En Sicile

14 février 2020 13:28; Act: 14.02.2020 13:38 Print

Des armes déterrées près d'une plage

La police financière italienne (GDF) a saisi 32 armes, dont des fusils et des mitrailleuses qui étaient emballées et enterrées près d'une plage, à Catane.

Toutes les armes avaient le numéro de série effacé, précise la police.

Sur ce sujet
Une faute?

La police financière italienne (GDF) a annoncé vendredi, la saisie en Sicile de 32 armes, dont des fusils et des mitrailleuses, ainsi que 3 000 cartouches, le tout soigneusement emballé et enterré à deux mètres de profondeur.

Les armes, les cartouches ainsi que le matériel nécessaire, comme des chargeurs ou des kits de nettoyage des armes, se trouvaient dans deux gros emballages en plastique, à l'intérieur desquels chaque arme était placée dans une enveloppe individuelle contenant l'inscription sur son contenu.

2,5 kg d'explosifs

Les deux gros emballages se trouvaient enterrés près d'une plage à Catane, dans l'est de la Sicile, «dans un quartier à haute densité criminelle», selon le communiqué de la police. Les armes saisies sont 24 pistolets de divers modèles, 6 fusils (dont à pompe ou au canon scié), une mitrailleuse et une kalachnikov.

Toutes les armes avaient le numéro de série effacé, précise la police. Les armes qui circulent illégalement en Italie sont très nombreuses, car la fin des combats sur le territoire de l'ex-Yougoslavie a permis de nourrir un marché noir florissant dans ce secteur. Fin novembre, la police avait ainsi saisi une une grande quantité d'armes diverses, pistolets, fusils, automatiques ou non, couteaux, arbalètes à un groupuscule pro-nazi et antisémite.

Un mois plus tôt, elle avait aussi saisi 2,5 kg d'explosif, deux mitraillettes, six fusils de chasse, quatre pistolets semi-automatiques et des centaines de cartouches à la mafia calabraise, la 'Ndrangheta.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.