Politique britannique

26 mai 2019 15:45; Act: 26.05.2019 16:04 Print

Ces politiciens veulent succéder à Theresa May

Plusieurs candidats se sont déclarés pour devenir chef du gouvernement britannique, après le départ annoncé de la locataire du poste, en pleine crise du Brexit.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Theresa May a annoncé vendredi sa démission du 10, Downing Street, un peu moins de trois ans après son arrivée. Elle n'a pas été en mesure de mettre en œuvre le Brexit. Voici une liste de prétendants déclarés ou possibles à la succession de la Première ministre britannique.

• Boris Johnson

L'ancien maire de Londres est le grand favori des bookmakers et des militants de base du Parti conservateur. «Bojo», 54 ans, a été l'un des grands artisans de la victoire du Brexit au référendum de juin 2016. Nommé ministre des Affaires étrangères dans la foulée par Theresa May, il n'a cessé de lui savonner la planche en critiquant sa stratégie dans les négociations avec Bruxelles, avant de quitter le gouvernement.

• Andrea Leadsom

Fervente avocate du Brexit, la ministre chargée des Relations avec le Parlement a démissionné mercredi. Andrea Leadsom, 56 ans, a passé trois décennies à la City de Londres. Elle a commencé à se faire un nom pendant la campagne du référendum, lorsqu'elle était secrétaire d'État à l'Energie, défendant avec passion la sortie de l'UE sans se départir de son calme et de son sourire.

• Michael Gove

Ministre de l'Environnement et pourfendeur du plastique, cet eurosceptique de 51 ans a joué le rôle de caution pour les partisans du Brexit dans le gouvernement May. Lieutenant de Boris Johnson pendant la campagne référendaire, Michael Gove l'a poignardé dans le dos en 2016 en lui retirant son soutien au moment où celui-ci s'apprêtait à briguer les fonctions de chef du gouvernement.

• Jeremy Hunt

Âgé de 52 ans, le ministre des Affaires étrangères avait soutenu le maintien dans l'UE avant de changer d'avis, déçu par l'approche «arrogante» de Bruxelles. Ancien homme d'affaires, il s'est taillé une réputation de responsable ne craignant pas les défis, après avoir présidé pendant six ans, quand il était ministre de la Santé, aux destinées du service public de santé (NHS), confronté à une crise profonde.

• Dominic Raab

Nommé ministre du Brexit en juillet, Dominic Raab avait démissionné quatre mois plus tard, en désaccord avec Theresa May sur l'accord de retrait conclu avec Bruxelles. Ancien avocat spécialisé en droit international, ce député ultra-libéral de 45 ans, un eurosceptique pur jus, est l'une des figures de la nouvelle garde des conservateurs.

• Les autres candidats déclarés

Plusieurs personnalités, qui ne sont pas des poids lourds, se sont déjà déclarées. Ancien économiste de la Banque d'Angleterre, Matt Hancock, 40 ans, est ministre de la Santé et député de la circonscription de West Suffolk. Le ministre du Développement international Rory Stewart, 46 ans, qui a travaillé dans le secteur des affaires étrangères. Esther McVey, 51 ans, a démissionné en novembre 2018 de son poste de ministre du Travail et aux Retraites dans le gouvernement de Theresa May, car opposée à l'accord conclu avec l'UE sur le Brexit.

• Sajid Javid, possible candidat

Nommé en 2018 ministre de l'Intérieur, Sajid Javid, 49 ans, a gagné le respect des siens avec sa gestion du scandale «Windrush», le traitement des immigrés d'origine caribéenne arrivés au Royaume-Uni après la Deuxième Guerre mondiale. Admirateur de Margaret Thatcher, ce fils d'un chauffeur de bus pakistanais s'était prononcé contre le Brexit au moment du vote, mais défend depuis des positions eurosceptiques.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.