Séparatiste catalan

24 septembre 2021 18:35; Act: 24.09.2021 19:54 Print

Carles Puigdemont autorisé à quitter l'Italie

L'ancien président séparatiste catalan a quitté vendredi, la prison de Sassari, en Sardaigne, au lendemain de son arrestation à la demande de l'Espagne.

storybild

Carles Puigdemont a été autorisé à quitter l'Italie dans l'attente de la prochaine audience à laquelle il prévoit d'assister, le 4 octobre. (photo: AFP/Lluis Gene)

Sur ce sujet
Une faute?

Arrêté jeudi en Sardaigne, Carles Puigdemont a été libéré vendredi, et autorisé à quitter l'Italie, selon son avocat, même si la justice de ce pays doit encore trancher sur la demande d'extradition déposée par l'Espagne, où le leader indépendantiste catalan est poursuivi pour son rôle dans une tentative de sécession en 2017. Salué par ses partisans, l'ex-président régional catalan a quitté vendredi la prison de Sassari, en Sardaigne, où il était détenu.

Selon son avocat italien Agostinangelo Marras, il a été autorisé à quitter l'Italie dans l'attente d'une prochaine audience à laquelle il prévoit d'assister le 4 octobre. La décision sur son extradition pourrait prendre «des semaines», avait indiqué plus tôt cet avocat. «L'Espagne ne perd jamais une occasion d'être ridicule», a dénoncé M. Puigdemont à sa sortie.

Les indépendantistes catalans en colère

En visite sur l'île de La Palma, où un volcan est entré en éruption, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a appelé de ses vœux un procès du leader indépendantiste. Carles Puigdemont, qui a fui en 2017 en Belgique où il vit depuis lors, pour échapper aux poursuites judiciaires, doit «se soumettre à la justice» espagnole, a-t-il insisté.

Âgé de 58 ans, M. Puigdemont a été arrêté jeudi soir à son arrivée à l'aéroport d'Alghero, ville sarde de culture catalane où il devait participer à un festival culturel et s'entretenir avec des élus de l'île italienne. Cette arrestation a provoqué la colère des indépendantistes catalans, dont plusieurs centaines ont manifesté vendredi devant le consulat d'Italie à Barcelone (nord-est de l'Espagne). D'autres appels à manifester ont été lancés pour vendredi soir ou dimanche.

«C'est un autre exemple de la répression espagnole à l'égard des politiciens catalans», a affirmé Monica, 33 ans, qui participait à la manifestation de vendredi matin. Le président séparatiste catalan Pere Aragones avait lui convoqué une réunion d'urgence de son gouvernement et exigé «la libération immédiate de Carles Puigdemont». «L'amnistie est la seule voie. L'autodétermination la seule solution», avait-il écrit jeudi soir sur Twitter.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rhâkham le 24.09.2021 19:17 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le minimum syndical... il reste protégé grâce à l'appel qu'il a interjeté. Mais vu le silence coupable sur l'affaire Assange tout est possible aujourd'hui, on vit dans un rêve, le problème est que c'en est un mauvais, très mauvais.

  • Svo le 24.09.2021 22:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tôt ou tard, il sera devant la justice, je ne comprendrai pas que quelqu'un qui a détourné des millions puisse échapper à la justice, le problème c'est que l'Espagne veut aussi le juger pour sedition, par moment il ne faut pas être trop gourmand

  • Michel le 25.09.2021 14:04 Report dénoncer ce commentaire

    Les juges espagnols n'ont pas encore compris la primauté du Droit de l'UE: on ne peut pas dire une chose au Tribunal Général et la contraire aux juges italiens!

Les derniers commentaires

  • Michel le 25.09.2021 14:04 Report dénoncer ce commentaire

    Les juges espagnols n'ont pas encore compris la primauté du Droit de l'UE: on ne peut pas dire une chose au Tribunal Général et la contraire aux juges italiens!

  • Mike le 25.09.2021 08:29 Report dénoncer ce commentaire

    C'est fantastique la democracie europeene et surtout sur le droit des peuples à l'autidetermination... Mais quoi faire quand Assange pourri dand une prison anglaise....

  • jos le 24.09.2021 23:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien vivre a letranger , pour moi ils devrait entre en espangne pour devendre ca cause politique au lieu de ce vaire la belle vie , les catalons je pense Ils en pas des reflection logique, espangne cest un pays, et cest tout

  • Svo le 24.09.2021 22:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tôt ou tard, il sera devant la justice, je ne comprendrai pas que quelqu'un qui a détourné des millions puisse échapper à la justice, le problème c'est que l'Espagne veut aussi le juger pour sedition, par moment il ne faut pas être trop gourmand

  • vdv le 24.09.2021 22:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est un lâche ce mec