Incendies au Portugal

16 octobre 2017 19:16; Act: 17.10.2017 12:00 Print

«Toute la ville ressemblait à une boule de feu»

Des centaines de départs de feu se sont déclarés dimanche dans des zones forestières du Portugal et du nord-ouest de l'Espagne. Au moins 39 personnes ont trouvé la mort.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Au moins 39 personnes ont été tuées par les feux de forêt qui ravageaient lundi le Portugal et la région voisine de Galice, en Espagne, frappés par des mois de sécheresse et balayés par des vents violents au passage de l'ouragan Ophelia. Sept personnes sont en outre portées disparues. Les feux ont fait également 51 blessés, dont 15 dans un état grave, a précisé la porte-parole de l'Autorité nationale de protection civile, Patricia Gaspar. Quelque 5 000 pompiers étaient sur le pied de guerre à travers le pays. Plus d'une trentaine de foyers jugés «importants» étaient toujours actifs et un nombre indéterminé de villages restaient sous la menace des flammes, a-t-elle précisé.

«Véritable enfer»

«On a vécu un véritable enfer, c'était horrible. Le feu est venu de partout et les flammes sont passées juste au-dessus des maisons», a témoigné à la télévision publique RTP une habitante de la commune de Penacova, située près de Coïmbra. Deux frères d'une quarantaine d'années y sont morts alors qu'ils tentaient de combattre les flammes.

En Galice, les autorités recensaient une quinzaine de foyers actifs pouvant représenter un risque pour les populations et les habitations. Confirmant un bilan provisoire de trois personnes tuées, le chef du gouvernement régional, Alberto Nunez Feijoo, a indiqué dans la matinée que la situation était toujours «très préoccupante». Il a annoncé que la Galice observerait trois jours de deuil. Le Premier ministre portugais Antonio Costa a lui aussi décrété trois jours de deuil national pour le Portugal, à partir de mardi.

Les autorités des deux pays espéraient que la météo, qui annonce pluie et températures plus douces à partir de lundi, aiderait les pompiers à venir à bout des brasiers encore actifs.

Sécheresse sévère

Une partie de ces incendies a «pour la première fois» traversé la «frontière naturelle» du nord du Portugal vers l'Espagne. Ils ont été attisés par des rafales de vent allant jusqu'à 90 km/h liées à l'ouragan Ophelia, qui passait au large de la péninsule ibérique et se dirigeait vers l'Irlande. «Nous sommes frappés par une sécheresse sévère», a également souligné la ministre portugaise de l'Intérieur, Constança Urbano de Sousa.

Le Portugal a enregistré dimanche 524 incendies ou départs de feux, du jamais vu depuis 2006, a souligné le Premier ministre Antonio Costa. Il a déclaré «l'état de catastrophe publique».

Le pays avait déjà été frappé à la mi-juin par l'incendie le plus meurtrier de l'histoire du Portugal, qui a fait 64 morts près de Pedrogao Grande (centre). Entre début janvier et fin septembre, près de 216 000 hectares de végétation étaient déjà partis en fumée, selon une estimation de l'Institut de la conservation de la nature et des forêts.

Boule de feu»

Contrairement à la tragédie de Pedrogao Grande, où les victimes ont toutes péri dans un seul brasier d'une violence inouïe, les personnes tuées dans la nuit de dimanche à lundi, ont péri dans plusieurs incendies différents à travers le centre et le nord du pays.

«La plupart des victimes ont trouvé la mort dans leur voiture, mais nous en avons retrouvé aussi à l'intérieur de leurs maisons», a déclaré le maire d'Oliveira do Hospital, José Carlos Alexandrino, à la télévision publique RTP. «Toute la ville ressemblait à une boule de feu, entourée par les flammes de tous les côtés», a-t-il décrit. Plus d'une centaine de familles ont perdu leur logement dans cette commune de 20 000 habitants.

En Galice, deux personnes ont péri piégées dans leur véhicule près de Nigran, alors qu'elles essayaient de fuir, a annoncé le maire de cette ville à la télévision: «Cela a été très soudain, c'était fou», a-t-il commenté. Un homme âgé a aussi été trouvé mort dans un hangar derrière sa maison, à Carballeda de Avia.

(L'essentiel/nxp/ats)