Au Royaume-Uni

19 septembre 2019 11:01; Act: 19.09.2019 11:21 Print

Boris Johnson pris en flagrant délit de mensonge

Lors d'une visite dans un hôpital, le dirigeant britannique a expliqué à un père de famille, devant des journalistes et cameramans, qu'il n'y avait pas de médias.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a été pris en flagrant délit de mensonge et tentait de se tirer d'affaire en tweetant que sa rencontre avec un père de famille en colère dans un hôpital n'était en rien un incident «embarrassant». Une vidéo montrant Boris Johnson pris à partie mercredi par ce père de famille qui dénonce le sous-effectif chronique dans le système de santé public NHS est devenu viral, l'homme reprochant au Premier ministre d'organiser dans ce contexte une visite suivie par les médias.

«Il n'y a pas de médias ici», répond Boris Johnson, visiblement gêné, sous les yeux des journalistes. Le père de famille se tourne alors vers la personne qui filme la scène, dans le cliquetis des appareils photos, et lui demande: «Comment ça il n'y a pas de médias? Qui sont ces gens?». «Je suis content que ce monsieur m'ait fait part de ses problèmes. Ce n'est pas embarrassant, cela fait partie de mon travail», a tweeté mercredi soir le Premier ministre, dont le rapport à la vérité est régulièrement dénoncé par ses détracteurs.

Une série de mensonges et approximations

Boris Johnson avait été renvoyé du Times pour avoir menti sur l'invention d'une citation au début de sa carrière journalistique. Pendant la campagne du référendum sur la sortie de l'UE, il avait utilisé un slogan sur les sommes versées par le Royaume-Uni à l'UE contenant un chiffre faux. Boris Johnson a été étrillé comme le «père des mensonges», mercredi encore devant la Cour suprême à Londres, par un opposant à sa suspension du Parlement.

Enfin il ne cesse de proclamer qu'il fait des «progrès» dans les négociations avec Bruxelles sur un accord de sortie de l'UE, tandis que les responsables européens, du Premier ministre irlandais Leo Varadkar au négociateur de l'UE Michel Barnier, en passant par le chef du gouvernement luxembourgeois Xavier Bettel, ne cessent de démentir le moindre progrès et affirment même qu'il n'a mis aucune proposition écrite viable sur la table. En difficulté sur le Brexit, le Premier ministre conservateur est systématiquement pris à partie par des mécontents, dès qu'il met le pied hors de Downing Street, pour des visites officielles.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • benvoyons le 19.09.2019 20:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils l ont choisi qu il le garde ...

Les derniers commentaires

  • benvoyons le 19.09.2019 20:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils l ont choisi qu il le garde ...