Grèce

04 août 2021 21:03; Act: 05.08.2021 12:09 Print

Des flammes hautes de 40 m sur l'île d'Eubée

Un violent incendie, visible depuis la mer, semblait incontrôlable mercredi après-midi sur la petite île grecque située à 200 km d’Athènes.

Sur ce sujet
Une faute?

Un monastère et une dizaine de villages étaient entourés par les flammes mercredi après-midi sur l’île d’Eubée, à 200 km d’Athènes, dans le plus violent des quarante incendies qui frappent la Grèce sous l’effet de la canicule.

Les flammes immenses émergeant de la forêt et visibles de la mer témoignaient de la virulence du sinistre qui semblait incontrôlable, selon les pompiers sur place, en raison du terrain accidenté et de l’absence de visibilité.

Alors que douze villages et hameaux menacés ont été évacués, trois moines ont refusé de quitter le monastère Saint-David, situé au sommet d’une montagne près de Rovies, dans le nord d’Eubée, ont précisé la police et les pompiers.

«Nous les évacuerons de force»

«Les flammes sont hautes de 30 à 40 mètres et encerclent le monastère. Nous suffoquons à cause de la fumée», a déclaré un moine par téléphone à l’agence de presse grecque ANA.

«Nous les évacuerons de force» en cas de danger pour leur vie, a déclaré un officier de police.

Selon la même source, les trois moines, sur les douze vivant habituellement dans le monastère, auraient déclaré qu’ils quitteraient les lieux quand la situation deviendrait trop dangereuse.

Les autorités ont appelé les habitants de Rovies et des villages proches à quitter leurs maisons et à se rassembler sur la plage, selon l’ANA.

Quelque 85 personnes s’étaient réunies mercredi après-midi sur la plage et devaient être évacuées par la police portuaire, qui a mis cinq bateaux à disposition.

Trois pompiers ont été légèrement blessés en luttant contre les flammes, selon les autorités.

Une centaine de soldats du feu, aidés de deux hélicoptères et de quatre avions bombardiers d’eau, ont été mobilisés pour lutter contre cet incendie, dont le front a été estimé à une vingtaine de kilomètres, selon la protection civile.

«Aucun moyen aérien n’a été déployé pour éteindre le feu»

Les maires de deux localités ont dénoncé le manque de moyens. «Nous prions les autorités de renforcer les forces aériennes et terrestres pour ne pas risquer des vies humaines», a déclaré Giorgos Tsapourniotis, maire de Limni, sur l’ANA.

«Aucun moyen aérien n’a été déployé pour éteindre le feu», a accusé Argyris Liaskos, le maire adjoint de Mantoudiou. «Au moins 150 maisons ont brûlé», a-t-il précisé sur Skai TV.

Sous l’effet d’une canicule exceptionnelle, avec des températures dépassant les 40 degrés, la Grèce était mercredi la proie d’une quarantaine d’incendies, selon le ministre adjoint de la protection civile Nikos Hardalias.

Olympie menacée

Un feu a pris près du village de l’ancienne Olympie à l’ouest de la péninsule du Péloponnèse, selon les pompiers. La ministre de la Culture, Lina Mendoni, doit se rendre en fin de journée sur place pour évaluer les risques pour le site archéologique.

Une centaine de soldats du feu y sont mobilisés, aidés de trois hélicoptères et de deux avions, selon la même source.

Sept villages ont été évacués par précaution et une partie de la route principale entre Tripoli et Pyrgos a été fermée, selon les pompiers.

Le maire de l’ancienne Olympie, Giorgos Georgopoulos a dénoncé lui aussi sur Open TV le manque de moyens: «Nous avons besoin de plus de soutien aérien!»

L’UE envoie du renfort

La France, Chypre, les Pays-Bas, la Slovénie et la République tchèque vont envoyer des renforts aériens et terrestres pour assister les pompiers grecs, selon l’ANA.

D’autres incendies étaient en cours en Chalcidique (nord), dans le sud du Péloponnèse (ouest) et sur l’île de Rhodes, où le sinistre a finalement été maîtrisé mercredi, au bout de quatre jours de lutte.

Un incendie qui s’était déclaré mardi aux portes d’Athènes était en passe d’être maîtrisé mercredi après-midi, après avoir détruit près de 1250 hectares de pinède au pied du Mont Parnès, à 30 km de la capitale grecque, selon Nikos Hardalias.

À Athènes, les autorités ont recommandé à tous de rester le plus possible à l’intérieur ou de porter un masque pour se protéger des cendres et des particules des fumées grises qui s’étaient répandues sur la capitale dès l’aube.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Résident de la paix le 05.08.2021 13:33 Report dénoncer ce commentaire

    Courage mes amis. J'aime la Grèce et son peuple. Triste. Courage. Je prie pour qu'il pleuve.

  • LoopingLU le 05.08.2021 08:46 Report dénoncer ce commentaire

    Espérant qu'il pleuve pour que tout cela se calme. Courage aux pompiers et habitants.

  • Empire Byzantin le 05.08.2021 14:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi!!!?? Pourquoi!!??? détruire chaque année la flore et la faune de notre magnifique pays. Je n'ai pas de mots assez forts pour ecrire ce que je ressens.

Les derniers commentaires

  • Empire Byzantin le 05.08.2021 14:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi!!!?? Pourquoi!!??? détruire chaque année la flore et la faune de notre magnifique pays. Je n'ai pas de mots assez forts pour ecrire ce que je ressens.

  • Résident de la paix le 05.08.2021 13:33 Report dénoncer ce commentaire

    Courage mes amis. J'aime la Grèce et son peuple. Triste. Courage. Je prie pour qu'il pleuve.

  • bonne chance la Grèce le 05.08.2021 09:36 Report dénoncer ce commentaire

    Dans un premier temps, éteindre les incendies c'est évident... dans un second temps, contacter les autorités de Dubaï car eux ont des drones qui apparemment réussissent à faire pleuvoir les nuages sur commande... dans un 3ème temps, REBOISER le plus vite possible Enfin, attendre la fin de l'humanité, qui arrivera rapidement en voyant les catastrophes se répéter de façons si proche

  • LoopingLU le 05.08.2021 08:46 Report dénoncer ce commentaire

    Espérant qu'il pleuve pour que tout cela se calme. Courage aux pompiers et habitants.