En Italie

19 juillet 2021 07:10; Act: 19.07.2021 11:50 Print

Carmat a vendu son premier cœur artificiel

L'entreprise française Carmat annonce, lundi, avoir commercialisé pour la première fois son cœur artificiel total, sous la marque Aeson, implanté sur un patient à Naples.

storybild

Carmat annonce, lundi, avoir commercialisé pour la première fois son cœur artificiel total, sous la marque Aeson, implanté sur un patient à Naples, afin de servir de relais dans l'attente d'une greffe. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'entreprise française Carmat annonce, lundi, avoir commercialisé pour la première fois son cœur artificiel total, sous la marque Aeson, implanté sur un patient à Naples, afin de servir de relais dans l'attente d'une greffe, ce qui représente la première vente réalisée par la société depuis sa création en 2008. Cette implantation a été «réalisée par l’équipe du Dr Ciro Maiello, chirurgien cardiaque au centre hospitalier de Naples, l'un des centres bénéficiant de la plus grande expérience en matière de cœurs artificiels en Italie», affirme la société, dans un communiqué.

En décembre 2020, Carmat avait obtenu le marquage CE en Europe, ce qui lui a donné le feu vert pour la commercialisation de son cœur artificiel en Europe, en tant que pont à la transplantation - c'est-à-dire en attendant une greffe - grâce à des résultats intermédiaires positifs de l'étude Pivot, qui a débuté en 2016 et est toujours en cours.

«Une étape majeure»

Pour Carmat, «cette implantation marque la première vente réalisée (...) depuis sa création en 2008» et représente «une étape majeure, qui ouvre une nouvelle page du développement de la société». Il y a quelques jours, le 15 juillet, la medtech française avait annoncé avoir implanté pour la première fois aux États-Unis un cœur artificiel total, dans le cadre d'une étude clinique réalisée à Duke University Hospital à Durham (Caroline du Nord).

Dix patients éligibles à la transplantation doivent être recrutés dans le cadre de cet essai, conformément au protocole d'étude approuvé par la FDA (Food and drug administration), et trois autres centres américains sélectionnent actuellement les patients pour l'étude.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ousontils le 19.07.2021 11:11 Report dénoncer ce commentaire

    personne ici pour dire on manque de recul il ne faut pas trasnplanter ce coeur ?

  • anto le 19.07.2021 10:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Enfin...

  • mdevillet le 19.07.2021 11:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand la seule chance de survie est un cœur artificiel, on a rien à perdre!

Les derniers commentaires

  • james le 20.07.2021 08:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vindulux, même des personnes âgées refusent la vaccination car il n’y a pas assez de recul.

  • anto le 20.07.2021 07:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Entre cœur artificiel et vaccin, il y a quand même une différence

  • Guitou le 19.07.2021 23:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui mais le recul sur ce coeur artificiel est très limité et pour l'instant n'augmenterait que peu l'espérance de vie, tout en étant très contraignant pour les quelques transplantés

  • Lorrain le 19.07.2021 19:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cœur définitif ou provisoire le temps d'être greffé, de la très haute technologie. Extraordinaire

  • Vindulux le 19.07.2021 18:27 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a une énorme différence entre les vaccins du covid et cette greffe. On ne greffe que des personnes dont l'ésprérence de vie était réduite, alors que pour le vaccin on pique que des personnes en bonne santé qui n'ont pas le virus. la première transplantation à été faite en 1968 par le Pr. Cabrol à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. On a donc plus d'un demi siècle de recul .