dans l'histoire de la mafia américaine on remarque que 25 familles mafieuses ont dirigé et donné des ordres aux politiciens entre 1925 et 1932! Transposez le tout en Russie, Ukraine ou Géorgie, remplacez l'alcool par le pétrole, le gaz et énergies en général et vous savez en gros ce qui s'y passe, sauf qu'il y a plus de 25 familles! Autre différence: les règlements de compte aux USA ont été exécutés sur leur sol alors que les mafieux russes ou ukrainiens règlent leurs comptes à l'étranger

  • Masha 58 le 31.12.2017 10:08 Report dénoncer ce commentaire

    @Navalny: Prenez exemple sur Ricco! Suspendu pour 12 ans il va faire son retour en 2024! Après votre suspension, cher Alexei, vous pourrez candider aussi! Et vous savez la meilleure? Vous n'aurez plus Poutine en face de vous! En effet il sera réélu pour 6 ans, puis il doit pauser 6 ans! Dans douze ans il aura 77 ans et je ne pense pas qu'il se représentera alors. Mais vous, par contre, vous devrez faire preuve et montrer ce que vous valez!

  • Kon Zeil le 31.12.2017 10:03 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a à peine un an nous étions indignés que la Russie se soit mêlée des élections US. Ne faisons pas pareil et ne nous mêlons pas des élections russes et ne nous mêlons pas des opposants ou pseudo-opposants russes. Bonne année à tous!

  • Jeeky le 31.12.2017 09:50 Report dénoncer ce commentaire

    Oui on peut être contre Poutine, oui on peut dire que la Russie nous gêne, oui il faut à ce moment soutenir les opposants; tout cela est compréhensible! Par contre je ne comprendrai jamais nos dirigeants quant à leurs choix. Soutenir des opposants oui, mais jamais, au grand jamais, des mafieux et même des nazis (en Ukraine). N'y a-t-il pas des opposants sérieux?

    • Terry le 31.12.2017 10:48 Report dénoncer ce commentaire

      La "couleur" des opposants n'intéresse pas nos dirigeants atlantistes, ce qui compte c'est qu'ils soient opposants... et pro-occidentaux!