Contrefaçons dangereuses

11 novembre 2013 17:25; Act: 11.11.2013 17:59 Print

Des millions de produits de beauté saisis en Italie

La police italienne a annoncé lundi la saisie de plus de 5 millions de produits contrefaits, dangereux pour la santé, et le démantèlement du laboratoire qui servait à leur fabrication.

Le laboratoire contenait «des machines, des ustensiles et des ingrédients pour la fabrication de parfums, crèmes, vernis et produits de maquillage», précise un communiqué. Ces produits contrefaits portaient les noms de marques de luxe célèbres - Dolce&Gabbana, Hugo Boss, Just Cavalli, Chanel, Lacoste, Armani - et se trouvaient dans quatre entrepôts de la capitale. «L'analyse chimique des produits saisis a relevé la présence, dans de nombreux cas, de toluène et de benzène, ce dernier étant cancérogène», ajoute le communiqué.

La police a déféré à la justice 33 personnes, dont les propriétaires de plusieurs magasins. Faisant le bilan de dix mois d'activité dans la province de Rome, la police financière a également indiqué avoir saisi récemment dans les deux aéroports de la capitale des batteries de téléphone en provenance de Chine. Ces batteries contrefaites portaient les noms de marques connues - Apple, Motorola, Nokia ou Samsung - et contenaient du nickel et du lithium au-delà des quantités consenties par la loi.

736 personnes ont été déférées devant la justice

Environ 35 000 pièces détachées des plus grandes marques automobiles, également contrefaites, ont été saisies à l'aéroport de Rome-Fiumicino, selon la même source. Deux entrepreneurs chinois ont en outre été interpellés avec 22 millions de chaussettes contrefaites dans leurs entrepôts, poursuit la police. Au total, ce sont 1 100 opérations qui ont été menées au cours des dix premiers mois de l'année, conduisant à la saisie de plus de 40 millions de produits contrefaits.

La police a déféré à la justice 736 personnes, dont trois ont été incarcérées. La police se félicite également du fait que le tribunal de Rome a décidé, en octobre, la saisie préventive de biens d'une valeur de 4,2 millions d'euros à une organisation criminelle chinoise qui s'occupait de contrefaçon, une mesure jusqu'à présent réservée à la criminalité mafieuse.

(L'essentiel Online/AFP)