En Allemagne

16 mai 2019 19:18; Act: 17.05.2019 13:55 Print

Ex-​​infirmier accusé d'une centaine de meurtres

La prison à vie a été requise jeudi, par la justice allemande, contre Niels Högel, un ex-infirmier accusé d'une centaine de meurtres de patients par injection.

Sur ce sujet
Une faute?

Dans son réquisitoire, le parquet d'Oldenbourg (nord) s'est dit convaincu que cet homme de 42 ans, déjà condamné à la prison à vie pour le meurtre de six patients, avait tué par injection 97 autres personnes entre 2000 et 2005. Ses victimes avaient entre 34 et 96 ans.

Le parquet, en raison de la gravité particulière de la faute, a requis de surcroît l'impossibilité d'être libéré avant 15 ans contre l'accusé, qui avait avoué 43 meurtres à l'ouverture de son procès et ajouté ne pas pouvoir se souvenir de 52 autres cas. Une avocate des familles, Gaby Lübben, a rappelé à l'accusé qu'il avait expliqué rêver parfois des victimes sans pouvoir malheureusement se souvenir de leurs noms. «C'est pour ça que je vous les présente», a-t-elle lancé en montrant leurs photos avec un vidéo-projecteur, plongeant ainsi la salle dans le silence.

«Rambo de la réanimation».

Le verdict sera rendu le 6 juin. Pendant cinq ans, d'abord dans l'hôpital d'Oldenbourg puis dans celui de la commune voisine de Delmenhorst, Niels Högel a injecté, selon l'accusation, intentionnellement, à des patients des médicaments pour provoquer un arrêt cardiaque avant de tenter de les ranimer, le plus souvent sans succès.

Ce qu'il recherchait, avait-il expliqué à l'ouverture de son procès en octobre 2018, c'était la satisfaction et les «commentaires positifs» qu'il recevait après avoir sauvé une vie. Des collègues l'avaient ainsi surnommé le «Rambo de la réanimation».

Tromper «l'ennui»

Pour le parquet, il agissait aussi pour tromper «l'ennui», tandis que l'expertise psychiatrique a révélé des troubles narcissiques et une peur panique de la mort. Selon des codétenus, il se satisfait d'être le plus grand criminel depuis la dernière guerre en Allemagne. Les enquêteurs le soupçonnent même d'avoir tué 200, voire 300 personnes. Mais prouver ces homicides s'est avéré impossible, nombre de patients morts ayant été incinérés.

Il a été procédé à plus de 130 exhumations en Allemagne, Pologne et Turquie au cours de l'enquête «sans précédent», selon le parquet, menée contre Niels Högel, un homme massif et barbu. Surpris en 2005 en train d'injecter un produit non prescrit à un patient à Delmenhorst, Niels Högel est condamné en 2008 à sept ans de prison pour tentative de meurtre. Un deuxième procès suit en 2014/2015. Il est reconnu coupable de meurtres et tentatives de meurtres sur cinq autres personnes, et condamné à la prison à vie.

L'ampleur de la série

C'est alors qu'il avoue à son psychiatre au moins 30 meurtres de plus à Delmenhorst. L'ampleur de la série de meurtres est révélée au grand jour et choque l'Allemagne, car elle soulève aussi la question de la responsabilité des hôpitaux qui n'ont pas su l'arrêter, malgré la fréquence des réanimations et des morts lorsqu'il était de service.

Dès juillet 2006, un dossier établi par la police sur la base des statistiques de la clinique de Delmenhorst montrait qu'entre 2003 et 2004, le taux des décès avait été deux fois plus élevé que les années précédentes. La consommation de produits cardiaques était montée en flèche. Et dans la plupart des cas de décès, Niels Högel était de service. Mais le parquet n'a réagi qu'en 2008, sous la pression de parents de victimes présumées.

D'anciens collègues et supérieurs hiérarchiques devront ainsi s'expliquer devant la justice, une fois le procès de Niels Högel bouclé. Il avait lui-même sous-entendu à l'ouverture de son procès que son supérieur à Oldenbourg lui avait proposé argent et lettre de recommandation pour qu'il quitte l'hôpital. Ce que Niels Högel avait fait avant de poursuive ses crimes à Delmenhorst.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Adeline Serrières le 17.05.2019 12:40 Report dénoncer ce commentaire

    Au vu du grand nombre de praticiens allemands présentant des troubles neuropdyvhiatriques ont est en droit de s'intérroger quand à la pertinance d'aller faire des études dans ce pays.

Les derniers commentaires

  • Adeline Serrières le 17.05.2019 12:40 Report dénoncer ce commentaire

    Au vu du grand nombre de praticiens allemands présentant des troubles neuropdyvhiatriques ont est en droit de s'intérroger quand à la pertinance d'aller faire des études dans ce pays.