Attentats Paris/Bruxelles

06 avril 2017 12:55; Act: 06.04.2017 14:28 Print

En cavale, Abrini et Abdeslam se sont croisés

La radio française «France Inter» s'est procuré le compte-rendu de l'audition de Mohamed Abrini, l'un des suspects clé des attentats de Paris et Bruxelles. Il raconte sa cavale.

storybild

Mohamed Abrini.

Sur ce sujet
Une faute?

Si Salah Abdeslam a décidé de se murer dans le silence avant sa détention, l'autre suspect clé des attentats commis en France et en Belgique, Mohamed Abrini, a accepté de répondre aux questions de la juge en charge du dossier belge des attentats à Bruxelles et Zaventem. Dans son audition, en juin 2016, dont France Inter s'est procuré le compte-rendu, «l'homme au chapeau» revient d'abord sur les préparatifs des attaques. S'il n'était pas à Paris ce fameux 13 novembre 2015, Mohamed Abrini était chargé de réserver les planques avec les frères Abdeslam.

Il raconte ses retrouvailles avec des membres du commando à Charleroi, la veille du drame parisien. Le Belgo-marocain se remémore l'état d'esprit des terroristes dans la planque de Bobigny, la dernière avant de passer à l'acte. «Ils étaient calmes, tranquilles. Ils préparaient à manger dans la cuisine, regardaient la télé», poursuit Abrini, qui est ensuite rentré en taxi à Bruxelles pour 365 euros.

«Des murs en carton»

Après les multiples attentats à Paris, la cavale commence. Pendant plusieurs semaines, Mohamed Abrini change de planque à plusieurs reprises. Un jour, il croise même la route de Salah Abdeslam, «pâle, fatigué» et qui lui dit simplement «voilà c'est fait». Il se terre également à Jette, près de Bruxelles. «C'était tout petit et on était à six dedans. En plus, il y avait beaucoup d'humidité».

Les six hommes décident de partir alors rue Dries, à Forest. Mais là-bas, même constat: «Trop d'humidité, il fait froid, des murs en carton. Tous les soirs on entendait les galipettes du couple au-dessus». C'en est trop, le groupe se sépare. Mohamed Abrini fait partie des trois terroristes qui quittent les lieux. Dès lors, il participera à la planification des attentats de Bruxelles en mars 2016.

(L'essentiel/nxp)