Femme de Julian Assange

19 juin 2021 18:17; Act: 19.06.2021 18:39 Print

«Il était heureux de voir les enfants, mais il souffre»

La compagne de Julian Assange, Stella Moris, 38 ans, et les deux enfants du couple, lui ont rendu visite pour la première fois en huit mois dans sa prison. Elle se confie.

storybild

Après sa visite à son compagnon Julian Assange en prison, Stella Moris a dit qu'il «était heureux de voir les enfants, mais il souffre. C'est un endroit sombre et horrible». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Stella Moris, compagne du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, a jugé sa détention «intolérable et grotesque», après lui avoir rendu visite samedi dans la prison londonienne où il est détenu en attendant l'examen de l'appel formé contre le refus de son extradition vers les États-Unis. Stella Moris, une avocate de 38 ans, et les deux enfants du couple, Gabriel, 4 ans et Max, 2 ans, ont rendu visite à Julian Assange pour la première fois en huit mois à la prison de haute sécurité de Belmarsch, près de Londres.

Après sa visite, Stella Moris a dit à l'agence de presse PA que Julian Assange, 49 ans, «était heureux de voir les enfants, mais il souffre. C'est un endroit sombre et horrible». «La situation est tout à fait intolérable et grotesque, et elle ne peut pas continuer», a déclaré Mme Moris. La date de sa visite coïncide avec le neuvième anniversaire de l'entrée de Julian Assange à l'ambassade équatorienne de Londres, où l'Australien s'était réfugié alors qu'il était en liberté sous caution. Julian Assange craignait une extradition vers les États-Unis ou la Suède, où il a fait l'objet de poursuites pour viol qui ont depuis été abandonnées.

L'intervention de Joe Biden?

Il a été arrêté par la police britannique en avril 2019 après avoir passé sept ans reclus dans cette ambassade. Julian Assange, soutenu par nombre d'organisations de défense de la liberté de la presse, risque aux États-Unis 175 ans de prison pour avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700 000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan.

Les États-Unis lui reprochent d'avoir mis en danger des sources des services américains, accusation qu'il conteste. Stella Moris a dit espérer que la situation s'améliore pour son compagnon après l'élection du président américain Joe Biden. Les poursuites contre M. Assange avaient été lancées sous la présidence de Donald Trump. «La seule mesure logique à prendre pour (M. Biden) serait d'abandonner toutes ces poursuites», a-t-elle dit. Elle souhaite que Julian Assange puisse rester au Royaume-Uni. «Au moins, il sera en sécurité ici», a-t-elle dit.

(L'essentiel/afp)