Faille informatique

07 septembre 2018 08:01; Act: 07.09.2018 12:27 Print

British Airways s'est fait voler des données

La compagnie aérienne britannique a annoncé mener une enquête sur le vol en ligne de données qui pourrait concerner 380 000 cartes de paiements.

storybild

La compagnie aérienne va contacter les clients affectés. (photo: AFP/Daniel Leal-olivas)

Sur ce sujet

«Entre 22h58 (21h58 GMT) le 21 août 2018 et 21h54, le 5 septembre, les données personnelles et financières des clients faisant des réservations sur notre site Internet et notre application mobile ont été compromises», a déclaré la compagnie dans un communiqué, précisant que la faille avait été réparée.

«Nous conseillons à nos clients qui pensent avoir été affectés par l'incident de contacter leur banque ou l'émetteur de leur carte et de suivre leurs recommandations», a ajouté la compagnie, qui a alerté les autorités.

Retour à la normale

«Nous sommes profondément désolés pour cette perturbation provoquée par une activité criminelle», a déclaré le directeur général de British Airways, Alex Cruz, qui a assuré que le groupe prenait «très au sérieux» la protection des données personnelles de ses clients. La compagnie a prévenu qu'elle allait contacter les clients affectés par un vol de données. Les données relatives aux passeports des voyageurs n'ont, elles, pas été compromises.

«J'ai vu un tweet, mais c'était la première fois que j'en entendais parler» et «j'ai dû résilier la carte que j'avais utilisée» pour réserver un vol lundi, s'est plaint dans le Daily Telegraph un client de 34 ans, Daniel Willis. «C'est le bordel».

«J'ai contacté le service client par téléphone trois heures avant l'annonce sur Twitter», ayant des doutes sur des frais facturés, et l'employé «m'a dit que je serai remboursée dans les 24 heures», mais sans «aucune» explication, a aussi critiqué une autre cliente, Stephanie Jowers, interrogée par le même journal. British Airways a assuré que le fonctionnement de son site Internet et de son application étaient maintenant «revenus à la normale», et que les clients devant prendre un avion pouvaient s'enregistrer normalement en ligne.

(L'essentiel/afp)