Contre le gouvernement

02 février 2017 07:13; Act: 02.02.2017 10:34 Print

Manifestations inédites depuis 1989 en Roumanie

La Roumanie a connu mercredi soir des manifestations contre un assouplissement de la législation anticorruption d'une ampleur inédite depuis la chute du communisme.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Aux cris notamment de «voleurs», «honte à vous», «démission», les manifestants étaient au moins 200 000 à travers le pays, dont la moitié à Bucarest, rassemblés durant près de cinq heures dans un froid glacial, face au siège du gouvernement. En l'absence de chiffres des autorités, plusieurs médias nationaux ont estimé qu'il s'agissait des plus importantes manifestations depuis la révolution roumaine de décembre 1989 et l'année de turbulences politiques qui avait suivi. Le nombre de manifestants a été évalué jusqu'à 300 000 dans toute la Roumanie. Les grandes villes de Cluj, Sibiu ou Timisoara se sont également mobilisées, tout comme des localités de taille plus modeste. «Il était temps que les gens se réveillent et cessent d'accepter autant d'abus», a confié à l'AFP, Daniela Crangus, une informaticienne de 31 ans, dans la manifestation de Bucarest.

Dans la capitale, le rassemblement s'est achevé par des incidents. Les forces de l'ordre ont essuyé des jets de pétards, de pierres, de bouteilles de la part de groupes isolés et ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène. Deux gendarmes et deux manifestants, légèrement blessés, ont été transportés à l'hôpital.

L'UE inquiète

L'adoption surprise, mardi soir, d'un décret d'urgence qui pourrait mettre les hommes politiques à l'abri de certaines poursuites (voir encadré) avait déjà fait descendre en pleine nuit des milliers de Roumains dans la rue, à peine un mois après l'entrée en fonction du gouvernement de Sorin Grindeanu. «Je suis indignée. Le PSD (NDLR: Parti social-démocrate) a gagné les élections, mais ça ne veut pas dire qu'il peut modifier le code pénal de nuit, en cachette», avait déclaré Gabriela State, 46 ans, lors d'un autre rassemblement spontané dans la matinée.

Le PSD affronte une nouvelle crise politique après avoir dû quitter le pouvoir fin 2015 sous la pression de la rue, à la suite d'un dramatique incendie dans une boîte de nuit de Bucarest. L'exécutif dit vouloir désengorger les prisons et mettre en conformité le code pénal dont une soixantaine d'articles ont été invalidés par la Cour constitutionnelle. Pour Bianca, une autre manifestante, c'est «un retour en arrière» dans la lutte anticorruption. Démarche inédite, les ambassades des États-Unis, du Canada, d'Allemagne, de France, des Pays-Bas et de Belgique ont exprimé, dans une déclaration commune, leur «profonde inquiétude» devant ce décret qui «sape» les progrès réalisés par le pays dans la lutte contre la corruption.

La Commission européenne a exprimé sa «grande préoccupation». Le Premier ministre lui a répondu mercredi en assurant, dans un courrier, que «la lutte contre la corruption est l'une des priorités du gouvernement», réaffirmant son "engagement" en la matière.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Leonarda le 04.02.2017 08:41 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils se reprennent les Roumains, c'est tout ce qu'on leur demande!

  • Micha le 02.02.2017 08:41 Report dénoncer ce commentaire

    Ne serait-ce pas un coup de la main du Kremlin ?

  • En France, le 02.02.2017 09:38 Report dénoncer ce commentaire

    Pénélope Fillon déclarait n'avoir «jamais été l'assistante» de son mari dans un entretien de 2007 retrouvée par «France 2» qui la diffusera jeudi dans l'émission «Envoyé spécial».

Les derniers commentaires

  • Leonarda le 04.02.2017 08:41 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils se reprennent les Roumains, c'est tout ce qu'on leur demande!

  • En France, le 02.02.2017 09:38 Report dénoncer ce commentaire

    Pénélope Fillon déclarait n'avoir «jamais été l'assistante» de son mari dans un entretien de 2007 retrouvée par «France 2» qui la diffusera jeudi dans l'émission «Envoyé spécial».

  • Micha le 02.02.2017 08:41 Report dénoncer ce commentaire

    Ne serait-ce pas un coup de la main du Kremlin ?

    • C'est pas fini le 03.02.2017 09:12 Report dénoncer ce commentaire

      Hier soir le ministre roumain des Milieux d'affaires, du Commerce et de l'Entrepreneuriat Florin Jianu a annoncé sa démission, critiquant les mesures controversées du gouvernement pour assouplir la législation anticorruption qui ont déclenché des manifestations d'une ampleur inédite. Cela n'est que le debut de la vague tsunami qui va toucher le gouvernement. Gros impact sur l'europe a crindre. Aie.

    • ..!!.. le 03.02.2017 11:08 Report dénoncer ce commentaire

      L'Europe a voulu la Roumanie, eh bien que l'Europe la gère maintenant!

    • C'est pas fini le 03.02.2017 12:10 Report dénoncer ce commentaire

      @ ..!!.. Mais vous avez raison. Si le gouvernement n'est capable de prendre les décision correctement que le peuple ne les accepte pas ...

    • Marisol le 03.02.2017 14:55 Report dénoncer ce commentaire

      Pouvez vous vous imaginer ce que cela donnera si l'Ukraine faisait partie de l'UE?