Mont-Blanc

07 août 2020 18:46; Act: 07.08.2020 18:54 Print

Accès toujours interdit vers le glacier menaçant

Dans la vallée de Courmayeur, en Italie, à deux pas de la frontière suisse, les autorités empêchent toujours tout véhicule de passer, vu le risque géologique établi.

Sur ce sujet
Une faute?

Les accès à la petite vallée du Val Ferret, sur le versant italien du massif du Mont Blanc, restaient interdits ce vendredi par les autorités locales, inquiètes des risques d'effondrement d'un immense glacier sur une zone habitée. «Personne ne passe! Ni voiture, ni vélo, ni piéton»: une barrière automatique et deux vigiles bloquent les accès de la route d'asphalte serpentant au creux de la vallée verdoyante, au pied des Grandes Jorasses et du glacier du Planpincieux, a constaté l'AFP.

Comme un immense sérac, un volume de glace estimé à 500 000 mètres cube – soit la «taille de la cathédrale de Milan, ou d'un terrain de football recouvert de 80 mètres de glace» – menace de se détacher du glacier, selon les autorités locales, qui ont ordonné mercredi soir pour au moins 72 heures l'évacuation d'une «zone rouge» en contrebas.

75 évacuations

Dans la région italienne du Val d'Aoste, la vallée du Val Ferret, qui en cette période estivale fait la joie des touristes et des amateurs de montagne, est voisine de la célèbre station de Courmayeur et de l'entrée du tunnel du Mont Blanc, axe vital entre la France et l'Italie. La zone concernée est néanmoins située à au moins quatre kilomètres de l'entrée du tunnel, et plus encore de Courmayeur, où la situation était parfaitement normale vendredi, avec ses grappes de touristes déambulant dans les rues ensoleillées.

Au total, seules 75 personnes ont été évacuées, une vingtaine de résidents et des vacanciers. L'évacuation «était urgente et impérative», a justifié le maire de Courmayeur, Stefano Miserocchi, parlant d'un «état d'alerte élevé» pendant 72 heures. Les autorités locales s'inquiètent de la température pour les trois prochains jours en cette période de forte chaleur estivale, après un coup de froid fin juillet.

Survol en hélicoptère

«Cette situation est particulièrement délicate, car elle perturbe le niveau de l'eau entre la glace et la roche, et donc la stabilité du glacier», a expliqué vendredi Valerio Segor, directeur de la gestion des risques naturels pour le Val d'Aoste. «Le problème maintenant est que l'eau ne s'évacue pas assez et reste comme une bulle sous le glacier, risquant de le soulever» et de précipiter la chute de sa partie la plus fragilisée, selon M. Segor.

Une large faille était effectivement visible sur la partie basse du Planpincieux, d'où s'écoulaient deux cascades d'eau vers la vallée, a constaté au cours d'un survol en hélicoptère du majestueux glacier, accroché à la paroi comme un gigantesque bloc de polystyrène grisâtre.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • écolo le 07.08.2020 23:36 Report dénoncer ce commentaire

    C'est dommage de ne pas voir une vue d'avion du glacier.

  • nepu le 07.08.2020 21:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nous voilà, on y est. Le réchauffement à nos portes qui frappe pour entrer ... on est en train d’ouvrir la porte. Allons nous l’ouvrir? Je crains que oui.

Les derniers commentaires

  • écolo le 07.08.2020 23:36 Report dénoncer ce commentaire

    C'est dommage de ne pas voir une vue d'avion du glacier.

  • nepu le 07.08.2020 21:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nous voilà, on y est. Le réchauffement à nos portes qui frappe pour entrer ... on est en train d’ouvrir la porte. Allons nous l’ouvrir? Je crains que oui.