Suite aux manifestations

12 septembre 2018 17:13; Act: 12.09.2018 17:27 Print

Une étudiante belge arrêtée au Nicaragua

Les autorités belges suivent «de près» le cas d'une étudiante belgo-nicaraguayenne arrêtée au Nicaragua, pour s'être opposée au gouvernement du président Daniel Ortega.

storybild

Amaya Coppens est une dirigeante du Mouvement étudiant formé lors des manifestations contre le gouvernement Ortega. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Amaya Coppens, étudiante en médecine de 23 ans, a été arrêtée lundi, «emmenée de force de sa maison à Léon par des policiers et des paramilitaires», a expliqué la présidente du centre nicaraguayen des droits de l'homme (Cenidh), Vilma Nunez. La jeune femme, de père belge et de mère nicaraguayenne, élevée au Nicaragua, est une dirigeante du Mouvement étudiant du 19 avril, formé lors des manifestations contre le gouvernement de Daniel Ortega.

D'après l'avocate du Cenidh, Wendy Flores, elle est actuellement détenue dans une prison de la capitale Managua qui est considérée comme un centre de tortures par des défenseurs des droits de l'homme. Après son interpellation, Amaya Coppens a été «directement emmenée dans un centre de détention préventive qui s'appelle El Chipote, où il y a des cas avérés de torture, des tortures particulièrement atroces», a affirmé à la RTBF son père Frédéric Coppens.

300 personnes poursuivies suite aux manifestations

La famille redoute des poursuites pour «terrorisme», car «il y a eu une réforme d'une loi faite sur mesure et n'importe qui est accusé de terrorisme», a ajouté le père, qui a vécu 30 ans au Nicaragua et est revenu récemment en Belgique. La crise au Nicaragua, qui a fait plus de 320 morts et 2 000 blessés, a commencé le 18 avril par des manifestations contre un projet de réforme de la sécurité sociale aujourd'hui abandonné, qui se sont poursuivies pour demander le départ du président. Au moins 300 personnes sont poursuivies pour leur participation aux manifestations contre le gouvernement, dont 85 sont accusées de «terrorisme», selon le Haut-Commissariat pour les droits de l'homme de l'ONU.

Daniel Ortega

Mercredi, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a affirmé mercredi «suivre son dossier de manière directe sur place», par l'intermédiaire de l'ambassadeur belge à Panama, compétent pour les pays de la région. Outre ce contact via les autorités consulaires belges, Didier Reynders a aussi affirmé qu'il allait se rapprocher du gouvernement nicaraguayen. «Si nous n'arrivons pas à avoir un contact efficace dans les jours qui viennent, je prendrai évidemment aussi contact avec mon collègue (NDLR: homologue) nicaraguayen au moment de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, à la fin du mois», a fait valoir le chef de la diplomatie belge.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.