UE/Royaume-Uni

17 octobre 2019 07:16; Act: 17.10.2019 09:09 Print

«De bons progrès» en vue d'un accord sur le Brexit

Plusieurs dossiers épineux semblent en passe d'être résolus dans les discussions entre l'Union européenne et le Royaume-Uni. La perspective d'un accord se rapproche.

storybild

Les négociations se sont poursuivies durant la nuit de mercredi à jeudi. (photo: AFP/Kenzo Tribouillard)

Sur ce sujet
Une faute?

Les négociateurs européens et britanniques ont travaillé jusqu'à la dernière minute avec l'espoir de présenter un accord sur le Brexit au sommet qui s'ouvre jeudi. À quelques heures du Conseil, Londres et Bruxelles tentaient toujours d'arracher un accord pour éviter un divorce brutal entre le Royaume-Uni et l'UE, à la fin du mois. À l'issue d'une nouvelle longue journée de discussions, le négociateur de l'UE, Michel Barnier, a constaté mercredi soir de «bons progrès». Le travail effectué est «prometteur», selon une source européenne.

Plusieurs sources diplomatiques européennes ont indiqué mercredi soir attendre désormais un feu vert de Londres, alors que les points les plus sensibles semblaient avoir été résolus. À l'exception de la question de la TVA en Irlande du Nord, un sujet «pas négligeable», selon une des sources. «Les discussions continuent à la fois ici et à Bruxelles, car il y a des obstacles qui subsistent à Bruxelles», a déclaré de son côté une source à Downing Street. Le sommet de jeudi et vendredi est théoriquement le dernier avant le divorce entre Londres et l'UE, prévu le 31 octobre.

Les pourparlers ont porté sur plusieurs questions épineuses: la manière d'éviter le retour d'une frontière entre l'Irlande, membre de l'UE, et l'Irlande du Nord, partie du Royaume-Uni, afin de préserver la paix sur l'île. Échaudés par l'expérience de l'accord conclu avec Theresa May mais rejeté par le Parlement britannique, les Européens s'inquiètent de savoir si le Premier ministre Boris Johnson peut trouver l'appui d'une majorité politique. Certains doutent à Bruxelles qu'un texte juridique abouti puisse être présenté aux dirigeants, a noté une source diplomatique, mais ceux-ci pourraient donner un accord politique pour qu'il soit finalisé dans les semaines à venir.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ClearView le 17.10.2019 08:24 Report dénoncer ce commentaire

    C'est encore loin d'être gagné. D'abord les négociateurs doivent finaliser l'accord. Ensuite cet accord doit être validé d'un côté par le parlement britannique, où Johnson n'a pas de majorité. Finalement l'accord doit être validé par chaque pays européen, y-compris l'Irlande. Et encore, il ne s'agit ici que d'un accord concernant la sortie de la GB et la période de transition. Viendront ensuite les négociations sur la future relation à long terme entre la GB et l'EU, négociations qui pourraient bien durer 10 ans.

  • Le Russe le 17.10.2019 09:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo pour ces beaux progrès qui soulagent tout le monde même dans mon pays.

Les derniers commentaires

  • Le Russe le 17.10.2019 09:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo pour ces beaux progrès qui soulagent tout le monde même dans mon pays.

  • ClearView le 17.10.2019 08:24 Report dénoncer ce commentaire

    C'est encore loin d'être gagné. D'abord les négociateurs doivent finaliser l'accord. Ensuite cet accord doit être validé d'un côté par le parlement britannique, où Johnson n'a pas de majorité. Finalement l'accord doit être validé par chaque pays européen, y-compris l'Irlande. Et encore, il ne s'agit ici que d'un accord concernant la sortie de la GB et la période de transition. Viendront ensuite les négociations sur la future relation à long terme entre la GB et l'EU, négociations qui pourraient bien durer 10 ans.