Allemagne

28 septembre 2021 13:10; Act: 28.09.2021 13:12 Print

Après l’échec de la CDU, Laschet sur la sellette

Alors que le parti d’Angela Merkel a perdu les législatives dimanche, des voix s’élèvent pour critiquer le candidat Armin Laschet.

storybild

Armin Laschet a été appelé à démissionner. (photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

Le parti conservateur d’Angela Merkel s’enfonce dans la crise avec des appels à la démission de son président Armin Laschet après la débâcle des législatives, compliquant un peu plus ses efforts pour revendiquer la formation du futur gouvernement.

Chef de file de chrétiens-démocrates tombés à leur plus bas historique, avec pour la première fois depuis 1949 un score inférieur à 30%, Armin Laschet ne veut pas pour autant s’avouer vaincu et renoncer à succéder à Angela Merkel à la chancellerie.

«Nous sommes prêts à engager une négociation pour bâtir une coalition» avec les Verts et les libéraux du FDP, respectivement troisième et quatrième du scrutin, a lancé l’impopulaire candidat. L’ancien journaliste devenu président de la région la plus peuplée d’Allemagne sait que sa carrière serait sans doute plombée s’il reconnaissait la défaite.

«Nonchalance inquiétante»

Celui qui a la réputation de toujours retomber sur ses pieds pense en outre pouvoir rafler la mise si les sociaux-démocrates, arrivés légèrement en tête dimanche, échouent à s’entendre avec les écologistes et surtout les libéraux, un parti de droite au programme très éloigné du leur.

Mais Armin Laschet voit depuis dimanche ses troupes se retourner contre lui. «Qui peut faire comprendre à Armin Laschet que c’est fini? La nonchalance avec laquelle il tente de dissimuler son échec politique est inquiétante», résume mardi le quotidien Süddeutsche Zeitung.

La première réunion du groupe conservateur au Bundestag mardi après-midi risque fort de se transformer en tribunal contre le candidat qui incarne l’érosion d’un bloc en baisse de 9 points depuis le précédent scrutin de 2017. Score déjà considéré à l’époque comme décevant.

«Nous avons perdu. Point final»

C’est le ministre-président de la Saxe, Michael Kretschmer, qui a ouvert les hostilités: «Les électeurs nous ont clairement dit «la CDU n’est pas notre premier choix». Faire comme si de rien n’était va nous conduire à la ruine», a prévenu le dirigeant de ce Land d’ex-RDA, battu dimanche par l’extrême droite.

«Je ne pense pas que nous puissions avoir la prétention de diriger le prochain gouvernement», a renchéri un autre baron du parti, Norbert Röttgen. «Nous avons perdu. Point final», lui a fait écho le chef des jeunes de la CDU, Thilman Kuban.

Face à ce vent de fronde, Armin Laschet a dû donner des gages, en admettant que la CDU, un des plus vieux partis européens, au pouvoir depuis 16 ans, avait «besoin de renouveau» à tous les étages. Son discours sur la future coalition a aussi légèrement évolué, Armin Laschet se cantonnant désormais à dire qu’«aucun parti n’a de mandat clair pour former un gouvernement», pas plus la CDU que le SPD.

Démission réclamée

Mais ces bémols n’ont pas suffi à faire redescendre la pression autour d’Armin Laschet. Au contraire. Même un de ses principaux soutiens au sein du parti, l’expérimenté patron de la Hesse, Volker Bouffier, a lâché son poulain en reconnaissant que l’union conservatrice ne pouvait avoir «aucune prétention à la responsabilité du gouvernement».

Un autre dirigeant régional proche d’Armin Laschet, Daniel Günther, a lui aussi pris ses distances avec un candidat gaffeur qui n’aura pas été un «atout» durant la campagne. L’opinion publique allemande semble, elle, avoir tranché, sans ambiguïté. Quelque 58% des citoyens pensent ainsi que la CDU-CSU n’a pas la «légitimité» pour former le prochain gouvernement, selon un sondage INsa pour Bild.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • encoreTrop top le 28.09.2021 18:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    en tout cas il a le même coiffeur que MERKEL.... mais nous on a les memes indispensable politiques ahahah,asselborn,turmes,bausch péter de rire

  • Zorro le 28.09.2021 16:19 Report dénoncer ce commentaire

    Il a dur à comprendre : on ne veut pas de lui !

  • Bernard le 28.09.2021 18:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans se pays magnifique faut un parti d extrême droite .... ....la meilleure solution

Les derniers commentaires

  • veritis le 28.09.2021 19:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    heureusement qu'il est pas passé. l'autre ne vaut pas mieux

  • Bernard le 28.09.2021 18:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans se pays magnifique faut un parti d extrême droite .... ....la meilleure solution

  • encoreTrop top le 28.09.2021 18:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    en tout cas il a le même coiffeur que MERKEL.... mais nous on a les memes indispensable politiques ahahah,asselborn,turmes,bausch péter de rire

  • Zorro le 28.09.2021 16:19 Report dénoncer ce commentaire

    Il a dur à comprendre : on ne veut pas de lui !