Milan

20 mars 2019 20:47; Act: 21.03.2019 17:12 Print

«C'est un miracle, cela aurait pu être un carnage»

On en sait un peu plus sur le sauvetage, de justesse, d'une cinquantaine de collégiens pris en otage, mercredi, près de Milan, par leur chauffeur qui a incendié son bus.

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est un miracle, cela aurait pu être un carnage. Les carabiniers ont été exceptionnels pour bloquer le bus et faire sortir tous les enfants», a déclaré à la presse le procureur de Milan, Francesco Greco, précisant ne pas exclure «l'hypothèse du terrorisme».

Les 51 élèves de deuxième année de collège revenaient d'une sortie sportive avec trois accompagnateurs quand le chauffeur a subitement changé de trajectoire à San Donato Milanese et pris ses passagers en otage. «Personne ne sortira d'ici vivant», a-t-il lancé, selon le témoignage de plusieurs enfants. Armé de deux bidons d'essence et d'un briquet, il a menacé les enfants, leur a pris leur téléphone portable et les a attachés avec du fil électrique.

«Il faut arrêter les morts en Méditerranée»

L'un des enfants a cependant pu appeler ses parents, qui ont prévenu les carabiniers. Ces derniers ont bloqué le bus et ont brisé les vitres arrières pour faire sortir les enfants avant que le véhicule ne soit envahi par les flammes.

«Je veux en finir, il faut arrêter les morts en Méditerranée», a hurlé l'homme selon plusieurs médias. Une douzaine d'enfants et deux des adultes ont été conduits à l'hôpital après avoir été légèrement intoxiqués par la fumée. Le chauffeur a été arrêté et hospitalisé pour des brûlures aux mains.

Il s'agit d'un homme de 47 ans, Italien d'origine sénégalaise, chauffeur scolaire sans histoire depuis 2002 selon son employeur. Divorcé de son épouse italienne, il a deux enfants adolescents. Cependant, le ministère de l'Intérieur a évoqué dans un communiqué des antécédents - sans les dater - de conduite en état d'ivresse et d'agression sexuelle sur mineur.

(L'essentiel/afp)