Selon Victor Orban

17 juin 2014 07:55; Act: 17.06.2014 09:35 Print

Choisir Juncker «détruirait les bases de l'UE»

Le Premier ministre hongrois, europhobe, a réaffirmé mardi, dans les colonnes du quotidien «Bild» son opposition au choix du chef de file des conservateurs européens à la tête de la future Commission.

storybild

Pour Victor Orban, Premier ministre hongrois, choisir Jean-Claude Juncker serait «une violation d'une promesse de campagne et une violation de la Constitution européenne». (photo: AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Près d'un mois après les résultats des élections européennes, marquées par la victoire des conservateurs européens et une poussée des partis europhobes, la question du choix du futur président de la Commission continue d'agiter les dirigeants européens. Malgré la volonté de certains dirigeants, dont le Premier ministre luxembourgeois et le chancelier autrichien, de mettre un terme à cette polémique le 26 juin prochain, date de la prochaine réunion du Conseil européen, d'autres continuent de s'opposer fermement à la nomination de Jean-Claude Juncker, chef de file des conservateurs européens.

C'est le cas notamment de Victor Orban, Premier ministre hongrois. Dans une interview accordée au quotidien allemand Bild, le chef du gouvernement, ouvertement europhobe, réaffirme son soutien aux positions de David Cameron, opposé au choix de l'ancien Premier ministre luxembourgeois pour occuper la tête de la prochaine Commission européenne. Cette nomination serait ainsi, selon lui, «une violation d'une promesse de campagne et une violation de la Constitution européenne». Pire, «cela détruirait les bases de l'Union européenne», renchérit le chef de gouvernement hongrois.

Des affirmations basées «sur les traités européens» qui précisent que «ce sont les gouvernements qui désignent les candidats, pas les partis!», assure Victor Orban. Une position qui vient conforter le front «anti-Juncker», déjà composé de la Grande-Bretagne, de la Suède et des Pays-Bas. L'Allemagne, elle, s'est positionnée en faveur du chef de file du Parti populaire européen, après quelques hésitations. Pour rappel, il a été décidé pour la première fois pour ces élections européennes, que le/la futur(e) président(e) de la Commission serait choisi(e) en fonction des résultats des élections au Parlement, à la majorité qualifiée. Une précision importante car elle signifie que certains pays ne peuvent imposer leur veto. De plus, le Parlement doit approuver le choix des chefs d'État et de gouvernement. Et ce dernier s'est, à plusieurs reprises, exprimé en faveur de Jean-Claude Juncker.

(Jmh/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Danilo le 17.06.2014 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Vous êtes un de mes commentateurs favoris parce que vous êtes lucide et parce que vous n'êtes pas tombé sur la tête comme on dit. Cependant, surtout ne le prenez mal je vous parle en ami et pas en critique, le fait que Juncker vous a déçu vous fait parfois réagir instinctivement en donnant raison à des gens qui ne valent pas mieux, et qui parfois sont pires! C'est en quelque sorte la même tactique que nos politiciens qui prennent la défense de ceux de Kiev pour critiquer la Russie. Je suis certain que vous ne le réalisez pas, mais c'est l'impression que vous donnez. cordialement un ami

  • pragma+ le 17.06.2014 15:58 Report dénoncer ce commentaire

    ...mais cela aurait eu un coût absolument énorme que les anciens membres ne voulaient pas supporter. Comme solution médiane idéale, il aurait fallu renforcer le volet social en même temps que les nouveaux membres adhéraient...mais de la même manière, coût énorme pour les anciens membres, sans garantie de revenus à court terme...donc la 3eme approche, celle de retenue, fut d élargir l Europe économique comme nous l avons toujours fait, en pensait que l harmonisation sociale suivrait bien un jour....ce qui ne fut jamais le cas....nous sommes donc maintenant dans une situation shyzophrénique:

  • Bordo le 17.06.2014 10:32 Report dénoncer ce commentaire

    Sans prendre la défense de Juncker il faut dire quand même qu'un type comme Victor Orban n'a même pas le droit de prononcer une seule parole et surtout des mots comme "la base de l'Europe"! Hollande, Merkel ou Renzi oui, mais pas lui, surtout pas lui!

Les derniers commentaires

  • Aris le 18.06.2014 17:39 Report dénoncer ce commentaire

    Que comprend il par base. Il y a beaucoup de significations pour ce mot, en chimie, en biologie, en mathématiques, en sport, en informatique, en architecture ou même en météorologie. Il y a des bases militaires et des bases navales, enfin Orban devrait quand même préciser quelle base de l'UE Juncker détruirait! Cette précision est en effet la base de toute compréhension.

