Royaume-Uni

20 février 2016 14:14; Act: 20.02.2016 14:20 Print

Le référendum sur le Brexit aura lieu le 23 juin

Le référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE aura lieu le 23 juin, a annoncé ce samedi le premier ministre David Cameron à l'issue d'un conseil des ministres.

storybild

David Cameron a annoncé samedi la date du référendum. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Au lendemain de l'accord arraché à Bruxelles à ses homologues européens, le dirigeant britannique a réitéré que le Royaume-Uni sera «plus fort, plus en sécurité et plus prospère au sein d'une union européenne réformée», lors d'une brève allocution devant le 10 Downing Street.

«Je me présenterai lundi au Parlement et je proposerai que le peuple britannique se prononce le jeudi 23 juin par référendum sur notre avenir en Europe», a déclaré le chef de l'exécutif britannique. Il a qualifié ce vote de «l'une des plus grandes décisions» d'une génération. David Cameron, qui doit faire face à un vaste mouvement eurosceptique au sein de son propre parti conservateur, a fait savoir qu'il défendrait le maintien du Royaume-Uni dans l'UE lors du référendum.

L’Écosse fera pression

Si l'Angleterre se prononce pour une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, contre le souhait d'Edimbourg, l'Ecosse fera pression pour qu'ait lieu rapidement un nouveau référendum sur la question de son indépendance. C'est ce qu'a déclaré samedi l'ex-dirigeant nationaliste écossais Alex Salmond. Nicola Sturgeon, actuelle dirigeante du Parti national écossais et du gouvernement d'Edimbourg, s'est déclarée pour un maintien dans l'UE. Les sondages montrent qu'une majorité des cinq millions d’Écossais partagent ce choix.

Toutefois, le vote des Écossais pèsera relativement peu, lors du futur référendum britannique, en regard des 53 millions d'Anglais, qui représentent 84% de la population du Royaume-Uni. «Je pense que le référendum, en Grande-Bretagne, sera serré, il dépendra entièrement des arguments présentés», a dit Alex Salmond.

Les Écossais ont déjà rejeté l'indépendance

Si «nous sommes conduits vers une sortie (de l'UE) contre notre volonté par les suffrages de l'électorat anglais bien plus nombreux, les pressions en faveur d'un nouveau référendum sur l'indépendance de l’Écosse seront irrésistibles et, je pense, viendront rapidement», a estimé Alex Salmond.

Lors du référendum du 18 septembre 2014, les Écossais ont rejeté l'indépendance par 55% contre et 45% pour. Depuis lors, le SNP a retrouvé des couleurs, s'emparant de 56 des 59 sièges dévolus à l’Écosse au parlement de Westminster lors des législatives du 7 mai dernier.

(L'essentiel/AFP)