Polémique en Belgique

08 juin 2017 17:39; Act: 08.06.2017 18:18 Print

Le bourgmestre de Bruxelles va démissionner

Yvan Mayeur, bourgmestre socialiste de la capitale belge, doit annoncer sa démission ce jeudi soir, suite à une polémique concernant sa rémunération au Samusocial.

storybild

Yvan Mayeur a été poussé de toutes parts à donner sa démission. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Coup de tonnerre dans le ciel bruxellois. Le bourgmestre, accusé de mauvaise gestion, va présenter sa démission ce jeudi soir, a fait savoir son cabinet, en milieu d'après-midi. Depuis quelques jours, Yvan Mayeur est empêtré dans une polémique liée à sa rémunération en tant que membre du bureau du Samusocial, une association d'aide aux SDF.

Le scandale a vu le jour lorsque qu'un député régional d'opposition a révélé que l'association consacrait plus de 60 000 euros par an à la rémunération de ses administrateurs. Selon la télévision publique RTBF, Yvan Mayeur a perçu 16 800 euros bruts en 2015 et 18 900 euros l'an dernier au Samusocial, dont il a démissionné début 2017.

«Il y a toujours une justification»

«Je suis assistant social, je ne suis pas dans la charité mais dans un travail professionnel. Est-ce que ça mérite une indemnité ? Je pense que oui. Je percevais en net, avec les ponctions en fiscalité, 700 euros par mois», s'est-il justifié jeudi dans une interview au quotidien belge Le Soir. «Il y avait et il y a toujours une justification liée à la masse de tâches accomplies», a-t-il ajouté.

Yvan Mayeur s'était abstenu de répondre aux questions lors d'un conseil municipal houleux mardi soir, laissant s'exprimer l'une de ses alliées, l'ex-présidente du Samusocial et actuelle présidente du Centre public d'action sociale (CPAS) de Bruxelles, Pascale Peraïta. Cette dernière, qui a quitté en pleine tourmente la tête du Samusocial la semaine passée, a quant à elle touché 17 080 euros bruts en 2015 et 18 900 euros en 2016, selon la RTBF.

(L'essentiel avec AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.