Enquête en Angleterre

13 mars 2018 18:42; Act: 14.03.2018 10:41 Print

Mort suspecte d'un exilé russe à Londres

Un Russe, ancien partenaire en affaires d'un oligarque et opposant au Kremlin, a été trouvé mort lundi dans des circonstances inexpliquées à Londres.

storybild

La police britannique a indiqué ne pas avoir «de preuve d'un lien avec l'incident à Salisbury». (photo: AP)

Sur ce sujet

La police antiterroriste britannique a indiqué mardi s'être saisie de l'enquête «par précaution et à cause des relations qu'avait cet homme», sans toutefois donner son identité, dans un communiqué. Selon le Guardian, il s'agit de Nikolaï Glouchkov, 68 ans, un Russe qui avait reçu l'asile politique au Royaume-Uni en 2010. Selon sa fille Natalia citée par le quotidien russe Kommersant, son corps portait des traces de strangulation.

Ce décès intervient en pleine tension entre Londres et Moscou autour de l'affaire Skripal, du nom de l'ex-espion russe empoisonné le 4 mars avec un agent innervant militaire à Salisbury, dans le sud-ouest du Royaume-Uni, une attaque attribuée par Londres à la Russie. La police britannique a souligné dans son communiqué qu'elle n'avait «pas de preuve d'un lien avec l'incident à Salisbury».

Propos dérangeants?

Ancien cadre dirigeant d'Aeroflot dans les années 1990, Glouchkov avait été condamné à huit ans de prison par contumace en mars 2017 par la justice russe, qui avait ordonné le versement à la compagnie aérienne de 20 millions de dollars saisis à la fin des années 1990 sur des comptes en Suisse. Les poursuites pour détournement de fonds au détriment d'Aeroflot avaient été lancées en 1999, au moment où Glouchkov faisait partie des partenaires de Boris Berezovski.

L'ex-oligarque russe devenu opposant au Kremlin avait été retrouvé pendu dans sa résidence près de Londres en mars 2013. M. Glouchkov avait mis en doute la thèse d'un suicide. «Nous avons des amis en commun, ils ont annoncé sa mort. Je ne sais rien sur ses causes mais c'était un homme âgé. Il est décédé à son domicile à Londres», a réagi Demian Koudriavtsev, le propriétaire du quotidien économique russe Vedomosti et ancien conseiller de Boris Berezovski, cité par l'agence officielle TASS.

(L'essentiel/afp)