Pour la Catalogne

07 décembre 2017 13:19; Act: 07.12.2017 17:00 Print

Manifestation monstre au cœur de Bruxelles

Environ 45 000 personnes ont manifesté, jeudi, dans le quartier européen de Bruxelles en soutien à l'indépendance de la Catalogne et pour interpeller l'UE.

storybild

Les organisateurs avaient annoncé, à la veille de la manifestation, tabler sur 20 000 participants. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Environ 45 000 personnes ont manifesté, jeudi, dans le quartier européen de Bruxelles en soutien à l'indépendance de la Catalogne, à l'appel de deux associations indépendantistes souhaitant interpeller l'Union européenne, a annoncé la police de la capitale belge sur son compte Twitter.

Les organisateurs avaient annoncé, à la veille de la manifestation, tabler sur 20 000 participants. Le «comptage officiel» de la police de Bruxelles a été communiqué environ une heure après le départ du cortège d'un parc tout proche des institutions européennes.

Réveiller l'Europe

Le cortège, qui devait parcourir pendant plusieurs heures le quartier des institutions européennes, était noyé sous une marée de drapeaux rayés rouge et jaune, aux couleurs de la Catalogne. À l'arrivée était prévue une série de discours de responsables indépendantistes catalans, notamment de Carles Puigdemont, le président destitué de la région, exilé en Belgique.

«On est venu soutenir notre président qui a dû s'enfuir parce qu'il risquait la prison en Espagne (..) et pour demander à l'Europe de se réveiller et de voir qu'en Espagne il n'y a pas de démocratie», a expliqué à l'AFP Montserrat Mante, une retraitée de 73 ans venue de Badalona, non loin de Barcelone. Beaucoup de manifestants brandissaient des pancartes «Wake Up Europe!» (Europe réveille-toi), le mot d'ordre du rassemblement, certains reprenant en chœur le cri «Independancia».

D'autres slogans ou pancartes s'en prenaient à l'attitude des dirigeants de l'UE. «La démocratie? On la défend quand ça nous va bien», pouvait-on lire sous un portrait du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, auxquels les indépendantistes catalans reprochent d'avoir pris le parti de Madrid.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Albert Boadella le 07.12.2017 13:57 Report dénoncer ce commentaire

    Le gouvernement nationaliste catalan a profité de ses prérogatives sur l’éducation pour endoctriner deux générations, en les entretenant dans une haine de tout ce qui est espagnol. En falsifiant l’Histoire, en exaltant la supériorité catalane face à une Espagne tyrannique, on a inoculé aux enfants le virus de la xénophobie. Un virus bien connu, puisque le nationalisme a toujours grandi en s’inventant un ennemi.

  • Citoyen 57 le 07.12.2017 18:57 Report dénoncer ce commentaire

    A Albert . A quoi on servies les élections de 2015? Pour celles de décembre 2017 si le résultat ne plait pas au gouvernement espagnol il fait quoi? Quand à l histoire elle n'est pas celle que vous dites..

  • POLICE INCOMPETENTE le 07.12.2017 15:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est curieux d’utiliser les jours de congé proposés par l’état espagnol pour fêter la signature de la Constitution espagnole du 6 décembre- a des fins indépendantistes. C’est du catalan tout craché !

Les derniers commentaires

  • ne pas tout mélanger le 07.12.2017 19:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce sont des élections régionales, pas un référendum, l'état espagnol a toujours accepté le résultat des élections. il est intervenu quand les élus sont sortis de la légalité.

    • Citoyen 57 le 07.12.2017 20:40 Report dénoncer ce commentaire

      Donc si des indépendantistes gagnent des élections régionales cela ne sert à rien ... En France on a la Corse et la Nouvelle Caledonie et...et... Des élus démocratiquement élus prennent des décisions dans une région ou un pays.Si on ne veut pas de problèmes les élections régionales n' ont pas lieu d'etre, ni un parlement régional.

  • Citoyen 57 le 07.12.2017 18:57 Report dénoncer ce commentaire

    A Albert . A quoi on servies les élections de 2015? Pour celles de décembre 2017 si le résultat ne plait pas au gouvernement espagnol il fait quoi? Quand à l histoire elle n'est pas celle que vous dites..

  • POLICE INCOMPETENTE le 07.12.2017 15:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est quand même curieux de voir tous ces Catalans qui profitent des journées de congé accordées par le gouvernement Espagnol –pour fêter l’anniversaire de la signature de la Constitution Espagnole– à des fins indépendantistes et séparatistes (en plus de profiter de quelques jours de vacances à la capital de l’UE pour manger des gaufres et des frites).

  • POLICE INCOMPETENTE le 07.12.2017 15:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est curieux d’utiliser les jours de congé proposés par l’état espagnol pour fêter la signature de la Constitution espagnole du 6 décembre- a des fins indépendantistes. C’est du catalan tout craché !

  • John le 07.12.2017 14:26 Report dénoncer ce commentaire

    Sortez les canons à eau amis belges, ne vous laissez pas embêter par des problèmes qui n'ont aucune légitimité et qui n'ont rien à voir avec la Belgique ou l'U.E.

    • Pas d'accord le 07.12.2017 15:22 Report dénoncer ce commentaire

      Rien à voir avec la Belgique certes mais comme l'UE a pris position pour Madrid alors cela concerne l'UE !! En plus les catalans sont à Bruxelles mais en tant que capitale de l'Europe et pas comme capitale de la Belgique.

    • tonton buzz le 07.12.2017 15:34 Report dénoncer ce commentaire

      Malheureusement cela ne concerne pas la Belgique mais les institutions européennes, et donc voilà, Bruxelles est prise d'assaut... mais sinon je suis d'accord avec vous .

    • Jaume le 09.12.2017 10:21 Report dénoncer ce commentaire

      La Belgique, exemple de démocracie: trois cultures, trois langues. L' Espange, le contraire: trois cultures non espagnoles non reconnues (catalans, baseus, galicines), une unique langue imposée.