En Allemagne

19 septembre 2021 14:35; Act: 19.09.2021 18:06 Print

Dernier grand débat pour le successeur de Merkel

Olaf Scholz (social-démocrate), Armin Laschet (conservateur) et Annalena Baerbock (les Verts) s’affronteront ce dimanche lors d’un dernier débat télévisé. Les législatives allemandes auront lieu la semaine prochaine.

storybild

Les dirigeants des trois plus grands partis allemands. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

À une semaine des législatives, les dirigeants des trois plus grands partis allemands vont croiser le fer dimanche lors de leur dernier grand débat télévisé dans ce format, alors que la course à la chancellerie reste plus que jamais ouverte. Candidat actuellement le mieux placé, le ministre des Finances et vice-chancelier social-démocrate Olaf Scholz s’était imposé selon les sondages lors des deux précédentes joutes, se posant en gestionnaire expérimenté et calme, qualités rassurantes aux yeux des Allemands.

Le conservateur Armin Laschet, qui se considère comme l’héritier naturel d’Angela Merkel, s’est montré combatif dans la dernière ligne droite de sa campagne électorale marquée au début par une certaine nonchalance, puis plusieurs faux pas embarrassants. Mais le Rhénan, peu populaire, n’est pas parvenu jusqu’ici à reprendre l’avantage: sa formation, l’Union chrétienne-démocrate (CDU) alliée au CSU bavarois, a un peu remonté dans les enquêtes à entre 20 et 22%, contre 25 à 26% pour le SPD. «C’est un peu comme quand votre voiture est bloquée dans le sable», a récemment estimé le président du Bundestag et éminence grise des conservateurs Wolfgang Schäuble. «À chaque tentative d’en sortir, vous vous enterrez davantage», a-t-il pointé dans un entretien à l’hebdomadaire Die Zeit.

Indécis

Les Verts et leur cheffe de file Annalena Baerbock, qui avait suscité l’engouement au printemps avant de commettre plusieurs bévues attribuées largement à son inexpérience, pointent actuellement entre 15 et 17% des voix, un écart qui semble mettre la juriste de 40 ans hors course pour le poste suprême. Les surprises ne sont toutefois pas exclues. 40% des électeurs allemands ne savent en effet toujours pas pour qui ils vont voter, selon une étude représentative de l’institut Allensbach. S’ajoutent aussi les marges d’erreur des sondages et la part importante cette année — pour cause de pandémie — du vote par correspondance.

Les écologistes devraient à tout le moins jouer un rôle crucial dans la formation d’un gouvernement de coalition à l’issue du scrutin, probablement à trois partis. Le débat, diffusé à 20h15 sur les chaînes privées ProSieben, Kabeleins et Sat1, offrira à Armin Laschet, 60 ans, une ultime chance de mettre en difficulté Olaf Scholz, 63 ans. Et peut-être d’empêcher l’humiliante éjection dans l’opposition de son parti conservateur, qui se profile dans les sondages.

Profiter de Merkel

Réputé d’ordinaire pour sa modération, le dirigeant de la région allemande la plus peuplée – la Rhénanie-du-Nord-Westphalie – ne cesse d’agiter le spectre d’un coup de barre à gauche dans le pays en cas d’alliance entre le SPD, les Verts et la gauche radicale die Linke, qui semble à portée de main selon les sondages. Si Olaf Scholz et Annalena Baerbock ont qualifié de ligne rouge, pour une alliance, l’opposition de Die Linke à l’Otan, aucun n’a formellement exclu une coalition avec ce parti qui recueille environ 6% des sondages actuellement. Le conservateur a aussi attaqué de front Olaf Scholz, prenant comme motif une embarrassante enquête judiciaire mettant en cause une unité anti-blanchiment sous la tutelle de son ministère. Ce dernier va devoir s’expliquer à ce sujet lundi devant la Commission des finances du Bundestag.

Angela Merkel, qui quittera la scène politique après 16 ans au pouvoir et reste très populaire, s’est largement tenue à l’écart de la campagne au début avant de venir à la rescousse de M. Laschet. Elle multiplie les meetings à ses côtés. «Cela devrait lui profiter», estime le politologue Karl-Rudolf Korte de l’Université de Duisburg, «comme à tous ceux qui ces dernières années ont choisi la proximité avec Merkel», estime-t-il.

Mais quelle que soit l’issue du scrutin, son camp conservateur se prépare à un résultat historiquement bas, de nature à ternir le bilan d’Angela Merkel. Et déjà les règlements de comptes en interne ont commencé: Wolfgang Schäuble l’a rendue en partie responsable de la faiblesse de la CDU, dans une interview dimanche au Tagesspiegel, pour avoir à ses yeux mal préparé sa succession.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bel exemple de démocratie le 19.09.2021 18:52 Report dénoncer ce commentaire

    Il me semblait qu'en Démocratie on devait donner la parole à tous les partis ? Il est donc déjà convenu que l'avenir de l'Allemagne se jouera avec ces 3 là ? Pourtant, il y en a au moins 2 qui ont exprimées des idées qui se rapprochent de ce que l'Allemagne a connu dans le passé. Surtout une des 3 qui est d'un totalitarisme à faire rougir un soviet endurci !

  • Lapallisse le 21.09.2021 09:45 Report dénoncer ce commentaire

    la fin de Merkel signe la fin de l'UE, l'allemagne nouvelle version va clairement avancer seule et ceux qui voudront la suivre vont devoir s'aligner sur ses idées et au vu des partis politiques actuels un retour aux plus laides heures n'est pas impossible.

  • Hein le 20.09.2021 09:23 Report dénoncer ce commentaire

    Quel autre paeri voyez vous? Il n'y na que trois en Allemagne

Les derniers commentaires

  • loulou le 25.09.2021 20:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel cirque. Et qu‘est-ce qui va changer?…….rien. Les rëves vont vite se dissiper. Et que les verts se mettent dans la tëte que sans centrales nucléaires, l‘Allemagne devra importer 70% de son èlectricité (á grande puissance, pas celle des moulins à vent ). ( étude qui ne vient pas de moi).

  • Lapallisse le 21.09.2021 09:45 Report dénoncer ce commentaire

    la fin de Merkel signe la fin de l'UE, l'allemagne nouvelle version va clairement avancer seule et ceux qui voudront la suivre vont devoir s'aligner sur ses idées et au vu des partis politiques actuels un retour aux plus laides heures n'est pas impossible.

  • Hein le 20.09.2021 09:23 Report dénoncer ce commentaire

    Quel autre paeri voyez vous? Il n'y na que trois en Allemagne

  • Bel exemple de démocratie le 19.09.2021 18:52 Report dénoncer ce commentaire

    Il me semblait qu'en Démocratie on devait donner la parole à tous les partis ? Il est donc déjà convenu que l'avenir de l'Allemagne se jouera avec ces 3 là ? Pourtant, il y en a au moins 2 qui ont exprimées des idées qui se rapprochent de ce que l'Allemagne a connu dans le passé. Surtout une des 3 qui est d'un totalitarisme à faire rougir un soviet endurci !