Brexit

17 juillet 2017 09:13; Act: 17.07.2017 13:56 Print

Les négociations entrent dans le vif du sujet

L'UE à 27 et le Royaume-Uni entrent lundi, dans le vif du sujet, lors d'un deuxième round de négociations à Bruxelles pour déterminer les conditions de leur divorce.

storybild

De nombreux sujets sont sur la table. (photo: AFP)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Après une session inaugurale au cours de laquelle les deux parties se sont accordées sur le calendrier des rencontres et les sujets à régler en priorité, les deux camps vont pouvoir commencer à comparer leurs positions de négociation sur les dossiers les plus épineux: droits des citoyens et solde des comptes. Pour cette véritable entrée en matière, le négociateur en chef européen Michel Barnier espère pouvoir «nous assurer que nous travaillons sur les mêmes bases, avec des objectifs communs». Côté britannique, l'homologue de M. Barnier, David Davis, a appelé les deux camps à «se mettre cette semaine au travail», dans un communiqué. «Protéger les droits de tous nos citoyens est ma priorité et c'est quelque chose sur laquelle on doit vraiment progresser», a souligné M. Davis.

Les deux équipes de négociateurs discuteront chaque jour, au niveau de groupes de travail, jusqu'à jeudi, jour où se tiendront une session plénière et une conférence de presse. La pression est incontestablement montée la semaine dernière, à l'approche de ce nouveau cycle de négociations - programmées à un rythme mensuel. Le ministre britannique des Affaires étrangères, l'eurosceptique Boris Johnson, a assuré depuis Londres que les Européens pouvaient «toujours courir» pour que son pays paie la facture du Brexit, estimée jusqu'à 100 milliards d'euros par certains responsables européens.

D'ici le printemps 2019

«L'heure tourne», a toutefois mis en garde Michel Barnier si Londres et Bruxelles veulent boucler - comme prévu - un accord de retrait d'ici mars 2019, après 40 années de mariage tumultueux. En fait, les négociations sur le Brexit doivent même être bouclées d'ici à octobre 2018 pour permettre la ratification de l'accord final par toutes les parties concernées d'ici au printemps 2019.

Les Européens, qui ont finalisé leurs préparatifs des tractations en mai, se montrent de plus en plus impatients de connaître les positions britanniques. Londres a publié jeudi les documents précisant son «opinion» sur plusieurs sujets clés - mais toujours pas la question cruciale du règlement financier. Dans ces «papiers», les Britanniques insistent sur la nécessité de s'entendre sur une période transitoire et de commencer au plus vite à discuter du statut de la future relation entre les deux parties. Une conversation que les 27 ont pourtant déjà conditionnée à l'établissement d'avancées significatives sur des sujets clés comme le sort des citoyens expatriés, déjà évoqué, la question financière et la frontière entre la république d'Irlande et la province britannique de l'Irlande du Nord.

«Pas un pound de plus que ses engagements»

«Solder les comptes (...) ce n'est pas facile, ça coûte cher dans toute séparation», a reconnu Michel Barnier. «Nous ne demanderons pas au Royaume-Uni un euro, un 'pound' (une livre sterling, NDLR) de plus que ses engagements» pris au moment de son adhésion à l'UE, a de nouveau promis le Français. À Londres, l'Office de responsabilité budgétaire (OBR), chargé de surveiller les comptes du Royaume-Uni, a estimé que cette facture - «un coût unique» - ne devrait pas avoir d'impact majeur sur les finances publiques.

Les deux parties devraient également commencer à se pencher sur des points «divers», comme l'appartenance à Euratom, la communauté européenne de l'énergie atomique, l'autorité de la Cour de justice de l'UE (CJUE) ou le statut des biens placés sur le marché unique après la date du Brexit (par exemple une voiture fabriquée et mise sur le marché avant le Brexit mais vendue après).

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.