Catalogne

01 mars 2018 19:56; Act: 01.03.2018 20:53 Print

Puigdemont renonce à briguer la présidence

L'ancien président sortant de la région de Catalogne, en exil en Belgique, renonce à briguer un nouveau mandat.

storybild

Carles Puigdemont a mûrement réfléchi sa décision. (photo: AFP/Lluis Gene)

op Däitsch
Sur ce sujet

Le président catalan destitué, l'indépendantiste Carles Puigdemont, a annoncé ce jeudi dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, qu'il renonçait à briguer la présidence de la Catalogne, afin d'y faciliter la formation d'«un gouvernement le plus rapidement possible». «J'ai informé le président du parlement catalan que, de manière provisoire, il ne présente pas ma candidature à l'investiture comme président», a dit M. Puigdemont dans une vidéo enregistrée en Belgique, où il s'est installé fin octobre.

«Dans les conditions actuelles, c'est la seule façon de pouvoir former un nouveau gouvernement, le plus rapidement possible», a-t-il dit, pour expliquer ce retrait. Depuis la victoire des indépendantistes aux élections régionales du 20 décembre, il était le seul candidat à la présidence de l'exécutif régional, tout en sachant qu'il serait arrêté et vraisemblablement écroué s'il rentrait de Belgique en Espagne.

«La seule solution à un conflit politique est la politique»

Carles Puigdemont a proposé pour le remplacer la candidature du président d'une association indépendantiste, Jordi Sanchez, bien qu'il soit emprisonné depuis quatre mois. Sa région de 7,5 millions d'habitants est placée sous la tutelle de Madrid depuis la proclamation, restée sans effets, le 27 octobre à Barcelone d'une «République catalane». Dans un discours pugnace au ton solennel, devant les seuls drapeaux catalan et européen, M. Puigdemont a fustigé «les abus de l'État espagnol», qui cherche selon lui à «criminaliser l'indépendantisme».

«La Catalogne a gagné le droit à se convertir en une république indépendante», a-t-il réaffirmé. «Cet objectif est incontournable et c'est pourquoi il faudra continuer à faire de la politique depuis l'intérieur et depuis l'extérieur» du pays, a-t-il dit.

Il a réaffirmé que «la seule solution à un conflit politique est la politique» et de nouveau souhaité une médiation internationale. M. Puigdemont a en outre annoncé qu'une équipe d'avocats internationaux avait présenté jeudi une plainte en son nom contre l'État espagnol devant le comité des droits de l'homme des Nations unies, pour activement défendre ses droits.


(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • fo le 01.03.2018 20:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si c'est un homme,qu'il rentre en Espagne pour régler ses problèmes.

  • JHL le 02.03.2018 00:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça manque vraiment de sérieux! Proposer un prisonnier à la place d’un exilé. C’est comme choisir entre la peste et le choléra. Les catalans méritent mieux.. Il leur reste un mois pour trouver un représentant sérieux et cesser de se ridiculiser.

  • Incompatible avec l'UE le 01.03.2018 21:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je lui demanderai seulement une chose qu'il ne se présente plus avec le drapeau européen, son projet est incompatible avec le projet des fondateurs de l'Europe

Les derniers commentaires

  • Pedro le 02.03.2018 13:39 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait tout simplement éliminer TOUTES les autonomies en Espagne., ou du moins leur limiter les pouvoirs sensiblement. Preuve est faite que c'est la racine du "bordel" administratif lent et coûteux de l'Espagne. Trop de politiciens "per capita" avec des pensions à vie très élevées. C'est la ruine de l'Espagne.

  • JHL le 02.03.2018 10:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La mouche semble encore piquée au vif!! Je maintiens que le comportement des « dirigeants » catalans n’est pas sérieux. Puigdemont souhaitait Artadi pour créer 2 gouvernements catalans. Un en catalogne et l’autre à Bruxelles. Ce n’est pas sérieux et devient stupide.

    • La Mouche le 02.03.2018 12:38 Report dénoncer ce commentaire

      Il m'en faut un peu plus cher ami :) Artadi voulait un seul gouvernement "sur place". Mais trouvez vous normal, que chaque candidat potentiel finisse en prison ou qu'on mêne des enquetes contre eux direct? Je suis content que ce soit fini avec Puigdemont, il était un obstacle, il ne manque plus que Rajoy et on pourra enfin commencer à discuter... Ce qui me pique au vif, ce sont des commentaires déb... du genre 09:37 où les catalans sont haineux, racistes et anti-européens... sans parler de la "fuite" des entreprises... en même temps, je ne vous apprends rien, plus c'est gros, et plus ca passe.

  • Fablux le 02.03.2018 10:18 Report dénoncer ce commentaire

    Mais que d'argents gaspillés, c'est incroyables... imaginez-vous le nombre d'école, de crèche, de service aux citoyens, etc... qui auraient pu être créés avec tout cet argent dépensés en voyages, reunions, avocats, etc. simplement pour ça les Catalans devraient réfléchir .

  • Raphaël le 02.03.2018 09:37 Report dénoncer ce commentaire

    C'est hallucinant jusqu'où l'endoctrinement nationaliste de dizaines d'années peut pousser une région, avec comme résultat la division, le racisme, la haine, la fuite de 3.200 entreprises, bref tout ce qui est contraire aux valeurs de l'Union européenne

  • Pedro le 02.03.2018 08:00 Report dénoncer ce commentaire

    1. On ne peut pas être président si on n'est pas en règle avec la loi et on est en fuite. 2. Il aurait dû emprunter un autre chemin pour avoir plus d'autonomie pour la Catalogne. 3. De quel droit et sur quelles bases historiques la Catalogne devrait être indépendante ? 4. Ils ont réussi que la plupart des espagnols se mettent du côté de la Constitution, contre les catalans, mais est-ce qu'ils veulent provoquer une "guerre civile" comme en 1936? 5. Etant moi-même catalan, j'ai honte du la situation que ces personnes sont en train de provoquer. Vive la Catalogne espagnole! Vive une Espagne unie!

    • La Mouche le 02.03.2018 09:54 Report dénoncer ce commentaire

      1. Rajoy n'est pas en règle avec la loi (Gurtel, Barcenas...), ca l'empêche pas d'être au pouvoir. 2. Ils ont essayé, mais pour discuter il faut être deux 3. La Catalogne a déjà été un état indépendant (il y a longtemps je vous l'accorde) 4. Vous vouliez une Espagne unie, c'est le cas, tous contre les catalans (l'ennemi commun qui rapproche) 5. La situation actuelle n'est pas du seul fait des catalans. Si Rajoy avait accepté la discussion, on n'en serait pas là, il n'y aurait pas eu de radicalisation ni les indépendentistes au pouvoir. Facile de vouloir tuer son chien en l'accusant de la rage.

    • @ la mouche le 02.03.2018 13:03 Report dénoncer ce commentaire

      1. Rajoy n'est pas inculpé, mais certains membres ou ex-membres de son parti. On ne juge pas Rajoy, mais Puigdemont. 2. Puigdemont cherche le dialogue sous ses conditions, c'est un monologue. 3. Dites-moi quand est-ce que la Catalogne a été indépendante ? Mes livres d'histoire ne s'en rappellent pas. Ils ne sont pas "falsifiés" comme les livres catalans 4. Una Grande y Libre ? C'est ce qui risque d'arriver si les catalans continuent, comme en 39. 5. Personne n'acceptera de discuter avec Puigdemont ni avec les indépendentistes enragés, sans programme de futur économique pour TOUS les catalans.