Conseillers, avocats

29 juin 2016 11:20; Act: 29.06.2016 12:21 Print

Le Brexit devient une manne pour certains

Le vote britannique a jeté nombre d'entreprises et investisseurs dans l'incertitude. Mais il permet aussi de gagner de l'argent, pour des consultants et avocats.

storybild

Près d'une semaine après le vote britannique, la plus grande incertitude plane sur les conséquences économiques de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. (photo: DPA)

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est une opportunité de faire des affaires», explique Alasdair Steele, avocat londonien du cabinet Nabarro et à la tête du groupe de travail Brexit de Broadlaw Group, un réseau de cinq cabinets d'avocats européens. «Les gens vont avoir besoin de conseils, et ce potentiellement pendant encore des années». Jeudi dernier, les Britanniques ont voté pour quitter l'Union européenne (UE), une décision qui a provoqué une onde de choc à l'échelle mondiale. Le pays aura deux ans pour négocier les conditions de son départ, une fois lancée la procédure formelle. Deux années pendant lesquelles les entreprises notamment ne sauront pas à quelle sauce elles seront mangées.

Pour l'instant, aucun de ceux qui se pressent pour leur prodiguer des conseils n'en savent vraiment plus, par exemple sur le régime qui s'appliquera aux relations commerciales entre Londres et l'UE. Mais «nous pouvons aider les clients à comprendre ce qui est important et ce qui ne l'est pas», explique Charles Burton, directeur général d'Oxford Economics. Ce cabinet de conseil a réalisé de nombreuses études sur les effets d'un Brexit. M. Burton est assailli de demandes de clients (entreprises, institutions) et ce «depuis vendredi à 5h du matin». «Est-ce que vous vendez ou achetez dans l'UE? Est-ce que nous pouvons faire quelque chose pour garantir vos opérations transfrontalières?», telles sont aussi les questions vers lesquelles M. Steele et ses collègues aiguillent leurs clients.

Une opportunité jusqu'en Allemagne

Le cabinet d'audit KPMG a mis sur pied un «forum clients spécial Brexit» sur Internet et organisé lundi une conférence téléphonique pour ses clients anxieux. «Nous sommes là pour vous fournir de l'aide», leur a assuré Melanie Richards, vice-présidente de l'antenne britannique de KPMG. Tout en prévenant: «Vous n'aurez pas immédiatement toutes les réponses à vos questions».

Le séisme provoqué sur les marchés par l'issue du scrutin a aussi créé un besoin accru de conseils pour se positionner sur les marchés, que ce soit ceux des actions, des devises ou des matières premières. Banques, maisons de courtage et conseils financiers divers sont tous prêts à s'engouffrer dans la brèche. «Il y a un vrai besoin de conseil indépendant», souligne James Ruddiman, directeur de la société de conseil en devises Audere à Londres. Celui-ci note que la livre sterling, qui a chuté de plus de 12% en quelques jours par rapport au dollar, n'avait pas connu de mouvement de cette brutalité depuis 1992.

Les offres de bons services vont bien au-delà des frontières britanniques. L'agence de conseil en communication Instinctif, basée à Düsseldorf en Allemagne, a commencé à contacter les entreprises pour les conseiller sur leur stratégie de communication post-Brexit, explique l'un de ses directeurs, Thomas Stein. Une assistance facturée à l'heure, comme il est d'usage dans la branche, avec des tarifs pouvant aller jusqu'à 360 euros par consultant affecté au dossier.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • attila le 29.06.2016 14:20 Report dénoncer ce commentaire

    je suis super content qu'ils sortent.

  • pierre le 29.06.2016 16:18 Report dénoncer ce commentaire

    Le malheur des uns fait le bonheur des autres !!!!

  • vrai travailleur le 29.06.2016 12:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je suis content qu'après le bug de L an 2000, les rulings et autres subtilités on ait trouvé un relais de croissance

Les derniers commentaires

  • pierre le 29.06.2016 16:18 Report dénoncer ce commentaire

    Le malheur des uns fait le bonheur des autres !!!!

  • attila le 29.06.2016 14:20 Report dénoncer ce commentaire

    je suis super content qu'ils sortent.

  • vrai travailleur le 29.06.2016 12:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je suis content qu'après le bug de L an 2000, les rulings et autres subtilités on ait trouvé un relais de croissance

    • N'imp. le 29.06.2016 13:37 Report dénoncer ce commentaire

      Et oui, malgré tout les affaires continuent. Merci les pro Brexit.