Conflit armé

13 avril 2017 23:03; Act: 14.04.2017 11:19 Print

Trois ans de guerre et 10 000 morts en Ukraine

Le conflit entre l'Ukraine et les rebelles pro-russes dans l'Est du pays a déjà fait plus de 10 000 morts. Le processus de paix semble au point mort.

storybild

Des séparatistes contrôlent des morceaux de territoire dans l'Est de l'Ukraine. (photo: Keystone/Sergey Vaganov)

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'Ukraine est entrée jeudi dans la quatrième année d'un conflit meurtrier avec les rebelles pro-russes dans l'Est du pays. Le conflit demeure gelé et sans perspective de règlement à l'horizon. Depuis avril 2014, le conflit a causé la mort de plus de 10 000 personnes: un bilan humain que nul en Ukraine n'aurait pu imaginer lorsque le soulèvement pro-européen du Maïdan a débouché sur la destitution du président pro-russe, Viktor Ianoukovitch. Dans la foulée, l'Ukraine assiste impuissante à l'annexion par Moscou de sa péninsule de Crimée, puis à la prise de contrôle par des manifestants pro-russes des bâtiments officiels à Donetsk et Lougansk, dans l'est du pays.

Ces manifestants, qui s'opposent aux nouvelles autorités pro-européennes, laissent vite place à des milices séparatistes, et Kiev déclenche le 13 avril, une «opération antiterroriste» pour reprendre le contrôle des zones rebelles. La Russie, qui dément toute ingérence, affirme qu'il s'agit d'un conflit interne à l'Ukraine. Tout juste reconnaît-elle que des «volontaires» russes sont partis de leur propre souhait prêter main forte aux rebelles luttant contre le nouveau gouvernement. Ce conflit, le seul en cours sur le continent européen, provoque une grave crise entre la Russie et l'Ukraine.

Marchandises et approvisionnement bloqués

Trois ans de conflit ont mis en lumière l'incapacité de Kiev à reconquérir les territoires contrôlés par les séparatistes. L'armée ukrainienne, mal équipée et mal préparée, a connu plusieurs défaites cinglantes après des succès initiaux. Sur le front diplomatique, Kiev et les séparatistes signent en 2014 à Minsk, avec la participation de la Russie et de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), un accord traçant les grandes lignes d'un règlement politique. Puis «Minsk 2» donne naissance à de nombreux cessez-le-feu rendus à chaque fois caduques par des combats le long de la ligne de front, devenue gelée de facto.

Outre son lourd bilan humain, le conflit a également plongé l'Ukraine dans une profonde crise économique. Déjà mal en point avant le soulèvement du Maïdan, l'économie ukrainienne est portée à bout de bras par le Fonds monétaire international (FMI) qui lui a accordé en 2015 un plan d'aide de 17,5 milliards de dollars. En récession depuis deux ans, minée par la corruption, l'économie du pays doit aussi désormais faire face aux conséquences du blocus des échanges avec l'Est. Ce blocus avait été décidé par le président Petro Porochenko, après le blocage par des militants nationalistes de trains de marchandises.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ambassade de TontonBeberie le 14.04.2017 12:05 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense qu'il faut en arriver à une partition de l'Ukraine. Un peu comme pour la Yougoslavie dans les années 1990. Personne ne niera le fait que la situation s'y est très nettement amélioré depuis le découpage en Croatie, Bosnie, Serbie, Macédoine, Monténégro etc ... Toujours respecter le droit à l'autodétermination des peuples est la clé de la paix.

Les derniers commentaires

  • Ambassade de TontonBeberie le 14.04.2017 12:05 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense qu'il faut en arriver à une partition de l'Ukraine. Un peu comme pour la Yougoslavie dans les années 1990. Personne ne niera le fait que la situation s'y est très nettement amélioré depuis le découpage en Croatie, Bosnie, Serbie, Macédoine, Monténégro etc ... Toujours respecter le droit à l'autodétermination des peuples est la clé de la paix.

    • FullmétalJF le 14.04.2017 15:07 Report dénoncer ce commentaire

      Absolument d'accord ! Il convient de se rappeler, si on veut bien remonter un peu plus loin, qu'une des causes de la seconde guerre mondiale a été le non-respect du fameux "principe des nationalités" qui, après avoir été proclamé à l'initiative du président américain Wilson, s'est heurté en 1918-1919 à l'exigence des vainqueurs de la guerre (singulièrement la France de Clémenceau), de pénaliser lourdement les vaincus d'un point de vue territorial.