Avion détruit

15 juillet 2019 07:30; Act: 15.07.2019 10:51 Print

Cinq ans après, le crash du MH17 reste une énigme

Cinq ans après la destruction au-dessus de l'Ukraine de l'avion qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur, de nombreuses questions restent sans réponse. Le point sur la situation.

Voir le diaporama en grand »

L'avion s'est écrasé le 17 juillet 2014.

Sur ce sujet
Une faute?

Mercredi marque le cinquième anniversaire du crash du vol MH17, abattu en 2014 par un missile au-dessus de l'Ukraine, qui a coûté la vie à 298 personnes. Parmi eux, une famille de résidents luxembourgeois, un couple de 59 et 51 ans et ses deux enfants de 12 et 14 ans qui résidaient à Roser. De nombreuses questions restent en suspens.

Que s'est-il passé?

Le Boeing de la Malaysia Airlines, parti d'Amsterdam pour Kuala Lumpur, a été fauché en plein vol le 17 juillet 2014, au-dessus de la zone de conflit armé dans l'est séparatiste pro-russe de l'Ukraine. Les 283 passagers, dont 196 Néerlandais, et les 15 membres de l'équipage à son bord ont péri. La majorité de l'épave de l'appareil a été retrouvée près du village de Grabove, en Ukraine. Des parties de corps ont été dispersées sur le site de l'accident, et des débris se sont étendus sur plusieurs kilomètres.

Comment le monde a-t-il réagi?

Le président ukrainien de l'époque, Petro Porochenko, a évoqué un «acte terroriste», tandis que l'ex-président américain, Barack Obama, a affirmé que l'avion avait été touché par un missile tiré d'une zone contrôlée par les séparatistes, et ce «à cause du soutien de la Russie». La destruction du vol a poussé l'UE à adopter quelques jours plus tard de lourdes sanctions économiques contre la Russie. Les Pays-Bas et l'Australie, dont 38 ressortissants figuraient parmi les victimes, ont ouvertement accusé en mai 2018 la Russie d'être responsable de la catastrophe. Moscou a toujours nié toute implication et a rejeté la faute sur Kiev. Le mois dernier, l'UE a intensifié la pression sur la Russie en l'appelant en prolongeant une série de sanctions.

Comment l'enquête a-t-elle progressé?

Dans un premier rapport en septembre 2014, les enquêteurs internationaux affirment que le Boeing a été perforé en vol par des «projectiles à haute énergie». En août 2015, des éléments appartenant «probablement» à un système de missile sol-air BUK, dont disposent Moscou et Kiev, sont identifiés. Les enquêteurs établissent que l'avion «s'est écrasé à la suite d'une détonation d'une ogive» qui «correspond au type de missiles installés sur les systèmes de missile sol-air BUK». En septembre 2016, ils affirment avoir obtenu «des preuves irréfutables» pour établir que le vol MH17 a été abattu par un missile BUK, acheminé depuis la Russie. Le 19 juin 2019, ils annoncent avoir identifié quatre suspects.

Qui a été accusé?

Les Russes Sergueï Doubinski, Igor Guirkine et Oleg Poulatov, ainsi que l'Ukrainien Leonid Khartchenko, quatre hauts gradés des séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine, seront les premiers à être traduits en justice dans cette affaire. Ils sont accusés d'avoir convoyé le système de missiles anti-aériens BUK et d'avoir causé le crash du vol MH17. Leur procès s'ouvrira le 9 mars 2020 au tribunal de Schiphol, en banlieue d'Amsterdam, à quelques encablures de l'aéroport d'où le Boeing avait décollé. Il est cependant peu probable que les suspects y assistent, la Russie et l'Ukraine n'extradant pas leurs ressortissants poursuivis à l'étranger. Ils peuvent être jugés par contumace.

Que va-t-il se passer maintenant?

L'enquête suit son cours. Les enquêteurs n'excluent pas la poursuite d'autres suspects dans le futur. Ils sont notamment à la recherche des membres de l'équipage du système de missiles anti-aériens BUK et des «personnes qui constituaient le maillon dans la chaîne de commandement russe». Dans une procédure judiciaire distincte, des proches de victimes demandent à ce que la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) «reconnaisse la responsabilité» de Moscou dans la catastrophe. Le gouvernement russe a été sommé de «soumettre ses observations» au cours de l'été.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ryd le 15.07.2019 11:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La question qu’il faut se poser , a qui profite le crime ? ?

  • ctct le 15.07.2019 08:02 Report dénoncer ce commentaire

    quelle énigme ?

  • Unicorn le 16.07.2019 14:58 Report dénoncer ce commentaire

    Quand 2 parties se tirent dessus et blessent une 3e, les 2 sont coupables de ne pas maîtriser leur conflit. La question se pose pourquoi l'UE ne sanctionne pas l'Ukraine, au contraire, elle la soutien, dixit Juncker lors du récent somment EU-Ukraine, sans précédent, financièrement. Peu importe qui a tiré, les voyageurs ont été peut-être été victimes de l'intérêt des belligérants d'entrainer l'UE dans ce conflit. Il y a une stratégie de l'UE d'affaiblir la Russie, par dénigrement, sanctions économiques et isolation.

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 16.07.2019 14:58 Report dénoncer ce commentaire

    Quand 2 parties se tirent dessus et blessent une 3e, les 2 sont coupables de ne pas maîtriser leur conflit. La question se pose pourquoi l'UE ne sanctionne pas l'Ukraine, au contraire, elle la soutien, dixit Juncker lors du récent somment EU-Ukraine, sans précédent, financièrement. Peu importe qui a tiré, les voyageurs ont été peut-être été victimes de l'intérêt des belligérants d'entrainer l'UE dans ce conflit. Il y a une stratégie de l'UE d'affaiblir la Russie, par dénigrement, sanctions économiques et isolation.

  • Le Russe le 15.07.2019 15:41 Report dénoncer ce commentaire

    Qui a bien pu abattre cet avion de ligne avec un missile?

  • ryd le 15.07.2019 11:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La question qu’il faut se poser , a qui profite le crime ? ?

    • Raoul le 15.07.2019 11:58 Report dénoncer ce commentaire

      Une zone de guerre survolée, des avions de chasse qui s'abritent derrière les avions de ligne, et une erreur humaine.

    • @Raoul le 15.07.2019 12:11 Report dénoncer ce commentaire

      Même les images des radars russes montrent qu'il n'y avait pas d'autre avion dans le coin.

    • Rigoberta Menchu le 15.07.2019 14:57 Report dénoncer ce commentaire

      @Raoul: vous travaillez au contrôle aérien de la Russie? envoyez capture d'écran.

  • ctct le 15.07.2019 08:02 Report dénoncer ce commentaire

    quelle énigme ?

    • Rigoberta le 15.07.2019 10:18 Report dénoncer ce commentaire

      @ctct: les deux avaient le même type de missile. Aussi on ne sait pas pourquoi le contrôle aérien ukrainien a envoyé cet avion survoler la zone de combats.

    • Money money le 15.07.2019 12:29 Report dénoncer ce commentaire

      Si je me souviens bien toutes les companies aeriennes evitaient cette zone...

    • Lestrollsrusses le 15.07.2019 16:40 Report dénoncer ce commentaire

      Oh oui bien d'accord avec Roboberta !