En Catalogne

15 avril 2018 12:49; Act: 15.04.2018 13:00 Print

Les indépendantistes manifestent encore

Des milliers de personnes ont déambulé dimanche dans les rues de Barcelone pour demander la libération des personnes incarcérées il y a six mois.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Six mois après les premières incarcérations de figures de l'indépendantisme catalan, des manifestants ont défilé par milliers dimanche à Barcelone pour protester contre l'emprisonnement de neuf sécessionnistes accusés de «rébellion» et réclamer l'ouverture d'un dialogue politique. «Liberté pour les prisonniers politiques», criaient des milliers de manifestants massés sur l'avenue Paralel, en soutien aux dirigeants indépendantistes placés en détention provisoire pour sédition, détournements de fonds ou rébellion, passible de 30 ans de prison.

Des milliers de manifestants portaient un ruban jaune par solidarité avec les indépendantistes détenus: un signe que le ministre de la Justice Rafael Catala a récemment jugé «insultant, parce qu'il prétend qu'il y a des prisonniers politiques en Espagne alors que ce sont des politiques emprisonnés». L'appel à manifester avait été lancé par une plateforme créée en mars dans la région du nord-est de l'Espagne pour «défendre les institutions catalanes» et «les droits et libertés fondamentales» des citoyens. Le fait que deux grands syndicats, Commissions ouvrières et UGT, en fassent partie, aux côtés des associations séparatistes ANC et Omnium, a provoqué de vives protestations parmi ceux de leurs membres qui n'ont jamais voulu de l'indépendance.

«La violence n'a jamais existé»

Dans la région très partagée sur la question de l'indépendance, cette mobilisation a lieu dix jours après la remise en liberté de l'ancien président indépendantiste catalan Carles Puigdemont en Allemagne, où un tribunal a considéré que les charges pour «rébellion» n'étaient pas étayées. Cependant, des magistrats espagnols ont transmis jeudi à leurs homologues allemands des éléments afin d'accréditer l'existence «de violences justifiant la rébellion» selon Madrid, dans l'espoir d'obtenir la remise de M. Puigdemont à l'Espagne pour cette accusation. M. Puigdemont est également accusé de détournement de fonds publics, en lien avec l'organisation du référendum d'autodétermination interdit du 1er octobre.

Depuis le 16 octobre, les anciens présidents d'associations indépendantistes Jordi Sanchez et Jordi Cuixart sont en détention provisoire. Incarcérés avant la vaine proclamation d'une «République catalane» le 27 octobre, ils sont considérés comme des membres du noyau dur ayant piloté la marche frustrée vers l'indépendance. «Ce qui me rend triste, c'est l'accusation de violence, qui n'a jamais existé», répondait dès décembre Jordi Sanchez sur Twitter. Élu député catalan alors qu'il était détenu, M. Sanchez a été proposé par deux fois comme candidat à la présidence régionale, mais le juge a rejeté ses demandes de sortie de prison.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lux le 15.04.2018 23:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Liberté d‘expression !!!! Quelque chose que bcp de gens oublient aujourd’hui !!! Laissez les espagnols tranquilles ! Laissez les catalans ! C’est normal, dans la vie aujourd’hui, c’est chacun pour soi !

  • Manudelux le 15.04.2018 14:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive la Catalogne libre !

  • No comment le 15.04.2018 13:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est clair que les politiques en détention payent pour la fuite de Puigdemont

Les derniers commentaires

  • Lux le 15.04.2018 23:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Liberté d‘expression !!!! Quelque chose que bcp de gens oublient aujourd’hui !!! Laissez les espagnols tranquilles ! Laissez les catalans ! C’est normal, dans la vie aujourd’hui, c’est chacun pour soi !

  • umr le 15.04.2018 21:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un article sur les indépendantistes de nouveau d’après le journal allemand plus au moins dix mille il y a avait 17000 au marathon de Madrid pour le cancer et une 100 de manifestation pour augmenter les pansions et aucun article ça aussi c’est l Espagna ça donne à réfléchir.

    • La Mouche le 16.04.2018 13:22 Report dénoncer ce commentaire

      D'après la Guardia Civil espagnole, ils étaient 300.000 et non 10.000

  • luxcom le 15.04.2018 17:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l'espagne doit rester unie

  • Manudelux le 15.04.2018 14:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive la Catalogne libre !

  • No comment le 15.04.2018 13:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est clair que les politiques en détention payent pour la fuite de Puigdemont

    • Michel le 16.04.2018 21:42 Report dénoncer ce commentaire

      C'est qui est bien clair c'est que maintenir une quinzaine de personnes en prison préventive et à 600 km de chez elles ne relève pas de la justice, mais de la pure et simple vengeance!