Grande-Bretagne

29 novembre 2019 11:08; Act: 29.11.2019 11:25 Print

Grève massive en vue dans les trains pour Londres

La pagaille est en vue dans les transports à Londres. Dès lundi et jusqu'à Nouvel An, les membres d'un syndicat du rail vont débrayer.

storybild

Une précédente grève avait donné lieu au chaos notamment à la gare de Waterloo.

Sur ce sujet
Une faute?

Les usagers des trains britanniques risquent d'affronter à partir de lundi, un mois de chaos en pleines fêtes de Noël sur les lignes de la compagnie South Western, utilisée par quelque 600 000 personnes par jour, après l'échec de négociations syndicales.

Les membres du syndicat Rail, Maritime and Transport (RMT) ont indiqué qu'ils allaient débrayer à partir de lundi, jusqu'au Nouvel an sur ces lignes qui desservent depuis Londres une partie de sa banlieue et des villes du sud-ouest de l'Angleterre comme Bristol ou Portsmouth. Le mouvement sera uniquement suspendu pour l'élection du 12 décembre, Noël et le 26 décembre.

Échec des négociations

Des discussions ont eu lieu ces deux derniers jours mais ont achoppé, le RMT accusant la direction de «ruiner» les tentatives de trouver un compromis. Le différend porte sur la présence de gardes dans les trains, South Western prévoyant que la responsabilité de fermer les portes soit transférées des gardes aux conducteurs.

Le syndicat affirme que cela réduit le rôle du garde à celui d'un «passager amélioré» et menace leur fonction de disparition tout en nuisant à la sécurité du train. La compagnie, de son côté, dit avoir «tout fait» pour répondre aux demandes «obsolètes du RMT avec notre promesse d'un garde par train, et un rôle crucial dans la sécurité pour lui». Elle affirme ne pas pouvoir «compromettre la nécessaire modernisation du service».

Grèves régulières

Anthony Smith, directeur général de l'association indépendante de protection des utilisateurs de transports, Transport Focus, avait déploré dans un communiqué à l'annonce du mouvement que «les passagers se voient infliger toujours plus de grèves et aient peut-être besoin d'annuler leurs projets de vacances de Noël ou d'endurer des trajets très pénibles pour aller travailler». «Ce contentieux dure depuis trop longtemps et pèse sur la confiance dans l'industrie ferroviaire», avait-il ajouté.

Les dysfonctionnements dans l'industrie ferroviaire, régulièrement théâtre de grèves, retards, annulations, et hausses de prix, font partie des thèmes de la campagne des législatives de décembre, les conservateurs promettant d'investir massivement dans les infrastructures et les travaillistes parlant de renationaliser les transporteurs du secteur.

(L'essentiel/afp)