Manifestations violentes

16 octobre 2019 14:03; Act: 16.10.2019 14:23 Print

Barcelone a vécu des scènes de guérilla urbaine

L'Espagne se trouvait sous le choc, mercredi, au troisième jour de manifestations parfois violentes en Catalogne, suite à la condamnation de dirigeants indépendantistes.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le chef du gouvernement espagnol a convoqué d'urgence, mercredi, les patrons des principaux partis, après les scènes de guérilla urbaine qui ont marqué une rupture dans la contestation en Catalogne, à la suite de la condamnation des dirigeants indépendantistes. Au troisième jour des manifestations, la mobilisation se poursuivait mercredi, avec des marches devant converger vendredi, à Barcelone, jour de «grève générale» et de manifestation massive. Des routes et des voies ferrées étaient toujours coupées.

Barricades en flammes, policiers chargeant, manifestants casqués ou masqués: les images des violences vécues dans la nuit, dans un quartier central et chic de Barcelone, s'étalent à la une des principaux quotidiens. Des centaines de militants ont affronté les forces de l'ordre, après une manifestation ayant réuni 40 000 personnes dans la grande métropole catalane, dénonçant la police catalane et réclamant la démission du ministre de l'Intérieur régional. Des troubles ont aussi eu lieu à Gérone, Tarragone ou Lérida. Lundi déjà, des heurts violents avaient eu lieu lors du blocage de l'aéroport de Barcelone, par plus de 10 000 manifestants.

Après avoir dénoncé dans la nuit la «violence généralisée», le Premier ministre socialiste, Pedro Sanchez, a annoncé des consultations, mercredi, avec les patrons de la droite, du centre libéral et de la gauche radicale sur la réponse à donner. «Une minorité veut imposer la violence en Catalogne et rompre la coexistence», a répété le gouvernement, affichant sa fermeté. Selon le ministère de l'Intérieur, 51 personnes ont été arrêtées après ces violences, dont 29 dans la province de Barcelone. Entre forces de l'ordre et manifestants, 125 personnes ont été blessées, selon les services d'urgence.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Isabelle le 16.10.2019 15:35 Report dénoncer ce commentaire

    Pas de panique! Les gilets jaunes agissent pareillement depuis pas mal de temps.

  • Sinclar le 16.10.2019 15:53 Report dénoncer ce commentaire

    Hallucinant, ces indépendentistes vont mettre la belle Catalogne à genou et en même temps, la réponse politique du gouvernement espagnol n'est pas à la hauteur. Triste absence de communication et de tolérance à nouveau. Généralisée à l'échelle de la planète. L'optimisme s'amenuise jour àprès jour.

  • Pacifique ? le 16.10.2019 16:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les politiciens indépendantistes appellent les manifestants à la désobéissance civique et en même temps ils envoyent la police pour les charger.

Les derniers commentaires

  • Le Russe le 16.10.2019 20:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D'accord avec Jean, vive l'UE !!!

  • Barcelonais le 16.10.2019 19:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être je vais quitter la Catalogne et m'installer a5 Pétersbourg, ils m'ont proposé un travail à l'usine, section espagnole.

  • @ jean le 16.10.2019 19:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'UE approuve ceux qui respectent la démocratie, ceux qui respectent les décisions de justice.

  • Miss57 le 16.10.2019 17:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    woui..ils n en peuvent plus ..ils etaient la bien avant l Espagne..c est une ville Magnifisue j y était en Septembre...

  • Jean le 16.10.2019 17:22 Report dénoncer ce commentaire

    L'Europe qui n'arrête pas de donner des leçons de démocratie (sauf envers la Chine et l'Urss) est muette d'une façon coupable envers un peuple qui ne demande qu'a disposer de lui-même.

    • Josep le 16.10.2019 19:19 Report dénoncer ce commentaire

      Attention, c’est qu’une partie du peuple catalan, l’autre moitié pense le contraire. C’est ça qui est triste. Il faut faire très attention car une explosion sociale avec des affrontements civils n’est jamais bonne. En Espagne, nous avions trouvé une belle coexistence... jusqu’à l’arrivée de quelques politiciens.