  • Mathias le 17.06.2014 16:13 Report dénoncer ce commentaire

    Donc tous les europhobes (ceux qui veulent que l'UE se casse la figure) sont contre JCJ. C'est un peu comme le salarié qui peste contre son patron et souhaite que la société se casse la figure. Il a juste oublié un truc : c'est cette même société qui lui fournit travail et salaire... Sinon amusantes les critiques sur JCJ. Admettons, mais qui d'autre à sa place?

    • Non mais le 18.06.2014 10:20 Report dénoncer ce commentaire

      Je suis tout-à-fait d'accord avec Mathias. Des Europhobes n'ont aucune légitimité à critiquer Junker puisque de toute façon ils ne veulent ni de lui, ni de l'Europe. Ce que le peuple a voté doit être appliqué et ce ne sont pas des hommes politiques qui vivent grâce aux deniers du peuple qui ont leur mot à dire! Aller remuer les poubelles comme le font les médias anglais ne m'étonne pas du tout puisque c'est surtout une presse à scandale et sensationnaliste!

    • Pragma le 18.06.2014 12:51 Report dénoncer ce commentaire

      Si les eurosceptiques/euroréalistes n'ont pas leur mot à dire alors rendez nous notre argent que vos champions de la nullitude ont jeté dans l'UE en pure perte. Notre avis ne vous intéresse pas mais nos bras et notre argent sont les bienvenus pour entretenir les bons plaisirs des princes. Si vous voulez continuer à vous suicider à petit feu alors allez-y mais ne nous entrainez pas avec vous. C'est à se demander si vous pensez au futur du pays, de vos proches, et que vous soyez posé un jour la question si ce que l'on vous raconte est vrai ! Lisez un peu la presse Allemande ...

  • pragma+ le 17.06.2014 16:00 Report dénoncer ce commentaire

    l europe ne sortira de l impasse que si on harmonise les prestations sociales, évitant ainsi tout dumping et toute délocalisation....ce qui ne signiofie pas moins d Europe....mais bien plus d Europe.... Sauf si on est eurosceptique comme les Anglais qui pronent moins d Europe avec l intention avérée d utiliser l europe exclusivement à des fins d enrichissement. Mais ce n est pas un rêve européen que de prôner cela.

    • Pragma le 18.06.2014 12:36 Report dénoncer ce commentaire

      Vosu avez raison sur l'analyse, nous sommes dans une situation shyzophrénique (pour reprendre votre terme). L'UE est malade et on doit mettre fin au plus vite à cette utopie. Votre approche d'une UE sociale est impossible car cela laisserait supposer qu'il existe un peuple européen alors qu'il y a des peuples européens (formant l'Europe) qui ont leur us et coutumes propres depuis des siècles. Vous ne ferez jamais se comporter de la meme facon un allemand et un italien, par conséquent les économies n'évolueront jamais au meme rythme et donc les systèmes/minima sociaux ne peuvent être les memes.

  • pragma+ le 17.06.2014 15:58 Report dénoncer ce commentaire

    ...mais cela aurait eu un coût absolument énorme que les anciens membres ne voulaient pas supporter. Comme solution médiane idéale, il aurait fallu renforcer le volet social en même temps que les nouveaux membres adhéraient...mais de la même manière, coût énorme pour les anciens membres, sans garantie de revenus à court terme...donc la 3eme approche, celle de retenue, fut d élargir l Europe économique comme nous l avons toujours fait, en pensait que l harmonisation sociale suivrait bien un jour....ce qui ne fut jamais le cas....nous sommes donc maintenant dans une situation shyzophrénique:

    • Pragma le 18.06.2014 12:41 Report dénoncer ce commentaire

      La solution est de revenir à la CEE et de créer des associations entre pays où cela fait du sens et par secteurs économiques, afin de développer des champions européens comme Airbus, capables de faire face à la compétition internationale. On doit aussi définir un socle social minimal (en termes de prestations, mais pas forcément de minimas en montant) afin d'aider les moins forts à progresser mais sans aller trop vite sinon ils n'y survivraient par économiquement. Dans le même temps, il faut aider les autres à faire progresser leur productivité et compétitivité. Le reste suivra ...

  • pragma+ le 17.06.2014 15:54 Report dénoncer ce commentaire

    si le rêve européen consiste à maintenir les richesses dans l Europe du Nord Ouest et de n accepter le principe de l europe que si cela vise à plus de richesses pour ces pays, je n ai rien de plus à dire. Vous voteriez certainement pour la NVA si vous étiez belge. Rien de mal, l égoisme est roi de par ici. Si le rêve européen consiste à améliorer le statut des individus, c est ce qu on appelle le volet social de l europe, qui en effet est bien faible. Commencer l élargissement de l Europe par le volet social,nous protégeant ainsi du dumping avant l ouverture des frontières aurait été idéal ...