Péninsule Ibérique

16 octobre 2017 07:50; Act: 16.10.2017 12:00 Print

«Feux volontaires» en Espagne et au Portugal

Au moins neuf personnes ont trouvé la mort dans les centaines de départs de feu qui se sont déclarés dimanche dans des zones forestières du Portugal et de l'Espagne.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le Portugal, atteint par la sécheresse et des températures élevées, a été frappé dimanche par plus de 440 incendies ou départs de feu, selon les services de secours. Il s'agit d'un record depuis le début de l'année. «Nous avons connu aujourd'hui la pire journée depuis le début de l'année en matière d'incendies», a déclaré la porte-parole de l'Autorité nationale de protection civile, Patricia Gaspar.

Six personnes au moins sont mortes au Portugal où le Premier ministre Antonio Costa a déclaré «l'état de catastrophe publique» alors que 3 700 pompiers luttaient en pleine nuit contre 26 incendies importants dans le centre et le nord du pays. Quatre personnes sont mortes dans le district de Coïmbra (200 km au nord de Lisbonne) dont une dans un accident de voiture en essayant de fuir les flammes. Une a succombé dans le district de Serta, et une sixième, disparue dans le district de Viseu, a été trouvée morte, selon la protection civile.

Pas la sécheresse mais l'homme en cause

Cette vague d'incendies est due à «des températures nettement au-dessus de la moyenne pour la saison et à l'effet accumulé de la sécheresse qui se fait sentir quasiment depuis le début de l'année», a expliqué Patricia Gaspar. Près de 216 000 hectares de végétation étaient déjà partis en fumée au Portugal entre début janvier et fin septembre, selon une estimation de l'Institut de la conservation de la nature et des forêts. En 2003, la surface brûlée avait atteint un record de près de 426 000 hectares, mais l'année 2017 restera marquée par l'incendie le plus meurtrier de l'histoire du pays. Le gigantesque brasier qui s'était déclaré le 17 juin près de Pedrogao Grande a fait 64 morts et plus de 250 blessés.

Du côté espagnol, ce n'est pas la sécheresse qui est en cause, mais bien l'homme. Dix-sept incendies ont été recensés dans le nord-ouest du pays, mobilisant quelque 350 pompiers aidés par 200 soldats. Deux personnes ont péri, piégées dans leur véhicule près de Nigran en Galice, alors qu'elles essayaient de fuir, a annoncé le maire de cette ville à la télévision: «Cela a été très soudain, c'était fou», a-t-il commenté. Plusieurs de ces incendies ont été déclenchés de manière intentionnelle, a accusé le chef du gouvernement régional de Galice, Alberto Nunez Feijoo: «Il s'agit d'incendies volontaires, prémédités, déclenchés par des personnes qui savaient ce qu'elles faisaient», a-t-il déclaré à des journalistes.

(L'essentiel/AFP)