Brexit

31 décembre 2020 10:03; Act: 31.12.2020 10:04 Print

De nouvelles contraintes pour les voyageurs

À partir de vendredi, les obstacles entre le Royaume-Uni et l’UE sont de retour avec entre autres la fin de la liberté de mouvement pour travailler, étudier ou prendre sa retraite.

storybild

La Grande-Bretagne traitera les citoyens de l’UE comme la plupart des «non Britanniques». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Tourisme, voyages d’affaires, études supérieures: les citoyens habitués à circuler sans obstacle depuis plus de 45 ans entre le Royaume-Uni et l’Union européenne vont devoir s’adapter à la réalité du Brexit à partir de vendredi.

À compter de cette date, les Britanniques seront considérés dans l’UE comme les ressortissants d’un pays tiers, ne bénéficiant plus de la liberté de mouvement pour travailler, étudier ou prendre leur retraite sur le territoire de l’Union et des États associés (Norvège, Islande, Suisse).

Séjours limités

La Grande-Bretagne, de son côté, traitera les citoyens de l’UE comme la plupart des «non Britanniques». À la différence près que ceux justifiant d’une résidence dans le pays avant la fin de l’année 2020 conserveront leurs droits, conformément à l’accord de retrait conclu fin 2019. Et la réciproque est vraie pour les Britanniques domiciliés dans l’UE.

Les touristes britanniques devront sans doute s’armer de patience pour les démarches d’entrée dans l’UE, même si les deux parties se sont entendues sur le principe d’une exemption de visa réciproque. Leur séjour dans l’UE sera limité à un maximum de 90 jours sur une période de 180 jours. Ils devront prouver qu’ils sont couverts par une assurance, disposent de suffisamment de ressources ou d’un billet retour.

Exceptions

Les Européens de leur côté pourront entrer sur le sol britannique avec une simple carte d’identité jusqu’à octobre 2021, date à laquelle un passeport sera exigé, pour des séjours allant jusqu’à six mois maximum. Mais il y aura des exceptions. Certains accompagnants non européens d’un citoyen de l’UE auront besoin d’un visa.

Les ressortissants irlandais et britanniques continueront de bénéficier de la liberté totale de circulation en vertu d’un accord bilatéral ancien.

Voyages d’affaires

L’accord post-Brexit prévoit qu’un permis de travail peut être exigé en fonction des activités exercées. En règle générale, tandis que les participants à des réunions, conférences, séminaires, foires, salons ou travaux de recherche sont exemptés de permis, ce dernier est requis pour les activités impliquant la vente au public de biens ou services.

Certains pays de l’UE prévoient toutefois des restrictions supplémentaires pour certaines activités. Les ressortissants européens bénéficiant d’une offre d’emploi au Royaume-Uni devront prouver une certaine maîtrise de la langue de Shakespeare, avec un niveau de salaire fixé par la loi.

Étudiants

Finis, les échanges Erasmus avec la Grande-Bretagne: le programme européen est trop coûteux, juge Boris Johnson. À la place, les étudiants britanniques se verront proposer un programme mondial, baptisé du nom du mathématicien Alan Turing.

Désormais les étudiants européens se verront exiger un visa pour tout séjour universitaire de plus de six mois, et devront payer des frais de scolarité plus élevés -- jusqu’à quatre fois plus en médecine ou pour certains diplômes prestigieux de troisième cycle.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Private banker 06 le 31.12.2020 14:09 Report dénoncer ce commentaire

    À tous les amis français qui ecrivent des commentaires negatif, sachez que nombreux riches britanniques passent leur retaite en France (PACA, Bordeaux), ils ont une deuxieme residence en France et ils apportent beaucoup d'argent avec eux. Mais bon, un mosellain ne peut pas le savoir.

  • Miles le 31.12.2020 14:57 Report dénoncer ce commentaire

    C'est triste, ces effets réels du populisme. Trump va bientôt partir, mais le Brexit va rester pour toujours, car les Britanniques sont trop fiers pour revenir dans l'UE, même lorsqu'ils se rendront compte que le Brexit était une erreur.

  • célibataire le 31.12.2020 13:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils peuvent rester tout seul les rosbeef,ils ont assez fait de misère dans le monde. On ira chez leurs cousins en Irlande pour le tourisme.

Les derniers commentaires

  • LuxEx-B le 03.01.2021 19:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On s‘en fou si les GB apportent de l‘argent chez nous . Il faut dire que s‘ils viennent en EU c‘est leur vouloir donc il faut débourser! Lorsque je vais dans ma résidence secondaire à Dubai, je paie toute l‘année + les frais de maintenance et je n‘y suis qu‘approx 90 jours par an .

  • tuyau le 01.01.2021 19:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L' Angleterre a voté pour le déclin. Avec la force séparatiste de l Ecosse, bientôt l éclatement du royaume et le retour de certains états dans l europe.

  • UK is democratic, EU is not le 01.01.2021 11:45 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo au pouvoir UK qui a respecté le choix et le vote de son peuple. Ca fait longtemps que ce n'était plus arrivé dans un pays européen. L'Autriche ou la Hongrie ensuite ? La boite de Pandore est ouverte, on peut vivre sans Europe, et mieux !!!!

    • Keith le 01.01.2021 17:33 Report dénoncer ce commentaire

      Il n'y a rien de démocratique quand on respecte le choix du peuple, qui a voté en se basant sur des affirmations mensongères. On attend pex. toujours les 350 millions / semaine qui devaient aller directement au NHS.

  • Vanille le 01.01.2021 04:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non, avant octobre oui. Après il faudra un passeport

  • fab le 01.01.2021 01:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je vais en Tunisie sans passeport et il faudrait un passeport pour aller en Angleterre un ancien membre de l’Union européenne qu’il vont se faire..... ????