Brexit

17 septembre 2018 12:11; Act: 17.09.2018 12:26 Print

«C'est mon accord ou pas d'accord du tout», dit May

La Première ministre britannique, Theresa May, a prévenu que son plan pour le Brexit était la seule alternative à l'absence d'accord de divorce avec l'UE.

storybild

Theresa May ne dispose que d'une très courte majorité au Parlement britannique. (photo: AFP/Matt Dunham)

Sur ce sujet
Une faute?

Le «plan de Chequers» proposé par Mme May prévoit le maintien d'une relation commerciale étroite entre le Royaume-Uni et l'UE après le Brexit, prévu le 29 mars, notamment la création d'une zone de libre-échange pour les biens industriels et les produits agricoles, tout en mettant fin à la liberté de circulation des citoyens européens et le contrôle de la Cour de justice de l'UE. Avec ces propositions, la chef du gouvernement a provoqué la fureur des partisans d'un Brexit «pur et dur» au sein de son Parti conservateur mais aussi le scepticisme des dirigeants de l'UE, qui ont mis en doute la viabilité de ce plan.

«Je pense que nous aurons un bon accord, nous le ramènerons des négociations avec l'UE et le soumettrons au Parlement», a déclaré Mme May, dans une interview télévisée qui sera diffusée en intégralité sur la BBC lundi soir. «Je pense que l'alternative sera l'absence d'accord», aux effets potentiellement chaotiques. «Je ne veux pas que les industriels aient le sentiment de devoir opérer en vertu de toutes sortes de règles différentes, parce que cela leur complique la vie et signifie potentiellement le départ d'entreprises de ce pays», a-t-elle ajouté.

«Abomination constitutionnelle» selon Johnson

Selon la chef du gouvernement, son plan est le seul qui réponde à la volonté d'une majorité de Britanniques de quitter l'UE tout en évitant l'instauration d'une frontière dure entre la province britannique d'Irlande du Nord et l'Irlande, membre de l'UE. Pour l'ex-ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, l'une des figures d'un Brexit dur, le plan de Chequers constitue une «abomination constitutionnelle», a-t-il écrit dans tribune hebdomadaire publiée par le Telegraph lundi.

La question de la frontière irlandaise, dont ni Londres ni Bruxelles ne souhaitent le retour, est une des principales pierres d'achoppement des négociations que les deux parties souhaitent voir aboutir d'ici au sommet européen d'octobre ou au plus tard, début novembre, soit quelques mois seulement avant le Brexit prévu le 29 mars. Le Brexit sera au menu d'un sommet informel européen jeudi à Salzbourg (Autriche).

Un éventuel accord devra encore être approuvé par le Parlement britannique où Mme May ne dispose que d'une très courte majorité, ainsi que par les Parlements des 27 pays de l'UE et le Parlement européen. Le Parti travailliste, principal parti d'opposition britannique, a averti vendredi qu'il voterait contre un accord de divorce avec Bruxelles sur la base du plan proposé par Theresa May. En cas de rejet du plan par les parlementaires britanniques, la suite des événements reste floue même si les deux côtés se préparent déjà techniquement à l'éventualité d'un Brexit sans accord.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Henri le 17.09.2018 12:35 Report dénoncer ce commentaire

    Le Royaume Uni essaie à nouveau à n'obtenir que les cerises du gâteau!

  • Matt le 17.09.2018 12:39 Report dénoncer ce commentaire

    ils ont fait leur choix !!! De plus déjà quand ils étaient (ok sont tjs ) dans l'UE, ils ont jamais prit la monnaie ni d'autre points qui faisaient déjà qu'ils étaient à moitié dans l'UE et prenaient deja le beurre et l'argent du beurre... donc Brexit dur et ils se débrouillent, c'est leur choix et ils doivent assumés leur choix .

  • Yeropa le 17.09.2018 14:05 Report dénoncer ce commentaire

    Faut il un accord Mme. May? Je trouve que nos politiciens sont bien gentils avec vous! Je vous donnerais une date, le 31.12.2018 et si à ce moment vous n'êtes toujours pas sortis je vous foutrais dehors purement et simplement!

Les derniers commentaires

  • g3s le 18.09.2018 05:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive l’Ecosse européenne !

  • Knopchen le 17.09.2018 23:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Génial

  • la saucisse le 17.09.2018 20:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils ont bien voter le Brexit... pourquoi ne voterons nous pas quel type d'accord

  • Fred doudou le 17.09.2018 19:02 Report dénoncer ce commentaire

    Sans accord, son pays se retrouverait l’egal de la Corée du Nord vis-a-vis de l’UE ce que son économie ne peut supporter c’est juste du chantage

  • Nico57 le 17.09.2018 18:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J’ai vu sur BFM business