En Pologne

23 octobre 2020 12:56; Act: 23.10.2020 14:42 Print

Avortement interdit si le foetus est mal formé

Le tribunal constitutionnel polonais a donné un feu vert très controversé à un nouveau durcissement de la loi sur l'avortement, déjà parmi les plus restrictives de l'UE, en proscrivant l'IVG en cas de malformation grave du fœtus.

storybild

En Pologne, le Tribunal constitutionnel a restreint encore le droit à l'avortement (photo: AFP/Wojtek Radwanski)

Sur ce sujet
Une faute?

Cette décision est a priori définitive, même si elle est d'ores et déjà contestée par l'opposition libérale et des organisations de défense des droits des femmes dans ce pays considéré comme profondément ancré dans la tradition catholique. La présidente de la Cour, Julia Przylebska, a déclaré que la législation existante autorisant l'avortement de fœtus mal formés était "incompatible" avec la Constitution du pays.

Cette décision a provoqué une réaction critique immédiate de la Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatovic. «Éliminer les motifs de quasiment tous les avortements légaux en Pologne équivaut pratiquement à les interdire et à violer les droits de l'homme», a considéré la Commissaire dans un communiqué. Cette décision «se traduit en avortements clandestins ou (pratiqués) à l'étranger pour celles qui en ont les moyens, et en davantage de souffrances chez les autres», a-t-elle insisté. Plusieurs centaines de personnes sont descendues dans les rues de Varsovie pour protester contre la décision du tribunal, en scandant "honte!", et en brandissant des pancartes avec des slogans tels que "mon corps, mon affaire". Certains portaient également des bougies.

«Satisfaction» du président

Conforme aux souhaits du Parti ultracatholique nationaliste au pouvoir, Droit et Justice (PiS), le jugement restreindra le droit à l'avortement uniquement aux cas de danger de mort pour la femme enceinte et de grossesse résultant d'un viol ou d'un inceste. De son côté, la présidence polonaise a exprimé sa "satisfaction" du jugement prononcé.

«Les opinions du président (Andrzej Duda) en cette matière sont bien connues et n'ont pas changé. Nous exprimons notre satisfaction que le Tribunal constitutionnel se soit positionné du côté de la vie», a déclaré le porte-parole du chef de l’État, Blazej Spychalski, cité par l'agence PAP. En revanche, des organisations pro-démocratiques et féministes ont crié de toute voix à «la honte».

«Enfer pour les femmes»

Le principal parti d'opposition centriste, la Plate-forme civique (PO), a rejeté la responsabilité de cet "enfer pour les femmes" sur le chef du PiS Jaroslaw Kaczynski en personne et sur l’Église catholique de Pologne. Barbara Nowacka, une des dirigeantes de la PO, a accusé les évêques: "C'est de votre faute. Vous avez du sang sur les mains", a-t-elle dit. Le chef du Parti populaire européen (PPL) et ex-président du Conseil européen Donald Tusk s'est joint aux réactions d'indignation suscitées par ce verdict. «Le fait de soulever la question de l'avortement et la décision de ce pseudo-tribunal en plein milieu de la tempête pandémique c'est plus que du cynisme. C'est de la crapulerie politique», a tweeté l'ancien Premier ministre polonais.

Le tribunal constitutionnel, réformé par le gouvernement dirigé par Droit et Justice (PiS), est souvent accusé depuis de compter dans ses rangs nombre de juges loyaux à ce parti. Selon les données officielles, la Pologne, pays de 38 millions d'habitants, a enregistré en 2019 seulement environ 1 100 cas d'IVG, dont l'écrasante majorité était autorisée à cause d'une malformation irréversible du fœtus. Selon des ONG, le nombre d'IVG pratiquées clandestinement en Pologne ou dans des cliniques étrangères pourrait atteindre près de 200 000 par an.

(L'essentiel / AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Oppy le 23.10.2020 13:11 Report dénoncer ce commentaire

    C'est un honte.... Ce pays devrait-etre retiré de l'UE pour manquement au droit de l'homme.

  • Le Belge, le vrai, d'URSS/Russie le 23.10.2020 14:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Reste à voir ce qu'ils feront dans les années qui viennent pour les familles avec enfants lourdement handicapés. Rien sans doute, vu que la Pologne est connue pour son catholicisme parfois presque messianique mais aussi pour hôpitaux et soins de santé en salle état. Je plains déjà les familles d'enfants lourdement handicapés à naître, qui vivront dans la détresse morale et matérielle ...

  • Jeanguyguy le 23.10.2020 15:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Grand pas en arrière... De mon opinion, c'était une des raison les plus moralement justifiable d'avoir recours à l'avortement.

Les derniers commentaires

  • luxo le 25.10.2020 16:41 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi autoriser l'avortement , puisque l'euthanasie et le suicide sont une alternative.

  • olivier le 23.10.2020 20:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est comme pour une maladie grave, que nous ne pouvons pas mettre au terme si le patient le désire, car les médecins s'acharnent sur les personnes.

  • tuyau le 23.10.2020 20:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l avortement n est pas un moyen de contraception. C est de la barbarie.

  • retour vers le futur le 23.10.2020 20:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas d'utérus, pas d'avis

    • Mathilde le 23.10.2020 21:55 Report dénoncer ce commentaire

      Très bref, mais tout est dit. Bravo!

  • retour vers le futur le 23.10.2020 20:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les frontières sont ouvertes. Si ce pays vous inspire autant, allez y vivre. Et bon vent!