Grande-Bretagne

08 mai 2015 12:24; Act: 08.05.2015 16:31 Print

Avec Cameron, l'idée de la sortie de l'UE est relancée

La sortie de la Grande-Bretagne de l'UE est devenue vendredi un enjeu majeur, après la victoire électorale de David Cameron et ses partenaire européens se préparent à deux ans de négociations.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

David Cameron avait promis l'organisation de cette consultation. Il a confirmé son intention vendredi, après avoir obtenu l'assurance d'un second mandat grâce à la victoire électorale des conservateurs: «En politique, nous ne devons jamais esquiver les grandes questions, comme le référendum que nous devons tenir pour décider de l'avenir de la Grande Bretagne en Europe». Le «Brexit», acronyme désignant la sortie de l'UE, n'est toutefois pas acquis. «Le référendum est gagnable», a assuré un haut responsable de la Commission européenne sous couvert de l'anonymat. «Il faut attendre de voir ce que Cameron voudra négocier.

Les demandes devraient être formulées assez rapidement». Le président de l'exécutif bruxellois, Jean-Claude Juncker, a ouvert la porte à des modifications mineures des traités. Mais il a catégoriquement exclu toute concession majeure, notamment sur la liberté de mouvement au sein de l'UE. «Cameron doit mettre ses demandes sur la table mais les libertés ne sont pas négociables», a lancé vendredi l'Allemand Manfred Weber, président du groupe du Parti populaire européen (PPE-conservateur) au Parlement européen. Les Conservateurs britanniques ont quitté le PPE pour constituer l'ECR avec des élus de 13 autres pays.

Position renforcée

Les lignes rouges commencent à se préciser. «Les Britanniques auraient tort de penser que leurs partenaires sont prêts a payer le prix fort pour les retenir, surtout si ce prix revenait à vider le projet européen de son sens», a confié un diplomate européen à Bruxelles. «Le risque d'un Brexit est fortement réduit aujourd'hui, car Cameron vient d'être totalement légitimé et sa position au sein du parti est renforcée», a nuancé un autre diplomate européen. «Les débats vont être assainis car l'Ukip (le parti antieuropéen) n'est pas sorti de ces élections comme une force importante. Cameron va pouvoir organiser les débats comme il l'entend.

Les argument du pour et du contre le maintien au sein de l'UE vont être étalés au grand jour», a-t-il expliqué. «Les partenaire de la Grande Bretagne vont, eux, devoir faire le calcul du prix à payer pour garder la Grande Bretagne, car le départ serait une catastrophe», a-t-il affirmé. «Il vont devoir accepter de revoir certaines dispositions des traités pour aider Cameron à obtenir le oui pour rester au sein de l'UE. Mais il n'est pas question de remettre en cause certains fondamentaux comme le traité de Schengen (sur la libre circulation des personnes) et le marché unique», a-t-il averti.

Un membre à part

La Grande-Bretagne n'est pas membre de Schengen, l'espace sans frontières intérieures formé par 22 pays de l'UE et quatre non membres (Norvège, Suisse, Islande et Liechtenstein). Le Royaume-Uni est en fait un membre à part de l'Union européenne, car il n'a pas non plus adopté l'euro et a obtenu une adhésion à la carte grâce aux options de retrait obtenues dans certains domaines de la coopération communautaire, notamment en matière de police et de justice pénale. David Cameron a appelé à une réforme globale du système européen afin de rapatrier certaines compétences de l'UE vers les États membres.

Ses demandes de réformes touchent notamment la politique étrangère européenne, la politique agricole commune (PAC) et la politique énergétique. «Les deux prochaines années vont être très intéressantes», a confié Jan Techau, le directeur du centre de réflexion Carnegie Europe. «Cameron a offert un triomphe aux conservateurs et il peut transformer cela en leadership face aux eurosceptiques», a-t-il estimé. «Je pense que beaucoup d'idées de réformes de Cameron sont acceptables pour ses partenaires européens, mais ils deviennent très nerveux dès que l'on parle de révision des traités», a pour sa part averti Mats Person, directeur de Open Europe.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • rené sance le 08.05.2015 13:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le général De Gaule n'en voulait pas dans l'Europe, il savait pourquoi!

  • TramO le 08.05.2015 13:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une bonne chose, des qu'un pays aura le courage de sortir de l'Europe, les autres suivront ! L'UE est un échec !!

  • Puff le 08.05.2015 13:37 Report dénoncer ce commentaire

    Et la princesse Charlotte? Qu'en dit elle?

Les derniers commentaires

  • Que Nini le 13.05.2015 08:28 Report dénoncer ce commentaire

    L'Europe c'est une pompe a fric ,tout le reste c'est du blabla ,et Bruxelles a dit ,et Bruxelles veut ...Bruxelles La ferme !!!!! On a voté non en France ,et on l'a eu quand même ,je vote régulièrement contre ceux qui sont pour .

  • Poco Loco le 08.05.2015 18:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On ne aurait jamais du permettre une UE a deux vitesses, avec et sans euro.

  • alhadas le 08.05.2015 18:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon les anglais non jamais vraiment été dans l'UE, ils voulaient tout simplement la contrôler à la demande des USA. L'Angleterre reçoit les ordres des USA, (apparemment les allemands aussi), ils n'ont jamais que l'Europe avance. Maintenant qu'ils on aidés à dénaturée les principes fondamentaux de l'UE, ils veulent sortir. Seulement le big brother américain ne va pas le permettre, alors on n'est pas près de ce débarrasser des anglais.

  • Le Pipo, l'instrument et le talent... le 08.05.2015 17:17 Report dénoncer ce commentaire

    Jamais la Grèce ne sortira de l'UE ! De même pour la Grande-Bretagne ! La mafia politique UE capitalisme* [*capitalisme = euphémisme = oligarchie capital] ont tellement trompé les faibles qu'ils sont devenue eux même ignorant comme des nouveaux nées d'un millièmes de secondes après leurs naissances. Wahouu..Hou..Hoou ! Un truc de oufff ! Qu'est ce qu'ils jouent vraiment bien ! Hey ! Ça déchire ! Hey ! Une belle œuvre d'art ! Hein ?

  • ReSo le 08.05.2015 15:58 Report dénoncer ce commentaire

    enfin.