Attentats de Paris

07 mars 2018 13:58; Act: 07.03.2018 16:25 Print

Un informateur d'Abaaoud sera jugé en Pologne

Un Marocain, informateur d'Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris de 2015, est détenu en Pologne et y sera jugé pour appartenance à Daech.

storybild

Selon le parquet polonais, Mourad T. a été «collaborateur» et «éclaireur» d'Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats du 13 novembre 2015.

Sur ce sujet

«Au cours de l'enquête, on a établi que l'accusé Mourad T. avait participé, de décembre 2014 à septembre 2016, à un groupe de crime organisé à caractère armé - une organisation terroriste internationale appelée État Islamique», a déclaré le parquet dans un communiqué. Mourad T. (la loi polonaise interdit de publier son nom de famille), 28 ans, né à Casablanca, a été interpellé le 5 septembre 2016 en Pologne, a précisé le parquet.

Il risque une peine allant de six mois à huit ans de prison. Selon le parquet polonais, Mourad T. a été «collaborateur» et «éclaireur» d'Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis, en banlieue parisienne. Mourad T. a notamment participé à une rencontre avec Abaaoud fin 2014 à Edirne en Turquie, à laquelle ont participé notamment Soufiane Amghar et Khalid Ben Larbi, «deux terroristes tués le 15 janvier 2015, à Verviers, en Belgique».

Infos de la CIA

L'accusé, qui se faisait passer pour mineur syrien et utilisait de nombreuses fausses identités, a séjourné dans plusieurs pays de l'Union européenne, tels que l'Autriche, la Grèce, la Hongrie, mais aussi en Serbie et en Turquie, a indiqué le parquet. Des plans de construction des engins explosifs et des cibles potentielles ont été trouvés dans le téléphone de Mourad T, a encore déclaré le parquet polonais.

Il s'agit du premier cas de poursuites contre un important membre de l'EI en Pologne. Les services polonais ont été mis sur sa piste par des confrères de pays membres de l'UE. Selon les médias, les premiers renseignements sont venus de la CIA.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lokmis le 07.03.2018 15:14 Report dénoncer ce commentaire

    Peu importe le pays, tant qu'on le juge.

  • Bon sens le 07.03.2018 21:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Espérons qu’ils en fassent un exemple dans sa peine!

Les derniers commentaires

  • Bon sens le 07.03.2018 21:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Espérons qu’ils en fassent un exemple dans sa peine!

  • Lokmis le 07.03.2018 15:14 Report dénoncer ce commentaire

    Peu importe le pays, tant qu'on le juge.

    • Jean paul le 07.03.2018 16:40 Report dénoncer ce commentaire

      Avec les prisons des Etats Unis sur ce territoire il va prendre chère

    • @lokmis le 07.03.2018 21:50 Report dénoncer ce commentaire

      beaucoup de ces types veulent être jugés en France, ils ne veulent absolument pas être jugés par les irakiens, syriens ou américains, il n' y a pas de bracelets électroniques là bas...