Italie

28 novembre 2021 08:34; Act: 28.11.2021 19:58 Print

Dauphin mort et pots-​​de-​​vin au procès antimafia

Depuis janvier se tient en Calabre le procès de près de 350 accusés ayant des liens avec la mafia ‘Ndrangheta. Ce procès est le plus important du genre depuis la fin des années 80.

storybild

La place de l’Hôtel de ville à Vibo Valentia. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un dauphin mort sur un paillasson, des fenêtres détruites à coups de masse, des armes stockées dans des monuments funéraires, des pots-de-vin versés à des juges en échange d’acquittements... et des certificats médicaux de complaisance pour éviter la prison à des assassins condamnés. Tous ces épisodes proviennent des histoires racontées depuis janvier par des dizaines de membres de la ‘Ndrangheta, la redoutée mafia calabraise, qui ont accepté de témoigner à charge au maxi-procès antimafia organisé en Calabre, une région pauvre à la pointe de la Botte italienne.

Ce procès, le plus important du genre depuis la fin des années 80, couvre des délits aussi divers que du trafic de drogue, des achats de votes et des meurtres. «Ils les ont attendus sur la place Morelli, les ont invités à manger de la ricotta à la ferme (...) et ils les ont tués, brûlés et dissous», a raconté en mai un repenti, Andrea Mantella, rappelant comment un boss avait tué deux frères par vengeance en 1988.

La ‘Ndrangheta, la mafia la plus puissante de la péninsule, est au centre de ce maxi-procès de 355 accusés organisé sur sa terre d’origine à Lamezia Terme, la troisième ville de Calabre. La ‘Ndrangheta domine le marché européen de la cocaïne, mais a aussi infiltré la plupart des secteurs de l’économie légale, avec l’aide de membres des milieux d’affaires et politiques. Les témoignages déposés par 58 repentis ont révélé la brutalité de l’organisation mais aussi son influence insidieuse à tous les niveaux de la société.

Luigi «le Suprême»

Le procès se concentre sur une seule province de Calabre, celle de Vibo Valentia, où les clans familiaux sont dominés par Luigi Mancuso, un homme de 67 ans surnommé «le Suprême», de retour devant la justice après avoir purgé jusqu’en 2012 une peine de 19 ans de prison. «Sans le feu vert de Luigi Mancuso, impossible d’ouvrir la moindre activité», a témoigné en mars son neveu, Emanuele Mancuso. Les accusés à ce procès hors normes sont aussi bien des boss présumés que leurs collaborateurs. L’imbrication de la ‘Ndrangheta dans l’économie locale rend son éradication quasiment impossible.

Devant le tribunal, des témoins ont raconté comment des ambulances étaient utilisées pour le trafic de drogue, de l’eau publique détournée pour alimenter les cultures de marijuana, et des migrants morts noyés et enterrés sans cercueils à l’issue d’un appel d’offres public truqué. Illustrant la proximité de la très riche ‘Ndrangheta avec les puissants, un de ses hauts gradés, Andrea Mantella, a expliqué comment un pot-de-vin de 70 000 euros avait suffi pour qu’il soit transféré d’une prison classique à un hôpital. Mantella et un autre témoin ont aussi révélé que la ‘Ndrangheta avait payé 50 000 euros à un ancien sénateur et avocat, Giancarlo Pittelli, pour truquer un procès.

Sur le banc des accusés figurent aussi des policiers, des greffiers, des maires, et même un vétérinaire accusé d’avoir aidé à vendre du bétail volé. Pour le journaliste calabrais Consolato Minniti, ce procès est «le premier à aller vraiment au-delà de la ‘Ndrangheta militaire». «Jusqu’ici, les juges s’étaient concentrés sur ceux qui tirent, la partie la plus violente» de l’organisation, a-t-il expliqué à l’AFP.

«Pilier en ciment»

Les liens entre la mafia et la société civile ne sont pas une nouveauté: ces 30 dernières années, 110 conseils municipaux ont été dissous pour infiltration mafieuse, jusqu’à trois fois pour certains d’entre eux, dont celui de Lamezia Terme où se tient le procès. La ville natale du clan Mancuso, Limbadi, a été la première à voir son conseil municipal dissous en 1983, lorsqu’un boss en fuite, Francesco Mancuso, avait été élu maire.

La ‘Ndrangheta n’hésite pas non plus à se salir les mains quand c’est nécessaire et utilise différentes tactiques pour extorquer de l’argent en échange de sa «protection», contraindre des propriétaires à vendre leurs biens en dessous du prix du marché, forcer quelqu’un à se fournir auprès d’entreprises «amies» ou recouvrer des prêts à taux usuraires pouvant dépasser les 200%. Les méthodes d’intimidation sont variées: chiots, dauphins morts ou têtes de chèvres laissés sur un pas de porte, menaces téléphoniques, passages à tabac, voitures incendiées, cocktails Molotov et coups de feu.

Le maxi-procès doit aussi se prononcer sur cinq meurtres présumés, dont celui d’un membre de la ‘Ndrangheta assassiné en 2002 en raison de son homosexualité. Il avait été enterré à un endroit ensuite recouvert d’asphalte, a raconté Andrea Mantella. Une écoute téléphonique a permis de reconstituer le dialogue tenu en mai 2017 entre un mafieux et le frère d’une femme qui avait perdu pour 7 000 euros de marijuana après une saisie de la police. «Il faut essayer de récupérer cet argent ou bien tu retrouveras ta sœur dans le ciment, parce que ces gens-là ne plaisantent pas».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marco le 28.11.2021 09:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis Italo Luxembourgeois zr je peux confirmer que la Ndrangheta est bien présente au Luxembourg... voir du côté des restaurants italiens qui ouvrent et qui referment apres 1 an dans un processus parfait de blanchiment d'argent.... ils sont là mais personne enquete.

  • Chez nous, en Europe. le 28.11.2021 09:05 Report dénoncer ce commentaire

    C'est en Europe mes amis. Croyez-vous que les infiltrations peuvent toucher les institutions européennes au Luxembourg ou ailleurs ,

  • eliminer le 28.11.2021 11:15 Report dénoncer ce commentaire

    MDR avec la corruption des juges ?? pareil que l'UE corruption grande échelle

Les derniers commentaires

  • Claire Voyant le 28.11.2021 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    On comprend mieux pourquoi les criminels et délinquants prennent des peines dérisoires

  • Dede le 28.11.2021 13:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cette mafia sévit au Benelux et en Allemagne Gard a qui si frotte elle est très puissante et implacable

  • eliminer le 28.11.2021 11:15 Report dénoncer ce commentaire

    MDR avec la corruption des juges ?? pareil que l'UE corruption grande échelle

  • veritis le 28.11.2021 09:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est dou mais la même chose se produit dans nos gouvernements. rein que pour le covid, des pots de vins donnés aux médecins afin qu'ils ne nous soignent plus contre le covid mais insistent sur la vaccination....

  • Marco le 28.11.2021 09:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis Italo Luxembourgeois zr je peux confirmer que la Ndrangheta est bien présente au Luxembourg... voir du côté des restaurants italiens qui ouvrent et qui referment apres 1 an dans un processus parfait de blanchiment d'argent.... ils sont là mais personne enquete.