Incendie de la tour Grenfell

13 juin 2018 07:05; Act: 13.06.2018 10:43 Print

«Les gens me disaient de sauter»

Le chagrin et la colère animent les survivants de la tour Grenfell, à l'approche du premier anniversaire de l'incendie qui a fait 71 morts dans la nuit du 13 au 14 juin 2017.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Kerry O'Hara, une résidente du sixième étage de la tour Grenfell, était sur le point de se coucher, en cette nuit du 13 au 14 juin 2017, lorsqu'elle a senti une odeur de brûlé. Il y a ce vacarme aussi, qui vient de l'extérieur. Kerry, 53 ans, qui vit seule dans un appartement de la tour de 24 étages, avec son chat Rosie, se rend à la fenêtre, et réalise rapidement que son immeuble est la proie d'un redoutable incendie. «Les gens me disaient de sauter», raconte-t-elle à l'AFP devant une tasse de thé, dans un centre de soutien aux résidents, à quelques jours du premier anniversaire de cette tragédie qui a fait 71 morts dans le quartier de Kensington et Chelsea, à l'ouest de Londres.

«Un pompier m'avait dit de ne pas bouger. Il disait qu'ils viendrait me chercher à un moment ou à un autre. Mais moi, je n'arrêtais pas de courir en criant "Aidez-moi". J'étais hystérique». La peur finit par l'emporter, Kerry décide de passer outre les consignes des pompiers. Elle rassemble quelques affaires et quitte son appartement, horrifiée de devoir laisser son chat derrière elle. Son dernier souvenir en quittant l'appartement, où elle habitait depuis près de deux décennies: le chat sur son canapé, la regardant. Sur le palier, Kerry découvre avec horreur l'épaisse fumée qui remplit la seule cage d'escalier de cet immeuble de logements sociaux.

Un chat miraculé

«Il faisait si sombre et il y avait tellement de fumée que j'ai dû me frayer un chemin à tâtons dans le couloir. Dans l'escalier, je n'arrêtais pas de crier "À l'aide!"». Elle parvient finalement à descendre jusqu'au deuxième étage, où elle tombe sur des résidents et des pompiers, qui l'emmènent en lieu sûr. «Je suis contente de ne pas avoir suivi cette consigne (NDLR: de confinement des pompiers) et je déteste penser à ce qui se serait passé si je n'avais pas bougé», dit Kerry, alors qu'un récent rapport d'experts critique la stratégie des pompiers. «J'avais peur et je savais que je devais sortir. Je ne voulais pas mourir là-dedans».

Après l'incendie, Kerry passe d'hôtels en foyers, avant d'être finalement relogée, par le conseil municipal local, propriétaire de la tour, dans un appartement flambant neuf avec balcon, à plusieurs kilomètres, à l'ouest du sinistre. Elle fait partie des 82 foyers qui ont obtenu un nouveau logement, sur les 203 dans le besoin à la suite de l'incendie. Se sentant déracinée, elle retourne régulièrement dans les environs de la tour Grenfell, où elle a passé une grande partie de sa vie. «J'ai l'impression d'avoir été déplacée, j'ai envie de revenir», dit-elle, confiant éprouver ces derniers temps le «stress» du premier anniversaire de l'incendie.

«Je ressens de la colère, de la culpabilité pour avoir survécu mais aussi de la douleur. Beaucoup d'émotions mélangées», dit-elle. Depuis la tragédie, elle souffre d'une maladie cardiaque, le syndrome du «cœur brisé», classiquement dû à un choc émotionnel intense, et suit un traitement médicamenteux. Elle a néanmoins trouvé un motif de joie, après un coup de téléphone deux mois après l'incendie d'un vétérinaire lui annonçant qu'un chat doté d'une micro-puce avait été retrouvé. Son chat, miraculeux survivant de l'enfer. Elle se souvient encore de leurs retrouvailles. «J'étais tellement émue, je me suis effondrée en larmes».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 13.06.2018 09:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tous ces pauvres ont vécu un horrible drame et en plus les rescapés ne sont même pas bien pris en charge, honteux !!!

  • Justme le 13.06.2018 14:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Après chacun ses priorités, mais personnellement même si je dois sortir en caleçon jamais j abandonnerais mon chat.... jamais!!!!!

  • Elle est sérieuse? le 13.06.2018 18:32 Report dénoncer ce commentaire

    Mais, mais... elle a laissé le chat!!! Elle rassemble quelques affaires mais pas le chat? Et le pauvre la regarde tranquillement partir... Ah mais des fois...

Les derniers commentaires

  • Elle est sérieuse? le 13.06.2018 18:32 Report dénoncer ce commentaire

    Mais, mais... elle a laissé le chat!!! Elle rassemble quelques affaires mais pas le chat? Et le pauvre la regarde tranquillement partir... Ah mais des fois...

  • cocou le 13.06.2018 17:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    exact lautre abandonne son animal de compagnie, une honte, elle a pensée qu'a sa poire sa m'écoeure

  • Justme le 13.06.2018 14:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Après chacun ses priorités, mais personnellement même si je dois sortir en caleçon jamais j abandonnerais mon chat.... jamais!!!!!

  • torolkozo le 13.06.2018 09:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tous ces pauvres ont vécu un horrible drame et en plus les rescapés ne sont même pas bien pris en charge, honteux !!!

  • Miaou le 13.06.2018 08:26 Report dénoncer ce commentaire

    Belle histoire dans cette horrible tragédie.