Œufs contaminés:

25 août 2017 15:03; Act: 25.08.2017 15:40 Print

Après le fipronil, de l'amitraze dans les œufs?

Après le fipronil, des traces d'un deuxième insecticide interdit dans les élevages de volailles, l'amitraze, sont aujourd'hui recherchées dans les œufs français

storybild

Après le fipronil, l'amitraze contamine-t-il les œufs ?

Sur ce sujet

Alors que le gouvernement néerlandais a révélé mercredi qu'un deuxième insecticide "modérément toxique" avait été utilisé par Chickfriend, le prestataire de services incriminé dans l'affaire du fipronil, le gouvernement français a demandé à l'Anses (Agence de sécurité sanitaire) "d'évaluer le risque sanitaire éventuel que présenterait la présence de tels résidus dans les œufs". Lors de leurs contrôles dans les élevages de poules pondeuses, les services du ministère expliquent mettre "à profit ces opérations de recherche de l'utilisation éventuelle de fipronil pour dresser plus largement un état des lieux des pratiques en matière de traitements contre le pou rouge".

"Certaines de ces pratiques font actuellement l'objet d'investigations complémentaires, en particulier l'usage de produits à base d'amitraze, constaté dans quelques élevages, en dehors des modes d'utilisation autorisés", poursuit le ministère, dans un communiqué où il précise qu'"une recherche de résidus de cette substance dans les œufs des élevages concernés est en cours". Contrairement au fipronil, dont l'usage est interdit dans les productions animales, l'amitraze est autorisé comme médicament vétérinaire pour le traitement antiparasitaire des ruminants, porcs et abeilles, rappelle le ministère. En revanche, "il n'a pas d'autorisation de mise sur le marché pour la filière volailles, que ce soit en traitement sur les animaux ou pour la désinfection des bâtiments d'élevage vides, car aucun dossier de demande n'a été déposé auprès de la Commission européenne".

Des prélèvements un peu partout

Dans le cadre de la gestion de la crise liée à l'usage frauduleux de fipronil, 32 produits font désormais l'objet d'un retrait du marché en raison d'une concentration en fipronil supérieure à la limite autorisée. Par ailleurs, à ce jour, "plus de 520 autocontrôles ont été effectués par les entreprises françaises, essentiellement par la quinzaine d'entre elles les plus concernées par le risque de contamination par du fipronil", indique le ministère, qui rappelle que "34 autocontrôles se sont révélés positifs, entraînant le retrait de la vente des denrées contaminées". "Parallèlement, les contrôles officiels se poursuivent dans les centres de conditionnement, les établissements de transformation et chez les grossistes français identifiés comme destinataires d’œufs ou d'ovoproduits contaminés en provenance de Belgique et des Pays-Bas", poursuit le ministère.

Par ailleurs, la direction générale de l'Alimentation (DGAL) et la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) ont demandé aux DDPP (directions départementales de la protection des populations) de réaliser "des plans de contrôle représentant plus de 750 prélèvements d’œufs ou d'ovoproduits dans les prochaines semaines", indique le communiqué. Ces prélèvements seront effectués dans des points de vente (surveillance aléatoire) mais également dans les entreprises ayant reçu des produits suspects (contrôles ciblés), indique le ministère. Les résultats seront mis à la disposition du public. Au niveau européen, le ministère indique que la Commission a convoqué à Bruxelles un comité d'experts pour le 30 août.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Stef le 25.08.2017 15:43 Report dénoncer ce commentaire

    Que l'on recherche aussi les antibiotiques que l'on donne en grosse quantité aux différents animaux d'élevage. Sachant que les 3/4 des antibiotiques y sont consommés et seulement 1*4 par les hommes. On aura fait le tour de la question...

  • Lucky lux le 25.08.2017 18:44 Report dénoncer ce commentaire

    Dites nous ce que l'on peut manger ce sera plus rapide ...

  • Roxio le 25.08.2017 16:47 Report dénoncer ce commentaire

    Je crois que je vais adopter une cocotte.... C'est plus sur...

Les derniers commentaires

  • Lucky lux le 25.08.2017 18:44 Report dénoncer ce commentaire

    Dites nous ce que l'on peut manger ce sera plus rapide ...

  • Heng le 25.08.2017 16:56 Report dénoncer ce commentaire

    Quand l'Europe va t-elle enfin prendre ses responsabilités et des sanctions ?

  • Roxio le 25.08.2017 16:47 Report dénoncer ce commentaire

    Je crois que je vais adopter une cocotte.... C'est plus sur...

  • Stef le 25.08.2017 15:43 Report dénoncer ce commentaire

    Que l'on recherche aussi les antibiotiques que l'on donne en grosse quantité aux différents animaux d'élevage. Sachant que les 3/4 des antibiotiques y sont consommés et seulement 1*4 par les hommes. On aura fait le tour de la question...