Législatives en Finlande

15 avril 2019 06:54; Act: 15.04.2019 13:29 Print

Démocrates en tête, l'extrême droite deuxième

Les sociaux-démocrates ont remporté dimanche les législatives finlandaises, en se plaçant juste devant le parti d'extrême droite.

storybild

Le parti vert a également enregistré un bon score.

Sur ce sujet
Une faute?

Les sociaux-démocrates ont remporté dimanche les élections législatives en Finlande, vingt ans après leur dernière victoire, disposant d'une courte avance sur les Vrais Finlandais (extrême droite). Le parti, conduit par l'ancien ministre des Finances Antti Rinne, obtient 40 sièges sur 200 au Parlement, les Vrais Finlandais 39, selon les résultats définitifs. 0,2% sépare les deux partis au terme d'une soirée électorale à suspens.

Les sociaux-démocrates signent leur retour sur le devant de la scène politique, quatre ans après leur échec au législatives de 2015 où le parti a terminé quatrième. «Pour la première fois depuis 1999, les sociaux-démocrates sont le parti du Premier ministre», a déclaré M. Rinne aux militants.

Le parti est arrivé pour la dernière fois en tête des législatives en 1999. Paavo Lipponen avait alors conduit une coalition gauche-droite, jusqu'en 2003. Depuis les sociaux-démocrates ont participé à plusieurs gouvernements, sans toutefois en prendre la tête. Ils ont mené campagne contre la politique d'austérité conduite par la coalition gouvernementale sortante, composée du Centre, du Parti de la coalition nationale (droite) et du parti Réforme bleue (eurosceptique), qui a permis de sortir le pays de la récession en 2016.

Quelle coalition?

Le Parti du Centre du Premier ministre sortant Juha Sipilä est lui relégué à la quatrième place, perdant 18 sièges. M. Sipilä a rapidement reconnu sa défaite «Nous sommes les plus grands perdants de cette élection», a-t-il regretté. M. Rinne a lui d'ores et déjà assuré vouloir former un gouvernement «avant fin mai», et n'a pas écarté la possibilité d'une collaboration avec les Vrais Finlandais, affirmant qu'il avait «des questions» à poser au parti. «Certaines des questions porteront sur les valeurs », a déclaré M. Rinne aux médias finlandais. «Les valeurs du parti social-démocrate sont très importantes, c'est le ciment qui maintiendra le gouvernement uni», a-t-il ajouté.

Pour la chroniqueuse politique Sini Korpinen, la politique finlandaise se dirige vers une «grande coalition» gauche-droite, composée des sociaux-démocrates, du Parti de la coalition nationale, mais aussi des Verts, de l'Alliance de gauche et du parti populaire suédois (libéraux). Les Vrais Finlandais resteraient dans l'opposition selon elle. «On risque de connaître la même situation que sous Jyrki Katainen», chef d'un gouvernement de coalition composé de six partis entre 2011 et 2015, désavoué par son absence de résultats, a-t-elle expliqué.

Le défi du prochain gouvernement sera aussi de s'attaquer à l'épineuse question de la protection sociale - l'État-providence finlandais est l'un des plus généreux au monde -, dans un contexte de vieillissement de la population et de baisse du taux de natalité. Parallèlement, la croissance devrait ralentir.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Siegfried le 15.04.2019 07:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi les médias appellent-ils extrême droite aux partis qui soutiennent la tradition et la culture européennes?

  • Ils veulent rester ce qu'il sont ! le 15.04.2019 09:46 Report dénoncer ce commentaire

    Si même la Finlande vote nationaliste alors qu'attendons nous ? Nous devenons minoritaires !

  • Finlandais le 15.04.2019 16:23 Report dénoncer ce commentaire

    De jamais vu: cinq partis 10-20% chacun mais même le parti gagnant 20%. Les centristes du premier ministre sortant accusent leur pire défaite historique, tout en restant non négligeables. Les sociaux-démocrates et l'alliance de gauche se sont remarquablement rattrapés depuis leur défaite d'il y a 4 ans, sans toutefois retrouver leur gloire des 1960-70. Pour le "nationalisme", toutes les nuances possibles existent entre "fermez les frontières" et "occupez-vous un peu plus de vos concitoyens". Il est sûr que les négociations pour former un gouvernement apte à coopérer s'annoncent difficiles.

Les derniers commentaires

  • Finlandais le 15.04.2019 16:23 Report dénoncer ce commentaire

    De jamais vu: cinq partis 10-20% chacun mais même le parti gagnant 20%. Les centristes du premier ministre sortant accusent leur pire défaite historique, tout en restant non négligeables. Les sociaux-démocrates et l'alliance de gauche se sont remarquablement rattrapés depuis leur défaite d'il y a 4 ans, sans toutefois retrouver leur gloire des 1960-70. Pour le "nationalisme", toutes les nuances possibles existent entre "fermez les frontières" et "occupez-vous un peu plus de vos concitoyens". Il est sûr que les négociations pour former un gouvernement apte à coopérer s'annoncent difficiles.

  • Ils ne veulent pas évoluer le 15.04.2019 13:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Ils veulent rester. La Finlande a vôté démocrate, pour être exact! L'extrême droite n'est, heureusement que deuxième, ce qui fait déjà bien assez peur.

  • Ils veulent rester ce qu'il sont ! le 15.04.2019 09:46 Report dénoncer ce commentaire

    Si même la Finlande vote nationaliste alors qu'attendons nous ? Nous devenons minoritaires !

  • Friedsieg le 15.04.2019 09:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Siegfrid. Parce-que 'c'est l'extrême droite', tout simplement. Ils vont quand même pas inventer un autre nom, que parce-que ça fait froid au dos. Pourquoi les journalistes devraient mentir à ce sujet?

    • Loupiotte le 15.04.2019 14:50 Report dénoncer ce commentaire

      Nos traditions et notre culture vous font peur ? sérieusement ?

    • @Loupiotte le 15.04.2019 15:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      Je me rappelle surtout de la soi-disante 'culture de l'extrême droite' et de toutes les cultures qu'elle voulait éradiquer au début du 20ème siècle! C'est la seule 'culture' qui me fait peur! .

    • Charles le 15.04.2019 15:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Loupiotte. Les cultures évoluent régulièrement, de même pour la culture européenne! Alors vous parlez de quelle culture précisément? Celle de nos grands parents?

    • Contra le 15.04.2019 16:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Loupiotte. Au contraire, Monsieur. Il semble que ceux qui votent pour l'extrême droite ont peur de tout et tout le monde.

  • Siegfried le 15.04.2019 07:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi les médias appellent-ils extrême droite aux partis qui soutiennent la tradition et la culture européennes?