Programme européen

17 novembre 2017 16:15; Act: 17.11.2017 16:58 Print

Vers un Erasmus ouvert aux plus défavorisés?

Le programme qui a déjà permis à 9 millions de jeunes d'étudier à l'étranger doit maintenant s'ouvrir aux publics plus défavorisés, ont plaidé jeudi, quelques-uns de ses défenseurs.

storybild

L’objectif est de rendre le programme «plus accessible» à certains publics. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Créé le 15 juin 1987, le programme Erasmus permettait à l'origine aux seuls étudiants de partir suivre une année de cursus à l'étranger. Il n'a cessé de s'étendre, passant de 11 pays inscrits au départ à 33 pays participants. Désormais nommé Erasmus+, il a aussi gagné élèves du primaire et du secondaire, des lycées professionnels, demandeurs d'emplois, etc. «La question qui se pose est: "Quel avenir pour Erasmus"?», a lancé vendredi le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, lors d'une conférence de presse au conseil régional d'Île-de-France.

L'objectif affiché est de rendre le programme «plus efficace», «mieux ciblé», et de le rendre «plus accessible» à certains publics. Le commissaire a notamment souhaité l'ouvrir à davantage d'élèves de l'enseignement scolaire, aux apprentis, mais aussi «aux migrants ou aux personnes handicapées». «Il faut casser cette image de l'"auberge espagnole" (NDLR: en référence au film de Cédric Klapisch sur le sujet), avec des élites qui font la fête», a-t-il dit. «Nous voulons aller vers un Erasmus pour tous». Or, le succès du programme dépasse actuellement les capacités budgétaires.

Manque de financement

En 2017, s'il avait fallu accepter toutes les demandes en France, 49 millions d'euros supplémentaires auraient été nécessaires. «Il y a un risque que les financements ne soient pas à la hauteur des ambitions», a prévenu la députée européenne, Pervenche Berès, qui plaide pour de nouveaux contributeurs au programme (collectivités, entreprises...) En 2018, la Commission a toutefois proposé d'augmenter le montant des bourses individuelles, d'accroître le budget dédié aux échanges scolaires de la maternelle au lycée ou encore de créer une offre de stage hors Europe.

«En 2018, nous pourrons toucher des publics qui hésitaient à participer au programme faute de financement personnel», s'est félicitée Laure Coudret-Laut, directrice de l'agence Erasmus+ France.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.