Atteinte au secret bancaire

09 avril 2013 16:15; Act: 09.04.2013 18:06 Print

«Il est peut-​​être temps de quitter le Luxembourg»

L'échange automatique de données fiscales entre le Grand-Duché et les administrations européennes annoncé par Luc Frieden inquiète en Europe. Exemple avec les contribuables belges.

storybild

«Quand vous avez un ministre des Finances du Grand-Duché de Luxembourg qui dit qu'on va collaborer, c'est évidemment un très, très mauvais signal», indique mardi un avocat fiscaliste belge. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Les changements à venir dans le mode de fonctionnement de la place financière luxembourgeoise font trembler plus d'un riche contribuable. Ceux qui ont placé leurs fonds ou une partie de ces derniers au Grand-Duché dans l'espoir d'échapper à leur administration fiscale chercheraient à changer leur fusil d'épaule. Résultat: ils veulent rapatrier leurs biens dans leur pays d'origine ou les placer dans de nouveaux points de chute. Une tendance observée au sein de l'Union européenne depuis quelques années et qui semble s'accélérer ces dernières semaines.

Après les révélations internationales liées au «Offshore-Leaks», ce sont les déclarations de Luc Frieden, ministre luxembourgeois des Finances, qui mettent le feu aux poudres. «Quand vous avez un ministre des Finances du Grand-Duché de Luxembourg qui dit qu'on va collaborer, c'est évidemment un très, très mauvais signal et ça veut dire qu'il est peut-être temps de quitter le Luxembourg», indique Thibaut Bouvier, avocat fiscaliste belge, cité par RTL-TVI. Un climat défavorable aux fraudeurs potentiels qui survient à quelques mois de la mise en place, en Belgique, d'une nouvelle déclaration de revenus, plus désavantageuses à ceux qui auraient caché des informations fiscales. Objectif: serrer la vis pour tenter de rapatrier le maximum de capitaux.

«Pour tous ceux qui ont de l'argent non-déclaré, obtenu en Belgique de façon illégale, et placé au Luxembourg ou pour tous ceux qui ont eu des héritages dont ils n'ont pas déclaré une partie parce qu'ils étaient au Luxembourg, là, il pourrait y avoir des problèmes tant au niveau des impôts sur les revenus qu'au niveau des droits de succession», indique Jean-Pierre Magremanne, un autre avocat fiscaliste belge. La nouvelle amnistie fiscale devrait entrer en vigueur au 1er juillet prochain et prendre fin au mois de décembre. Au-delà, toute régularisation des contribuables belges en infraction avec la loi devrait être impossible.

(Jmh/L'essentiel Online)