Terrorisme en Belgique

22 mars 2016 11:55; Act: 23.03.2016 12:19 Print

Au moins 34 morts et 200 blessés

Le bilan provisoire des attaques terroristes perpétrées mardi à l'aéroport international et dans le métro de Bruxelles est très lourd. Revivez le fil des évènements.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les deux premières explosions sont survenues vers 8h mardi à l'aéroport de Zaventem, faisant 14 morts et 96 blessés à l'aéroport, selon les pompiers. Selon le gouverneur de la province du Brabant Flamand, Lodewijk De Witte, «trois bombes avaient été introduites» dans l'aéroport, mais l'une d'elles «n'a pas explosé». «Un monsieur a crié en arabe, il a crié quelques mots et j'ai entendu une grosse déflagration», raconte Alphonse Lyoura, du sang sur les mains. «C'était la panique générale», poursuit cet employé qui s'occupait de la sécurité des bagages à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem. «J'ai aidé au moins six, sept blessés, on a sorti cinq corps qui ne bougeaient plus», affirme-t-il.

Un attentat, commis une heure plus tard à l'intérieur d'une rame à la station de métro Maelbeek, en plein quartier européen, a ensuite provoqué «probablement une vingtaine de décès» et 106 blessés, selon le maire de Bruxelles Yvan Mayeur. Les pompiers évoquaient eux une «quinzaine de morts» et 72 blessés à Maelbeek. Les transports en commun ont été suspendus plusieurs heures à Bruxelles. La population était appelée à éviter les déplacements, même si la situation est revenue progressivement à la normale en soirée.

Une situation «chaotique»

Ces nouveaux attentats, revendiqués par l'État islamique, ont créé une onde de choc à travers l'Europe et entraîné des réunions d'urgence des gouvernements à Paris et Londres. La sécurité a été rapidement renforcée dans plusieurs aéroports. La France a annoncé un déploiement supplémentaire de 1 600 policiers et gendarmes, tandis qu'au Royaume-Uni, la police renforçait sa présence «dans les endroits névralgiques». «Nous redoutions un attentat et c'est arrivé», a réagi le Premier ministre belge Charles Michel, évoquant «un moment noir pour ce pays». Mardi soir, il est allé se recueillir place de la Bourse, au cœur de Bruxelles, au milieu de centaines de Bruxellois venus déposer fleurs et bougies.

L'identification des victimes va «prendre du temps» en raison de la situation «chaotique». L'alerte antiterroriste a été relevée au niveau 4, son niveau maximal, et l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem restera fermé mercredi. La sécurité autour des institutions européennes à Bruxelles et Strasbourg, ainsi qu'autour des centrales nucléaires belges, a été renforcée.

Plusieurs vidéos amateurs des évènements:

Des réactions à Bruxelles recueillies par Nicolas Guidi pour L'essentiel:

(L'essentiel/AFP)