En Ukraine

21 juillet 2018 11:31; Act: 21.07.2018 11:35 Print

Elle pose avec un lion et forcément, ça tourne mal

Une quadragénaire qui voulait se faire photographier avec un fauve a été grièvement blessée au bras. Elle accuse le directeur du parc d'avoir mal géré l'affaire, il rétorque qu'elle était ivre.

storybild

Olga et le lion, juste avant que la situation ne dégénère.

Sur ce sujet

Qui s'y frotte... Une quadragénaire en visite au safari parc de Taygan, en Crimée, a voulu se faire prendre en photo avec un lion. Sans se poser davantage de questions, Olga Solomina est entrée dans l'enclos du fauve et a pris la pose. Comme il fallait s'y attendre, l'animal n'a pas apprécié d'être dérangé et s'en est violemment pris à la visiteuse indésirable. «Je me suis agenouillée et j'ai posé ma main sur le lion, comme on m'avait indiqué. C'est là qu'il a attrapé mon bras et qu'il m'a traînée comme une poupée», raconte la femme de 46 ans à la chaîne locale Krym 24.

Au moment où les autres lions sont entrés en scène, Olga a cru qu'elle a finir en morceaux. «Cela a duré quelques secondes qui m'ont semblé une éternité», confie-t-elle. Heureusement pour la visiteuse, le directeur du zoo était dans le coin et a pu la tirer de sa fâcheuse posture, relate metro.co.uk. Oleg Zubkov a beau lui avoir sauvé la vie, Olga est très remontée contre lui. Elle affirme en effet qu'il n'a pas appelé d'ambulance, qu'il a demandé à un vétérinaire de s'occuper d'elle et qu'il lui a donné de l'alcool pour soulager la douleur.

Le directeur du zoo assure pour sa part que la quadragénaire est responsable parce qu'elle était ivre et qu'elle a essayé de caresser la crinière du lion. Lorsqu'elle s'est finalement rendue à l'hôpital le lendemain, Olga a appris qu'elle souffrait d'une grave infection due à la morsure. La malheureuse a dû subir une opération et depuis, son état de santé s'est amélioré. On ignore cependant si elle pourra retrouver l'usage complet de son bras droit. Le parc animalier refuse de payer les 15 000 francs qu'Olga lui réclame. La police a ouvert une enquête.

(L'essentiel/joc)